Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 09:32

Etes vous cheikh al Albany                                                                               

 

 

Il est rapporté qu'un jour pendant qu'il etait assis dans sa voiture cheikh al Albany fut interpellé par un homme qui lui demanda :

"etes vous cheikh al Albany ?"

cheikh al Albany se mit à pleurer, l'homme lui demanda la raison de ses pleurs, il repondit: "il convient à un homme de lutter durement contre lui meme et de ne pas se sentir fier des éloges qui lui sont faite"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 11:30

Shaykh Al ALBANY rahimahoulah


SHAYKH AL ALBANY perles de comportement

Remarquables attitudes de shaykh Al Albani qu'Allah lui soit miséricordieux rapporté par son élève Al Khatib.

Le frère Mohammed Al Khatib qui a travaillé durant six années chez le Chaykh qu'Allah lui soit miséricordieux rapporte :

"le Chaykh était miséricordieux et plein de bonté".

une fois il m'a dit :

"Mohammed tu ne possèdes pas de voiture, et tes enfants ont sûrement besoin de se divertir, alors choisis un jour et prépare toi pour qu'on les fasse sortir ensemble"

ainsi soit il, après deux jours nous nous sommes préparés et nous sommes sortis en compagnie du shaykh et son épouse et sommes allés en dehors de Oman en emportant avec nous nourriture et fruits variés, mes enfants ont été plus que ravis de cette sortie.

Une fois, alors que je réparais certaines choses sur le toit de la maison du chaykh, en voulant déplacer une branche j'ai perdu équilibre, par la grâce d'Allah je ne suis pas tombé du haut du toit. En apprenant la nouvelle, le chaykh a glorifié Allah, fait une prosternation afin de remercier notre Créateur et a pleuré puis a fait sortir de sa poche cent Dinars et me les a donné.

Il était fervent, une fois il a fait une médiation pour aider une personne qu'il a rencontrée dans une société, quelques jours après, cette personne vient frapper à la porte du shaykh et a apporté avec elle un bidon d'huile, et m'a dit :

"c'est un cadeau pour le shaykh, j'ai attendu que le chaykh se réveille pour l'informer de cette visite et du présent"

alors il a dit :

il nous est interdit de la consommer, car le messager d'Allah (sallallahou alayi wa salam) a dit :

"celui qui fait une intercession et accepte le cadeau qu'on lui fait en guise de récompense, alors celui là est face à une porte d'usure (riba)"

et on a donné l'huile aux pauvres.

Je demandais souvent au chaykh de l'argent afin de contribuer dans la construction de mosquées ou pour le donner à un pauvre, à une veuve ou à un mendiant, il ne me l'a jamais refusé, les histoires sont nombreuses là-dessus, une fois un homme malade est venu demander de l'aide, il avait besoin de 15 injections dont le coût d'une seule était 20 Dinars. Le shaykh m'a demandé d'aller chez lui pour vérifier ses dires, lorsqu'on a su qu'il ne mentait pas, le chaykh m'a donné l'argent nécessaire et je suis allé lui acheter les injections.

Lorsque j'ai décidé de construire ma maison j'ai eu besoin d'argent, personne n'a pu m'aider, alors je me suis rappelé un homme fortuné que le shaykh connaissait, j'ai dit à son épouse :

"pourriez-vous demander au shaykh d'intervenir pour moi auprès de sa connaissance pour qu'elle me prête de l'argent ?"

Un jour, alors que j'étais assis sur mon bureau, il m'a dit :

"Mohammed, tu veux que j'intervienne pour toi pour qu'on te prête de l'argent ?"

alors j'ai dit : "oui "

il me dit : "je suis plus concerné que la personne en question par ta situation, je te donne tout ce que tu veux"

alors j'ai pleuré et j'ai dit :

"notre shaykh qu'Allah te récompense".

Seulement, je le jure, que j'étais loin d'imaginer que le shaykh pouvait me prêter de l'argent, moi qui étais totalement ignorant sur ce qu'il pouvait posséder, et lorsqu'il m'a présenté l'argent il m'a dit :

"c'est un cadeau de mille Dinars de ma part qui n'est pas compté"

j'ai alors pleuré une seconde fois.

Qu'Allah le récompense et qu'Il lui soit miséricordieux.

Encore une autre histoire alors que le shaykh était à l'hôpital .

une femme est venue se plaindre des banques après du shaykh, car elle et son mari ont emprunté à une banque neuf mille Dinars, l'emprunt a doublé avec l'augmentation de l'usure après la mort de son mari, alors elle est venue demander l'aide du shaykh, comme d'habitude il m'a demandé de m'assurer des dires de la femme, et comme il s'est avéré qu'elle disait la vérité le shaykh décide de lui prêter neuf mille Dinars. Lorsque la femme est venue avec ses enfants, le shaykh a dit :

"voilà mille Dinars un cadeau de ma part et voici la somme dont vous avez besoin"

elle était contente elle et ses enfants et ont tous prié pour le shaykh, j'ai aussi prié pour qu'Allah le récompense,

alors le chaykh nous a regardé et dit :

"je le jure, j'aurais souhaité être un millionnaire pour pouvoir faire délivrer des milliers de personnes comme cette femme de l'entrave de l'usure des banques".

Ma femme était sur le point d'accoucher, le shaykh me demandait constamment comment elle allait, et un jour avant son accouchement, lorsque j'étais sur le point de quitter la bibliothèque le shaykh me dit :

"prends la voiture de Oum al Fadhl peut être que tu l'auras besoin au milieu de la nuit"

j'ai gardé la voiture deux nuits et effectivement l'accouchement a eu lieu au milieu de la nuit et je suis sortie de ma maison sans savoir où aller, et après avoir chercher un peu partout j'ai pas trouvé de sage femme, je me rappelle alors que l'épouse du shaykh avait une connaissance dans la matière, je me suis dirigé alors vers la maison du shaykh avec hésitation car j'avais peur de le déranger à une heure aussi tardive, j'ai frappé à la porte et le shaykh a répondu, je lui ai présenté toutes mes excuses et lui expliqué la situation,

il m'a répondu alors avec cajolerie :

"pourquoi tu n'as pas fait comme ton shaykh ?

j'ai fait accoucher ma femme moi-même"

puis il a rajouté :

"un instant je vais réveiller Oum Al Fadhl "

elle m'a alors accompagné. Allah m'a donné cette nuit là mon fils Abd-Allah.

Concernant la voiture du chaykh, elle était le moyen de transport des frères, il me disait : " Mohammed, mon père me disait, qu'Allah lui soit miséricordieux, pour toute chose il y a une aumône (zaket), et l'aumône d'une voiture c'est de l'utiliser pour transporter les gens " il me disait : " l'achèvement d'une bonne action est mieux que son commencement "

c'est une parole sage (hikma) qu'on a appris de notre chaykh.

Lorsque le chaykh présentait son aide à l'un de ses frères en islam celui-ci ne le laissait pas terminer ce qu'il a entamé, le chaykh content de la bienveillance du frère insistait pour terminer lui-même ce qu'il a commencé, alors le frère s'empressait de lui rappeler la parole sage de son père :

" l'achèvement d'une bonne action est mieux que son commencement ".

Vraiment, cette bonne parole nous a beaucoup servi dans nos relations avec nos frères en islam.

TRADUIT PAR AHLOUL-HADITH

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 20:18

entretient avec oum abdullah l'épouse de cheick Al' Uthaymine 

Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ses proches et tous ses compagnons et ceux qui les suivent jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci dit:



Ce qui suit est un entretien avec Oumm 'Abdullah, la femme de notre Sheikh, Muhammad ibn Saleh Al-'Uthaymine (rahimahou Allah). Cette interview a été réalisée par la sœur Maha bint Hussein Ash-Shammari et publiée dans le "Magazine Al-Mutamayyizah," Riyad, Royaume de l’Arabie Saoudite; Edition No. 45, Ramadhan, 1427.
Traduit par l'Equipe Alminhadj.fr



Question 1: Y a t-il eu un changement notable dans la motivation du Sheikh (rahimahou Allah), entre sa jeunesse et sa vieillesse, concernant la science, le prêche, et l’adoration?
Réponse: Je n’ai noté aucune diminution ni affaiblissement dans la motivation du Sheikh (rahimahou Allah) concernant la connaissance, la da’wa, et l’adoration malgré son âge avancé. Bien au contraire, son programme n’arrêtait pas d’accroître avec le temps, de même que son adoration et son prêche, au tel point qu’il ne négligeait pas un moment de son temps dans le rappel d’Allah, dans Son adoration, dans l’enseignement ou l’orientation, durant les moments les plus critiques de sa maladie.

Question 2: Qu’avez vous pu voir de plus étonnant dans la vie du Sheikh (rahimahou Allah) ?
Réponse: Sa vie (rahimahou Allah), fut un modèle à suivre ! Ce qui fascinait chez lui c’était sa patience et sa motivation (rahimahou Allah) dans la quête de la science ainsi que son engagement dans l’enseignement et la diffusion de la science. Aussi, on pouvait déceler chez lui un ascétisme [Az-Zouhd] et une abstinence (wara’) qui pouvait étonner sans doute toute personne ne connaissant pas de près le Sheikh (rahimahou Allah).

Question 3: Comment le Sheikh (rahimahou Allah), se comportait- il avec ses enfants dans leurs vies privées?
Réponse: Les rapports qu’il entretenait avec ses fils et filles ont été marqués par deux phases :
La première étant pendant la période de leur enfance : il prenait soin d’eux et veillait à être toujours proche d’eux. Ensuite, il suivait leur scolarité en veillant à l’évolution de leurs niveaux scolaires une fois qu’ils étaient en âge d’aller à l’école. Durant cette phase, il veillait tout particulièrement à les guider, les orienter et leur inculquer certains principes islamiques.
Par exemple, il emmenait parfois les enfants avec lui à la mosquée pour accomplir les prières obligatoires. Il les encourageait à jeûner certains jours de Ramadan sans pour autant que cela leur soit pénible . De plus, il les incitait à mémoriser certaines petites sourates du Coran et il les récompensait pour cela.
La seconde phase, celle de l’adolescence et de la maturité : il était extrêmement ferme quant à l’accomplissement des obligations religieuses, veillant ainsi à bien les éduquer sans hésiter à les réprimander en cas de négligence. Il arrivait à combiner les deux avec indulgence. Dans certains cas, il n’hésitait pas à faire ce qui était nécessaire pour changer ou corriger leurs erreurs afin d’améliorer leurs comportements. En plus de cela, il accordait une confiance totale à ses enfants et leur confiait la gestion de certaines de leurs affaires dans le but de leur apprendre à se débrouiller seul ; de même, il les encourageait continuellement à la droiture et à la préservation des liens de parenté et il les surveillait pour cela.

Question 4: Pourquoi le Sheikh n’utilisait pas de henné pour sa barbe?
Réponse: Peut être qu’il n’avait pas le temps de le faire. Je pense l’avoir entendu dire quelque chose comme cela…

Question 5: Quand est ce que Sheikh (rahimahou Allah) s’enflait-il de colère, et comment gérait-il la votre ?
Réponse: Il s’enflait de colère quand on violait les interdits d’Allah. S’il m’arrivait de me mettre en colère contre l’un des enfants par exemple, il essayait au contraire de me calmer et il sermonnait ensuite celui qui avait commis l’erreur. En général, il était calme et ne s’énervait pas promptement et quand c’était le cas, alors sa colère se dissipait aussitôt. D’ailleurs je l’enviais pour ce bienfait d’Allah soubhanahou oua ta’ala

Question 6: Comment le Sheikh se réveillait-il de son sommeil ? Dépendait-il du réveil, ou demandait-il à quelqu’un de le réveiller ?
Réponse: Il s’en remettait à Allah, ensuite au réveille-matin et ensuite à nous. Il se levait habituellement avant la sonnerie du réveil et avant que je ne le réveille.

Question 7: Est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) sortait avec sa famille pour se promener ?
Réponse: Oui, la famille effectuait une sortie hebdomadaire tous les vendredis, après la prière (Al Joumou’a). On se rendait à un emplacement aux étendues sauvages où nous prenions notre repas. Il profitait de ce moment pour partager certaines activités avec les enfants comme la course à pied, la résolution de devinettes et il apportait également un petit fusil pour s’exercer au tir et rivaliser avec ses enfants et ainsi de suite...

Question 8:
Comment se déroulait le jeûne du Sheikh (rahimahou Allah) pendant l’année
Réponse: Le Sheikh a jeûné de façon régulière trois jours de chaque mois, les six jours de Shawal, les dix jours de Dhul-Hijjah, et le jour de 'Achoura et cela durant toute sa vie.

Question 9: Pour quelle raison le Sheikh ne répondait jamais au téléphone de façon directe lorsque les questions lui étaient posées par des femmes?
Réponse: Je ne sais pas vraiment, mais je suppose qu’il pensait qu’il n’était pas dans l’intérêt de la femme qui le questionnait de faire entendre sa voix. Toutefois, celles qui désiraient obtenir par téléphone une fatwa en privée, il répondait pour régler leurs problèmes.

Question 10: Comment le Sheikh (rahimahou Allah) a t-il choisit les noms de ses enfants?
Réponse: Il choisissait des noms tels que 'Abdullah et 'Abd Ar-Rahman et ensuite il nous laissait le libre choix pour le reste de manière à ce que nous choisissions un nom pour le lui exposer. Au final, soit il optait pour, soit il nous demandait d’en choisir un autre.

Question 11: Quelles étaient les choses qui provoquaient la joie du Sheikh (rahimahou Allah)?
Réponse: il n’y a aucun doute que la joie du Sheikh augmentait quand il voyait que l‘Islam et les Musulmans jouissaient d’une grande valeur.
Concernant sa joie à la maison, elle était manifeste lors des rencontres avec sa famille et ses enfants, grands et petits.
On pouvait aussi observer chez lui des signes manifestes de joie et de plaisir quand il recevait ses petits enfants. Il ouvrait sa cape pour leur permettre d’entrer en dessous et après il les recherchait un peu avant de la rouvrir, il faisait cela plusieurs fois. Plus tard, il les emmenait dans sa librairie où il conservait une sorte de bonbon un peu spécial que les enfants appelaient "halawat abouya" (les bonbons de mon père). On s’assurait qu’ils ne puissent les trouver qu’en sa présence. En dépit de son agenda chargé, il n’hésitait pas à se déplacer pour rendre visite à ses petits enfants si l’un d’entre eux tombait malade même s’il fallait se rendre à l’hôpital si ils étaient là bas. Ce geste là provoquait chez les enfants et leurs parents un fort sentiment.

Question 12: Combien le Sheikh (rahimahou Allah) a t’il eu de garçons et de filles ?
Réponse: Le Sheikh a eu cinq garçons et trois filles.

Question 13: Qui parmi ces enfants était le plus proche de son coeur?
Réponse: Le Sheikh (rahimahou Allah) avait pour règle d’agir en toute équité en ce qui concerne l’éducation de ses enfants et cela en toutes choses, que cela fut d’une grande importance ou d’une importance moindre. Si il trouvait une quelconque distinction entre eux, il ne le disait jamais en public car cela ne relève pas de la justice. Si il aimait être juste dans des questions moins importantes que celle ci, alors à quoi devons nous nous attendre dans ce cas ci?

Question 14: Qui d’entres ses enfants a été le plus affecté par sa mort ?
Réponse: Ils l’ont tous été, mais en réalité j’ai ressenti que nous n’étions pas les seuls à l’avoir perdu. Il (rahimahou Allah) été comme un père pour nous tous et sa disparition fut un véritable choc pour les musulmans du monde entier.

Question 15: Qui est son plus jeune enfant ?
Réponse: Le plus jeune d’entres eux est une fille qui a 21 ans.

Question 16: Quelles sont les différentes étapes que le Sheikh a suivi dans ses débuts pour rechercher la science, et quel a était votre rôle dans son assistance ?
Réponse: Le Sheikh (rahimahou Allah) a commencé l’enseignement dans la Grande Mosquée de Unayzah suite à la mort de son Sheikh, 'Abd Ar-Rahman ibn Nasir As-Sa'idi (rahimahou ma Allah) cela avant même que je sois sa compagne. A cette époque, il se considérait toujours comme un étudiant en science. Concernant mon assistance, cela se manifestait dans le fait de ne pas le distraire de la recherche de la science et de sa propagation. Je le servais et je mettais à sa disposition ce qui le pouvait l’aider dans on effort. Je suivais également les enfants et je m’occupais d’eux, sauf dans les sujets qui nécessitaient sa notification de manière à ce qu’il puisse diriger et chercher une solution.

Question 17: Comment a-t-il pu concilier la da’wa, qui pris la plupart de son temps, et ses responsabilités sociales et familiales?
Réponse: Il (rahimahou Allah) organisait son temps et il y faisait très attention. Par exemple, il consacrait du temps pour l’enseignement, les fatwas, la da’wa, l’adoration, la famille, les enfants, les responsabilités sociales et le maintien des liens de parenté. Si à certains moments il était incapable de partager directement entre certaines de ses responsabilités, il s’efforçait de le faire même par téléphone.

Question 18: Quelle était sa politique concernant l’éducation et la direction des enfants?
Réponse: concernant l’enseignement, il ne forçait pas ses enfants à choisir une spécialité ; plutôt, il avait l’habitude de les consulter pour cette décision. La preuve évidente est que ses enfants ont été diplômés de différents types de facultés, parmi elles : les facultés scientifiques, les facultés religieuses, les facultés militaires.

Question 19: Prenant en considération le travail et l’engagement du Sheikh, ceci l’a mené inévitablement à s’absenter de la maison et de la famille. Quelle était votre rôle concernant ce problème et comment couvriez vous son absence?
Réponse: Même si il était absent de la maison, que ce soit pour l’enseignement et la propagation dans Unayzah ou pendant ses voyages, il avait l’habitude de suivre ses enfants par le téléphone et en vérifiant leurs affaires à son retour. Cela ne servirait a rien de mentionner mon rôle car nous sentions toujours sa présence avec nous. En général, je faisais ressentir aux enfants que les responsabilités de leur père étaient grandes et qu’il avait beaucoup de travail. Ainsi, je les incitai à la patience sur cela, et il avait l’habitude de compenser cette absence à son retour.

Question 20: Pouvez vous nous informez au sujet de son adoration à la maison?
Réponse: Il (rahimahou Allah) aimait faire les prières surérogatoires (Ar-Rawatib), sauf dans des circonstances limitées. Il avait l’habitude de se lever dans la dernière partie de la nuit autant que possible et il faisait alors le witr avant le fajr, en plus des formules de rappels et d’istighfâr qu’il ne délaissait jamais.

Question 21: Quelle était son programme quotidien? Par exemple, quand se couchait- il, quand se levait- il et quand prenait- il son petit déjeuner, déjeuner et dîner ?
Réponse: Le Sheikh (rahimahou Allah) avait l’habitude de se lever pendant le dernier tiers de la nuit, priant autant qu’Allah voulait et après il faisait le witr avant l’appel à la prière d’Al Fajr. Après l’appel à la prière, il priait la prière surérogatoire avant celle de l’aube. Après, il réveillait sa famille avant de sortir pour aller accomplir salat Al Fajr à la mosquée. Ensuite, il retournait alors à la maison et s’installait dans la cour pour lire les rappels quotidien et les quelques passages du Coran jusqu’au lever du soleil. Après, il retournait dormir alors jusque vers 8h00., cela lorsqu’il n’enseignait pas à l’université.
Après son second réveil, il prenait son petit déjeuner et il finissait son travail et ses lectures dans son bureau à la maison. Il priait aussi salaat ad-duhaa avant d’aller à la mosquée pour salaat adh-dhuhr. A son retour, il déjeunait avec les enfants vers 1:30. Ensuite, il prenait les appels téléphoniques et répondait aux questions jusqu’à 20 minutes avant l’Asr. Il se reposait alors 15 minutes ou moins avant d’aller à la mosquée pour prier ‘asr et pour traiter les besoins des gens qui sont venus à la mosquée sachant qu’il sera là. Il retournait ensuite à son bureau après avoir traité les besoins des gens pour lire avant de retourner à la mosquée pour maghrib et ses cours quotidiens qui durait jusqu’à isha. Habituellement, il retournait à la maison après cela pour manger un léger dîner avant d’aller à son bureau. Occasionnellement il devait donner des conférences en dehors du Royaume par téléphone. Ceci était à peu près son agenda régulier durant la majeure partie de l’année, bien que cela changeait durant certaines saisons comme Ramadan, Hajj, et les vacances d’été.
Il avait aussi des engagements hebdomadaires qui avaient lieu à la maison ou en dehors. Certains de ces engagements hebdomadaires incluaient : Mercredi soir : rencontre avec les juges, rencontre avec les imams qui étaient programmés pour donnés les khutbah du jumu’ah dans les mosquées, rencontres avec les professeurs de l’Université, et rencontres avec les gens de hisbah (ceux qui commande le bien et interdise le mal) jusque 23h ou 00h après il allait se coucher.


Question 22: Quelle était son agenda pendant Ramadan, particulièrement après iftaar?
Réponse: Durant Ramadan, le Shaykh avait un agenda différent. Il passait la plupart de son temps à la mosquée pour réciter le Qur’aan et satisfaire les besoins des gens. Aussi, pendant toute la durée du mois honorable il invitait les gens pauvres et certains étudiants à rompre le jeûne à la maison. Après salaat al-maghrib, ils retournaient à la maison pour le dîner. Il profitait de ce moment pour donner des fatawa par téléphone. De plus, beaucoup de gens visitaient notre maison soit pour dire salaam au Shaykh soit pour demander une fatwa.

Question 23: Ou le Sheikh (rahimahou Allah) aimait t-il passer ses moment de repos?
Réponse: En réalité, le Sheikh ne connaissait pas de moment de repos, tout sont temps était chargé. Même quand il était assis avec nous, le téléphone sonnait dès fois et il (rahimahou Allah) restait longtemps à répondre au téléphone. Son temps de repos était dans la propagation de la connaissance, la satisfaction des besoins des gens, et les fatwas

Question 24: Combien d’heure par jour le Sheikh (rahimahou Allah) dormait il?
Réponse: Son temps de sommeil continu n’excédait pas 3 ou 4heures. Au total, le Sheikh (rahimahou Allah) ne dépassait pas 6 heures par jour en sommeil.

Question 25 : Qui parmi les étudiants le Shaykh louait-il et mentionnait souvent et dont la visite le rendait heureux?
Réponse:
Ses étudiants étaient tous égaux à ses yeux. Ils étaient tous comme ses fils, et il ne louait aucun d’entre eux en particulier, mais ils étaient tous égaux à ses yeux quand il les rencontrait ou les invitait à la maison. De plus, il partageait avec eux leurs occasions spéciales, leurs rencontres, leurs voyages, ou il les supportait si ils avaient besoin de quelque chose.
Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 17:08


Question 26:
Comment la famille du Sheikh (rahimahou Allah) se comportait-elle face à son ascétisme et sa piété?
Réponse:
Nous le voyions comme un exemple dans toutes choses. Nous avions de la révérence pour son ascétisme et sa piété ce qui nous confortait puisqu'il n'aimait aucunes manières artificielles ni il ne voulait de cela autour de lui. Il était une personne simple qui aimait la facilité en toutes choses.

Question 27:
A t-il pleuré à la mort de Sheikh ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (rahimahou Allah)?
Réponse:
Il a été vraiment affecté par la mort de son Sheikh ‘Abd Al ‘Aziz Ibn Baz (rahimahou Allah), de qui il prit la science. Tout le monde autour de lui sentirent l’ampleur de l’impact profond qu’elle a eu. Qu’Allah fasse qu’on les rencontre tous dans les béatitudes du Paradis.

Question 28
: A t-il voyagé dans un but autre que la recherche de la science?
Réponse:
Non, il n’a pas voyagé sauf pour la recherche de la science. Il voyageait à la Mecque pour la ‘Umrah, où il consacrait du temps pour des conférences. De plus, il est allé à Riyad et Taïf pour participer aux rencontres du Comité des Grands Savants, où il avait aussi programmé des conférences

Question 29: Pouvez vous nous informer au sujet de la générosité apparente du Sheikh (rahimahou Allah) envers les gens dans le besoin?
Réponse: Nous sentions son attention pour les gens dans le qui étaient dans le besoin parmi les membres de sa famille et ses parents, ils les aidait et satisfaisait leurs besoins. Aussi, il faisait de même avec ses voisins, les aidant dans tout ce dont ils avaient besoin, les réconfortant dans leurs soucis, et partageant leurs moments de joies.


Question 30:
Qu’avez vous appris du Sheikh (rahimahou Allah) ? Des questions de fatwas ? Avez-vous déjà donné des fatwas ?
Réponse:
J’ai appris du Sheikh (rahimahou Allah) tout ce qui est lié aux affaires de cette vie, que ce soit du point de vue social ou du point de vue légal. Concernant le fait de donner des fatwas, je ne me permettais pas de faire cela. Je lui présentais juste les questions que je recevais ensuite je rapportais ses réponses et ses fatwas à ceux qui avaient demandé.


Question 31: Avant la mort du Sheikh (rahimahou Allah), qu’a t-il conseillé à sa famille et à ses bien-aimés?
Réponse:
Le Sheikh (rahimahou Allah) n’a pas donné d’instruction spécifique avant sa mort mais tout au long de sa vie, il conseillait tout le monde et les invitait à suivre ce qui leur était bénéfique pour leur religion et leur vie ici-bas.

Question 32:
Nous voudrions un conseil de votre part pour les femmes des prêcheurs et des étudiants.
Réponse:
Elles doivent préserver leurs maris, en public et en privé. De plus, elles doivent les mettre dans les meilleurs conditions afin qu’ils puissent continuer à s’acquitter de leurs devoirs de da’wa et de connaissance. De plus, je les encourage à ne pas perdre patience face l’agenda chargé de leurs maris et le temps passé en voyage, dans la recherche de la science, la lecture et la da’wa car par la volonté d’Allah, elles ont une part de la récompense

Question 33:
y a t-il une rare et agréable rencontre qu'il a eue avec ses enfants ou ses voisins?
Réponse:
Le Sheikh (rahimahou Allah) agissait avec simplicité envers ses enfants et ses voisins et tous ceux qui l’entourait. Et une de ces rare et agréable occasions est que le Sheikh (rahimahou Allah) avait l’habitude d’enregistrer certaines petites récitations et des chansonnettes pour ses enfants et parfois en présence des enfants des voisins. Ils écoutaient ensuite les cassettes avec eux durant certaines rencontres avec eux quand ils étaient un peu plus âgés. Nous avons encore certains de ces enregistrements à ce jour.

Question 34:
Pouvez vous nous informer sur la manière dont le Sheikh (rahimahou Allah) recevait ses invités?
Réponse: Il recevait ses invités avec simplicité et un réel sens de l’accueil.
Il s’assurait qu’ils ne se sentent pas comme des invités. Il était rare qu’un jour passe sans qu’il n’amène un invité pour le déjeuner, le dîner ou entre les deux. Nous étions satisfaits de ses invités et nous les honorions.

Question 35:
Quelle est votre conseil à ceux qui propagent des troubles dans notre Royaume?
Réponse: Nous demandons à Allah de préserver notre terre et de continuer à nous accorder la faveur de la sécurité et de la sûreté.
Le Shaykh répétait et mentionnait souvent qu’il ne connaît pas une nation sur la terre qui applique la shari’ah et qui se tienne sur la croyance correcte comme celle ci. De même, il avait l’habitude de nous encourager à gérer les affaires en utilisant la sagesse, la bonne exhortation et l’indulgence au lieu d’avoir recours à la violence.

Question 36:
Y a t-il une chose que le Sheikh (rahimahou Allah) vous a demandé de faire qui vous sembla étrange et qui vous a fait hésité?
Réponse: Cela doit être ignoré de tous que je ne maîtrisais pas la lecture et la lecture au sens que je n’ai eu aucun type d’enseignement.
Au début, quand je me suis mariée avec le Sheikh (rahimahou Allah), j’étais complètement occupée par son service et à lui fournir un correct et confortable environnement pour la recherche de la science et l’enseignement. Après que nous ayons eu nos enfants, je fus occupée avec eux, et leur éducation me prit tout mon temps en plus du temps que je passai à aider et supporter le Sheikh (rahimahou Allah) dans la recherche de la science et le travail.
Après que les enfants aient grandi et que mes responsabilités ont commencé à se réduire un peu, je fus surprise que le Sheikh (rahimahou Allah) commença à m’encourager à aller à l’école pour les personnes âgées. Bien qu’hésitant au début, j’ai décidé d’y aller. Durant cette période il suivit mon évolution et il n’acceptait pas qu’un seul de mes fils signe mes carnets de note. Il disait : Je suis celui qui signe pour tout ce qui est lié à ta scolarité. Ce moment d’apprentissage est une période qui ne peut être oubliée due aux grands et innombrables bénéfices.

Question 37: Quelle genre de cadeaux le Sheikh (rahimahou Allah) vous donnait-il, à vous-même, à ses enfants et aux gens en général?
Réponse: à aucun moment de sa vie, il ne se montra avare envers ceux qui étaient proches ou lointain de lui en donnant tout ce qu’il pouvait.
Le plus précieux cadeau qu’il avait l’habitude de nous donner était ses invocations pour moi et mes enfants; je demande à Allah de les accepter, qu’Il les écrive pour lui dans son compte de bonnes actions, et qu’Il nous donne la capacité d’être pieux après sa mort.

Question 38:
Est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) vous racontait des choses qui se sont passées à la mosquée?
Réponse:
Il nous disait toujours les choses qu’il jugeait utile d’être mentionnées.

Question 39:
quel comportement adoptiez-vous avec le cheikh lorsqu’ il voyageait pour prêcher ?
Réponse: J’avais l’habitude de l’inciter et de l’encourager et aussi de lui faciliter les choses en lui fournissant ce dont il avait besoin.
En général, il voyageait peu et j’avais l’habitude de l’accompagner dans la plupart d’entre eux. Concernant les voyages en dehors du Royaume, il n’a quitté le pays qu’une fois, cela lorsqu’il partit se soigner en Amérique, voyage qui n’a duré que 10 jours environ et durant lequel je l’ai accompagné.

Question 40:
Quel a été le degré d’utilisation d’Internet du Sheikh (rahimahou Allah) quand cela fut introduit dans le Royaume au tout début ?
désolé mé je n'ai plus la réponse a cette question.

Question 41:
Quand le Sheikh (rahimahou Allah) acheta t-il le répondeur téléphonique automatique?
Réponse: Parmi les choses qui sont inconnues de beaucoup est que le Sheikh (rahimahou Allah) aimait et avait de l’intérêt pour les instruments électronique modernes. Il y avait ceux qui avaient l’habitude de lui fournir les technologies les plus récentes de telle manière que vous trouviez souvent avec lui de l’électronique qui n’avait pas encore été mis sur le marché public, par exemple : les montres électroniques, des instruments qui pouvait déterminer la direction de la qibla, des appareils d’enregistrement audio, des téléphones fixes et portables, et des répondeurs téléphoniques automatiques parmi beaucoup d’autres appareils. Il acheta ce répondeur téléphonique automatique dès qu’il fut disponible dans le Royaume. Il l’a beaucoup utilisé, le programmant souvent et enregistrant les messages de lui-même, au point où quand il voyageait, il changeait les messages de l’endroit où il se trouvait.
Il était en cela une référence pour nous tous.

Question 42:
Est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) achetait les journaux, et comment apprenait-il les informations locales et nationales?
Réponse: Nous recevions un des journaux à la maison en cadeau, et il le regardait si il avait du temps.
Dès fois, il nous demandait de couper des articles ou des informations importants afin de les garder. Aussi, il entendait les informations à la radio, surtout pendant le petit déjeuner vers 7 ou 8 du matin quand il écoutait soit la Station Radio de Qur’aan de Riyad ou la BBC. De plus, il écoutait parfois longuement l’analyse des informations lors d’événements importants.

Question 43:
combien d’offres de déménagement pour Riyad le Sheikh (rahimahou Allah) s’est-il vu proposées?
Réponse:
Plusieurs fois on lui a demandé de déménager à Riyad, Médine et la Mecque. Il a même été assigné comme étant un juge à Al-Ihsaa, mais il voyait que le fait qu’il reste à Unayzah avait beaucoup plus de bénéfices, donc il refusa toutes ces offres.

Question 44:
Durant les visites du Roi Faysal, le Roi Khaled, le Roi Fahd, et les autres princes, qu’est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) leur offrait?
Réponse:
Quand il fut dans sa maison qui était faite de boue à Unayzah, il reçu la visite du Roi Saud, le Roi Khaled, et le Roi Fahd, il furent étonnés par la simplicité de son habitation ainsi que par sa piété et son ascétisme dans la vie d’ici bas.

Question 45:
Y a t-il eu une offre de quelqu’un pour installer les instruments d’écho pour le microphone dans la mosquée du Sheikh (rahimahou Allah)?
Réponse:
Le Sheikh (rahimahou Allah) n’était pas pour cela.

Question 46:
Est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) fut marié à quelqu’un d’autre que vous, et combien de femmes avait t-il?
Réponse: Non, le Sheikh (rahimahou Allah) n’était pas marié à une autre que moi.
Il était marié à deux femmes avant moi, la première mourut, et Allah n’a pas voulu que le second mariage persiste.

Question 47:
Nous avons besoin d’un conseil de votre part pour les hommes qui ont plus qu’une femme.
Réponse:
La justice… la justice… la justice.

Question 48:
Si une personne demandait au père (c’est à dire le Sheikh (rahimahou Allah)) de me conseiller en tant que fille, à quoi vous attendriez-vous?
Réponse:
Il vous aurait conseillé comme il aurait conseillé une de ses filles et toutes les filles des Musulmans de craindre Allah en public et en privé, d’être bon avec les parents, maintenir les liens de parenté, préserver le mari, et craindre Allah concernant l’éducation des enfants basé sur l’Islam avec indulgence et gentillesse.

 Question 49: Comment le Sheikh (rahimahou Allah) a t-il reçu la nouvelle de sa maladie, et comment vous informa t-il à ce sujet?
Réponse:
Il reçu la nouvelle avec patience, espérant la récompense.
Un de mes fils m’a rapporté qu’après qu’il ait reçu les nouvelles qu’il leur ordonna de ne rien dire à leurs frères et sœurs ou à moi-même et que ce problème revenait à lui. Il nous transmit la nouvelle progressivement. Nous demandons à Allah de lui pardonner de lui donner une résidence spacieuse au Paradis.

Question 50:
Est ce que le Sheikh (rahimahou Allah) vous parlait des Moudjahiddins en Tchétchénie et d’autres endroits surtout qu’il nous a été transmit qu’il avait portait un vif intérêt à s’enquérir de leurs nouvelles et à leur donner des Fatwa?
Réponse:
Il (rahimahou Allah) s’empressait de suivre l’état des Musulmans partout dans le monde : en Palestine, Algérie, Afghanistan, et Tchétchénie.

Question 51:
Si vous pouviez nous relater les différentes étapes par lesquelles est passé le Sheikh (rahimahou Allah) tout au long de sa vie de prêche ?
Réponse:
Les étapes ont été nombreuses et ceci a été rapporté dans des écrits après la mort du Sheikh (rahimahou Allah)

Question 52:
Nous avons appris que le Sheikh (rahimahou Allah) durant sa maladie refusa d’appeler son cancer “vilain”, choisissant au lieu de cela de simplement de l’appeler « dangereux ». Pouvez vous nous informer à ce sujet et au sujet de sa patience ?
Réponse: Ceci n’était pas seulement après sa maladie, mais plutôt il avait cette opinion avant car il n’aimait pas utiliser le terme “vilain” pour cette maladie.
En ce qui concerne sa patience, elle était manifeste durant sa maladie, et je savais qu’il a considérablement souffert d’elle. La douleur le réveillait plusieurs fois durant la nuit. A chaque fois qu’il était questionné à ce sujet, il confirmait qu’elle était présente et il ajoutait qu’il leur disait cela à titre d’information et non comme une plainte, puisqu’il connaissait la récompense de ceux qui sont patients.
Toutes les louanges sont à Allah, que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ses proches et tous ses compagnons et ceux qui les suivent jusqu’au Jour de la Résurrection.

Amin

Partager cet article
Repost0