Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 09:00

                               Entre l'ombre et la lumière


D'après Abû 'Iyyâd, d'après un homme parmi les compagnons du Prophète (saw) qui a dit :

"Le Prophète a interdit à l'homme de s'asseoir entre l'ombre et la lumière et a dit : c'est la place ou s'assayait satan"

Hadîth authentique rapporté par Ahmad, al Bayhaqî, Abû Dawûd, qualifié authentique par Al-Alabânî dans "Sahîh at-targhîb"

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 11:54

"On demanda à Abou Uthmann Annissâbouri:

Quelle est l'action pour laquelle tu attends le plus de récompense?

 Il répondit:

Quand j'était jeune ma famille voulait me marier mais moi je refusais. Un jour une femme vint me dire: Ô Abou Uthmann! Je t'aime et je te demande par Allah de me prendre comme épouse. J'ai appelé son père qui était pauvre, il nous a marié et il en était heureux. Lorsqu'elle est venue vers moi, je l'ai vu borgne, boiteuse et déformée, son amour pour moi m'a empêché de sortir, et pour ne pas la blesser, je suis resté cachant mon aversion pour elle comme si j'étais assis sur des braises. J'ai passé ainsi quinze ans jusqu' à ce qu'elle meurt. La meilleure action que j'ai donc fait c'était de ne pas la blesser dans son coeur"


[Sayyid ul-khatir, pages: 635-636].
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 10:23

Al-Miqdâd Ibn Maad Yakrib [radiya-l-lâhu ‘anhu] : « Le Prophète [sallâ-l-lâhu ‘alayhi wa sallam] a dit :

 

« L’homme ne peut faire un acte pire que de remplir son ventre. En fait, il lui suffit quelques bouchées pour le maintenir debout. S’il ne peut s’en contenter, qu’il affecte le tiers de son estomac au manger, un autre tiers à la boisson et l’autre tiers à l’air. »

 

(Rapporté par At-Tirmidhî et Ibn Mâdjah et cité dans : « sahîh al-djâmi’. », n° 5674).

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 09:39

Qui veut gagner des millions? avec une maison au paradis.

 

"Le Prophète a dit: Celui qui dit en rentrant au marché:

 

"Il n’y a d’autre divinité qu’Allah Unique, sans associé. A Lui la royauté, à Lui la louange, Il donne la vie et donne la mort. Il est vivant et ne mourra jamais. Le bien est dans Sa main et Il est capable de toute chose."

لا إلهَ إلاّ اللّه وحدَهُ لا شريكَ لهُ، لهُ المُلْـكُ ولهُ الحَمْـد، يُحْيـي وَيُميـتُ وَهُوَ حَيٌّ لا يَمـوت، بِيَـدِهِ الْخَـيْرُ وَهوَ على كلّ شيءٍ قدير

 

Lâ ilâha illâ l-lâhu, wahdahu lâ sharîka lahu, lahu-l-mulku wa lahu-l-hamdu, yuhyî wa yumîtu, wa huwa hayyun lâ yamûtu, bi-yadihi-l-khayru, wa huwa calâ kulli shay'in qadîr.

Allah lui inscrira 1 million de bonnes actions, Il lui effacera 1 millions de mauvaises actions et Il Lui construira une maison au Paradis.

 

 

 

 

 

At-Tirmidhi (5/291) et Al-Hâkim (1/538) et authentifié par Al-Albânî dans Sahîh Ibn Mâjah (2/21) et dans Sahîh At-Tirmidhî (3/152)

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 11:20


Le Prophète (sallalahu 'alayhi wasallam) a dit : " Les prières les
plus pesantes pour les hypocrites sont salât al-'isha' et salât
al-fajr, mais s'ils savaient seulement ce qu'elles contiennent en
récompense, ils viendraient même s'ils
devaient ramper. "
(Rapporté
par Imam Ahmad, al-Musnad, 2/424 ; Sahih al-Jaami', 133).


" Quiconque prie al-fajr est sous la protection d'Allah. Ne vous
mettez pas dans une situation où vous devrez rendre compte de votre
négligence à Allah
. " (Rapporté par al-Tabaraani, 7/267 ; Sahih
al-Jaami', n°6344).


"Les anges se relaient auprès de vous nuit et jour. Ils se
rencontrent à la salât al-fajr et à celle d' al-'asr, ceux qui sont
restés auprès de vous pendant la nuit reprennent leur ascension et
sont questionnés par Celui Qui Sait mieux qu'eux :
'Comment
avez-vous laissé Mes Serviteurs ? ' Ils disent : 'En partant, nous
les avons laissé en train de prier et en revenant, nous les avons
trouvé en train de prier.' "
(Rapporté par al-Bukhaari, al-Fath,
2/33).



D'après un hadith sahih : "
Quiconque prie al-Bardayn entrera au
Paradis. "
(
Rapporté par al-Bukhaari, al-Fath, 2/52). Al-Bardayn

sont
al-fajr et al-'asr .

Ainsi pour nous aider à ne pas rater cette prière importante nous
pouvons prendre en compte les
menaces et la récompense évoquées
dans les hadith cités mais aussi prendre les habitudes suivantes
in shâ'a Allâh



- Se
coucher tôt. Selon un hadith sahih, le Prophète (Paix et
bénédictions d'Allah sur lui) n'aimait pas dormir avant 'isha et
parler après.



- S'assurer que l'on est
propre (taahir) et réciter les adhkaar
(invocations) avant de s'endormir. Cela aide la personnes à se
lever pour le fajr.


- Avoir une
intention sincère et être déterminé à se lever pour le
fajr au coucher .


- Se rappeler Allah dés le réveil. Certaines peuvent initialement se
lever, et retourner se coucher. Mais si on se remémore Allah dés le
réveil,
cela dénouera les nœuds du shay'tan et motivera à se lever.
Quand on accomplit le woudhou' (les ablutions), notre
détermination
devient plus forte et on éloigne encore davantage shay'tan.

- Rechercher l'aide de sa famille pour prier le fajr et s'encourager
mutuellement à cet effet. :
"
Aidez vous les uns les autres dans la pieté et la crainte
d'Allah
" [Al-Maa'idah 5 :2]
" Par al-'asr (l'heure). Assurément ! L'homme va à sa perte, sauf
ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres et se
recommandent la vérité et se recommandent la patience. "
[Al-'Asr
103 :1-3]



Invoquer Allah de nous aider à nous lever pour prier al-fajr à
l'heure. La Du'â est l'une des plus grandes sources de force et de
succès en toutes choses.



Jeter de l'eau au visage de la personne qui dort. Le Prophète (Paix
et bénédictions
d'Allah sur lui) louait l'homme qui se lève la nuit
pour prier et qui réveille son épouse, et quand elle refuse de
se
lever, il lui jette de l'eau au visage ; et il louait la femme qui
se lève la nuit pour prier et qui réveille son époux et quand il
refuse de se lever, elle lui jette de l'eau au visage
(Rapporté par
Imam Ahmad, Musnad, 2/250 ; Sahih al-Jamami', 3494).


Etre vif et actif au réveil. On devrait se lever immédiatement et
non pas se lever par étapes. La seule façon d'éviter de se
rendormir est de se lever immédiatement.


Ne
pas veiller tard, même pour prier qiyâm al-layl. Certaines
peuvent rester tard pour prier qiyâm al-layl, et ensuite
s'endormir quelques minutes avant le fajr et être incapable de se
lever pour la prière.


- Ne pas trop manger avant d'aller dormir. On dort d'un sommeil plus

profond quand on a trop mangé. Celles qui mangent beaucoup se
fatiguent et donc dorment beaucoup. C'est pourquoi il faut essayer
de manger
léger le soir.


Suivre l'exemple du Prophète (Paix et bénédictions d'Allah sur lui)
dans sa position de sommeil. On devrait donc s'allonger sur le
flanc droit, placer la main droite sous la joue droite. Cette
position rend le réveil facile. Le meilleur conseil est le conseil
de Muhammed (Paix et bénédictions d'Allah sur lui) et c'est mieux
de dormir ainsi que dans toute autre position qui rend le réveil
difficile.


S'aider en faisant une sieste au cours de la journée, dans le sens
où on aura alors besoin de moins de sommeil la nuit.


Ne pas dormir entre 'asr et maghrib, parce qu' après cela on se
couchera tard, et en se couchant tard on a davantage de mal à se
lever.

-
La dévotion sincère
envers Allah est la meilleure motivation pour
se lever pour la prière, parce qu'Allah est Celui qui contrôle
toutes les aides.


Si une personne est réellement sincère et son
cœur brûle de dévotion envers Allah, alors Allah l'aidera à se
lever pour prier al-fajr à l'heure, même si elle se couche quelques
instants avant al-fajr
 
 


Quoi qu'il arrive quelle que soit ton épreuve n'oublies jamais ton créateur le seule qui puisse resoudre tous tes soucis remets toi en à Lui place entièrement ta confiance en Lui invoques le et il t'exaucera. Car Allah Ta'ala dit : "Celui qui m'invoque, je l'exauce, celui qui me demande je lui donne, celui qui demande le pardon je lui pardonne."

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 08:55
                                Le jeune homme et les gens du fossé (mouslim)

D’après Chou’ayb (RA), Messager de Dieu , a dit : « jadis vivait un roi qui avait un sorcier. Quand le sorcier se sentit vieillir, il dit au roi : « Me voilà maintenant âgé. Envoie-moi donc un jeune homme pour que je lui enseigne la magie ».

Il lui envoya un jeune homme. Sur son chemin vers le sorcier, le jeune homme rencontra un moine. Il s’assit auprès de lui et écouta ses paroles qui lui plurent. Il faisait ainsi chaque fois qu’il se rendait chez le sorcier. Quand il arrivait auprès du sorcier, ce dernier le frappait pour son retard. Il s’en plaignit au moine qui lui dit : « Quand tu as peur de la colère du sorcier, dis lui : « J’ai été retenu par ma famille » et quand tu crains la colère de la famille, dis lui : « J’ai été retenu par le sorcier ».

Entre-temps, voilà qu’une bête énorme interdit le passage aux gens. Le jeune homme dit : « Aujourd’hui je vais savoir qui du sorcier ou du moine à la plus grande valeur ». Il prit une pierre et dit : « Seigneur Dieu ! Si l’oeuvre du moine T’est préférable à celle du sorcier, tue cette bête afin de permettre aux gens de passer ». Il la frappa alors avec la pierre et la tua sur le coup. Les gens eurent ainsi la voie libre. Il vint en informer le moine qui lui dit : « Mon petit, tu es devenu maintenant plus fort que moi puisque tu es arrivé à ce miracle. C’est pourquoi tu vas certainement être mis à l’épreuve. S’il en est ainsi, ne dis à personne où je suis ». Ainsi donc le jeune homme en arriva à guérir l’aveugle de naissance et le lépreux. Il guérissait les gens de la plupart de leurs maladies. L’un des courtisans du roi qui était aveugle en entendit parler et se rendit auprès de lui avec de nombreux cadeaux. Il lui dit : Tout ce que tu vois là est à toi si tu arrives à me guérir ». Le jeune homme lui dit :

« Je ne guéris personne moi-même mais c’est uniquement Dieu le Très-Haut qui guérit. Si tu crois en Dieu le Très-Haut, je Le prierai et Il te guérira ». Le courtisan crut en Dieu et Dieu le guérit. Il se rendit chez le roi et s’assit près de lui comme il en avait coutume. Le roi lui demanda : « Qui donc t’a rendu la vue ? ». Il dit : « Mon Seigneur et Maître ». Il lui dit : « Est-ce que tu as un Seigneur autre que moi ? ». Il dit : « Mon Seigneur et le tien est Dieu ». Le roi le jeta en prison et ne cesa pas de le torturer jusqu’à ce qu’il dénonçât le jeune homme. On fit alors venir le jeune homme et le roi lui dit : « Mon petit, te voilà arrivé à guérir avec ta magie l’aveugle-né et le lépreux et à faire telle et telle chose ». Le jeune homme lui dit : « Je ne guérit personne mais c’est Dieu le Très-Haut seul qui guérit ». Il le jeta donc en prison et ne cessa de le torturer jusqu’à ce qu’il dénonçât le moine. On fit venir le moine et on lui dit : « Renie ta foi ! » et il refusa de le faire.

On ordonna d’apporter une scie qu’on lui plaça sur la raie de ses cheveux. On lui coupa ensuite la tête qui tomba en deux morceaux. On fit alors venir le courtisan et on lui dit : « Renie ta foi ! » mais il refusa. On lui plaça la scie sur la raie de ses cheveux et on lui coupa la tête qui tomba en deux morceaux. On fit enfin venir le jeune homme et on lui dit : « Renie ta foi ! » Mais il refusa. Le roi le jeta à quelques-uns de sa suite et leur dit : « Amenez-le à telle montagne et escaladez-la avec lui. Une fois parvenue à son sommet, demandez-lui de renier sa foi, sinon jetez-le du haut de la montagne. Ils le prirent donc avec eux et escaladèrent la montagne. Il dit : « Seigneur Dieu ! Sauve-moi d’eux par ce que Tu veux ! ». La montagne se mit alors à branler. Ils tombèrent dans le vide et il vint dire au roi : « Dieu m’a sauvé d’eux ». Le roi le jeta à des gens de sa suite et leur dit : « Allez avec lui et mettez-le dans une grande barque. Une fois arrivés au large, demandez-lui de renier sa foi, sinon jetez-le à la mer ». Ils partirent avec lui et, une fois en pleine mer, il dit : « Seigneur Dieu ! Sauve-moi d’eux avec ce que Tu veux ! ». La barque se retourna et ils se noyèrent. Il vint en marchant (sur l’eau) jusqu’au roi qui lui dit : « qu’ont fait tes compagnons ? ». Il lui dit : « Dieu m’a sauvé d’eux ». Il dit alors au roi :         

« Jamais tu ne pourras me tuer si tu ne fais pas ce que je vais t’ordonner de faire. « M’ordonner quoi ? » demanda le roi. « Tu rassembles ton peuple sur un même plateau puis tu me crucifie sur le tronc d’un palmier. Tu prends alors une flèche de mon carquois, tu places la flèche au milieu de la corde de l’arc et tu dis : « Au nom de Dieu, Seigneur et Maître de ce jeune homme », tu me tires alors la flèche et si, tu fais tout cela, tu me tueras sûrement ».


Il rassembla donc les gens sur un même plateau, crucifia le jeune homme sur le tronc d’un palmier, prit une flèche de son carquois et la plaça au milieu de la corde de l’arc. Puis il dit : « Au nom de Dieu, Seigneur et Maître du jeune homme ! ». Il tira alors la flèche qui alla se planter dans sa tempe. Le jeune homme porta la main à sa tempe et mourut sur le coup. Les gens dirent alors : « Nous croyons au Seigneur et Maître du jeune homme ». On vint dire au roi : « Que dis-tu de ce que tu craignais ? Par Dieu, te voilà donc atteint de l’objet de la crainte et voilà que ton peuple à cru en Dieu ». Il ordonna de creuser des fossés à l’entrée de chaque route. On les creusa et on y alluma le feu. Le roi dit : « Jetez-y tous ceux qui ne veulent pas renier leur foi ». C’est ce qu’ils firent jusqu’à ce que vint une femme avec son petit. Elle eut peur et refusa de se jeter dans le feu. Son enfant lui dit : « Mère ! Patiente car tu es sur la juste voie ».

Rapporté par mouslim
Partager cet article
Repost0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 17:18

« Ô médecin ! Aurais-tu un remède qui lave les péchés et soigne les maladies [spirituelles] des cœurs ?

 

Al-Hasan Al-Basri raconte :

« Un jour, alors que je déambulais avec un jeune dévot [pieux] dans les rues et marchés de Basra, nous arrivâmes soudainement près d’une assemblée. Des hommes, des femmes et des enfants se tenaient près d’un médecin trônant sur un siège. Ils tenaient dans leurs mains un récipient d’eau et se renseignaient sur les [vertus médicinales] des remèdes disposés devant eux.

Le dévot s’avança et demanda :

« Ô médecin ! Aurais-tu un remède qui lave les péchés et soigne les maladies [spirituelles] des cœurs ?

Il répondit : « Bien sûr ! »

Le dévot demanda : « Donne-le moi ! »

Le médecin lui dit :

« Retiens de moi ces dix choses :

 

 

Prend de la racine de l’arbre de la pauvreté et de celle de l’arbre de la modestie,

Ajoute du lait de la repentance

Et dispose le tout dans un mortier à piler de l’agrément,

Puis réduis le tout en petits morceaux avec le pilon de la sobriété,

Place ensuite l’ensemble dans le chaudron de la crainte,

Et verse dessus de l’eau de l’humilité,

Fais bouillir la mixture avec la gratitude,

Refroidis le tout avec l’éventail de l’espoir

Puis bois-le avec la cuillère de la louange […]

 

Si tu fais ainsi, cela te soulagera de tous les maux et de toutes les épreuves, dans ce monde comme dans l’autre ! »

 

 

Sagesse musulmane : le livre des prédispositions au Jour dernier, Ibn Hajar, Edition Tawhid, pages 158-159

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:27


Abou Dhar Al-Ghifari radiya Allahu 'anhu a relaté:

 

"Mon ami bien-aimé (sallallahu ‘alayhi wa sallam) m'a ordonné sept choses :


*Il m'a ordonné d'aimer les pauvres et d'en être proche.

*Il m'a ordonné de regarder ceux qui sont en-dessous de moi et de ne pas regarder ceux qui sont au-dessus de moi.

*Il m'a ordonné de préserver les liens de parenté, même s'ils ont été rompus.

*Il m'a ordonné de ne rien demander à personne.

*Il m'a ordonné de dire la vérité même si elle est amère.

*Il m'a ordonné de ne craindre le blâme de personne lorsqu'Il s'agit d'Allah.

*Il m'a ordonné de répéter souvent "la hawla wala qouwata ila billah (il n'y a de puissance et de force qu'en Allah) car ces paroles font parties d'un trésor sous le trône (et dans une autre version: elle est un trésor parmi les trésors du paradis).

 

 

(hadith n°2166 dans silsila as sahiha du cheikh Al Albani rahimahullah, de plus ce hadith a été également rapporté par l'imam Ahmad dans son 'mousnad' (5/159), par Ibn Hibban dans son 'sahih'(449) par At Tabarani dans 'Makarim al akhlaq', par Al Bayhaqi dans son 'sounan' (10/91)

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 07:35


Il est recommandé de se laver les mains plusieurs fois par jour, avant et après les repas, au réveille...
 

Abû Hurayra a rapporté que le Prophète a dit : « lorsque l’un de vous se réveille le matin qu’il ne plonge pas sa main dans le récipient contenant l’eau pour les ablutions avant de les avoir lavées 3 fois, car il ne sait pas où il a mis sa main pendant son sommeil ».

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 09:11

Le port de bijoux en or est interdit aux hommes. D'après Abd Allah Ibn Abbas, le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a vu un homme porter une bague en or et il l'a retirée et jetée en disant :
« L'un de vous accepte de porter une braise en sa main ! »
Quand le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) est parti, on a dit à l'homme:
«prends ta bague pour en faire un autre usage.. ». et il a dit : « non ! Au nom d'Allah, je ne la reprendrai pas après que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) l'ait jetée».
(rapporté par Mouslim n° 2090).

Abd Allah ibn Amr ibn Al-As a rapporté que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a dit :
« Celui des membres de ma communauté qui porte des bijoux en or jusqu'à sa mort sera privé de l'or du paradis. Celui d'entre eux qui se vêtit de soie jusqu'à sa mort sera privé du soie du paradis ».
(rapporté par l'imam Ahmad).

Cette interdiction s'applique exclusivement aux hommes et ne concernent donc pas les femmes compte tenu d'un hadith rapporté par Ali (P.A.a) selon lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) avait pris un morceau de soie en sa main droite et une pièce d'or en sa main gauche et dit :
« ces deux-là sont interdits aux mâles de ma communauté »
(rapporté par an-Nassaï et Abou Dawoud).

C'est ce qu'indiquent encore les propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui )
« Le port de soie et de l'or est autorisé aux femmes de ma communauté et interdits aux hommes »
(rapporté par l'imam Ahmad).
Partager cet article
Repost0