Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 10:20
Histoirer raconter par une soeur.
Cel
a s'est passée il y a de ça Presque 1 ans.

En fait c' était mon cousin et 3 frères d' une mosquée prés de chez moi qui faisaient le rappel à la prière, donc ils allaient un petit peu partout, et avant de revenir à la mosquée, pour faire la prière, ils passèrent chez un ami pour l'appeler à venir avec eux, en venant prés de sa porte, ils se trompèrent et frappèrent chez quelqu'un d'autre (alors qu'ils avaient l'habitude de venir chez cette personne mais, bizarrement, ils ne frappèrent pas a la bonne porte), donc la porte s'ouvre et un monsieur âgé d'environs 40 à 50 ans se présenta (ce monsieur avait la réputation d'être quelqu'un de discret qui ne parlait a personne) les frères, ainsi que mon cousin, ayant vu qu'ils s'étaient trompés de porte lui présentent leurs excuses en lui disant qu'ils s'était trompés et qu'ils étaient venu chercher un ami juste en face pour aller à la mosquée faire la prre.
Bi
zarrement le monsieur leur a dit de ne pas s'excuser et, bien au contraire, leur demanda de rentrer chez lui pour qu'ils puissent lui expliquer ce qu'ils font exactement et lui expliquer la religion. Les frères, assez étonnés, acceptèrent vu qu'ils étaient là pour cela. En s'installant chez lui, ils lui parlèrent de la religion ainsi que de Dieu (soubhanahou wa ta\'ala) et le monsieur, assez éton lui-même, resta bouche bée devant les frères qui parlaient de religion. L'heure de la prière allait bientôt arriver, les frères proposèrent au monsieur de venir avec lui à la mosquée pour qu'ils fassent la prière puis continuer à lui parler de la religion. Une fois arrivés à la mosquée, l\'heure de la prière étant passé, les frères assez étonnés lui dirent:
«
Telle est la volonté de Dieu (\"Macha Allah\") c'est bien tu nous a accueilli chez toi, tu nous a écou attentivement, tu es venu avec nous à la mosquée. C'est vraiment très bien ! Y a-t-il déjà quelqu'un qui t\'a déjà parlé de la religion musulmane ou d'une autre religion car tu as l'air d'être quelqu'un qui est passion et qui as envie d'en apprendre. »
Le
monsieur leur répondit :

« E
n fait pas du tout, personne ne m\'a jamais par de religion, la religion je la connaissais à partir de la télé et pour vous dire la vérité j'en avais une très mauvaise image, mais là il m'est arri quelque chose d'exceptionnel. Pour tout vous dire il n\'y a pas longtemps, moi et ma femme nous nous sommes parés. J'avais des problèmes à droite à gauche, j'étais vraiment pas bien, je me sentais mal jusqu\'à se que vous arriviez. me pas 5 secondes avant que vous arriviez j'allai me suicider et j'ai levé ma tête en l'air en disant : \"Dieu ! Si Tu existes envoie moi un signe sinon je vais me suicider !\"
J'a
vais à peine terminé ma phrase que vous avez tapé à la porte et comme par hasard c'était par rapport à Dieu (soubhanahou wa ta\'ala) Alors j'ai ouvert la porte et vous étiez comme une lumière devant moi et j'ai senti quelque chose en moi que je n'avais jamais ressenti avant et c'est pour cela que je vous ai suivi et que j'ai eu envie d'en apprendre le maximum sur cette religion et de devenir un bon musulman jusqu'a la fin de mes jours ».
E
t les frères se sont mis à pleurer ainsi que le monsieur qui aujourd'hui est un très bon musulman Tel que Dieu veut (\"Macha Allah\") et se sent vraiment très bien en tant que musulman.
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 16:02
L'aveugleaveugle.jpg

Je ne dépassais pas la trentaine quand mon épouse eut le 1er enfant.

Et je me rappelle encore cette nuit que j'ai passé en compagnie de mes copains jusqu'au bout de la soirée très tardivement donc et on parlait de tout et de rien mais beaucoup plus de rien des choses peu importantes et même banales.

J'ai toujours été celui qui sait faire rire les autres . Je savais imiter quiconque et toutes les voix.

Et cette nuit là je les avait fait beaucoup rire.

C'était ma passion et mon savoir faire.


Tout le monde y passait donc je ridiculisais tout le monde avec mes plaisanteries et il y'en avait qui évitaient de me rencontrer pour éviter d'être sujet d'un amusement d'une soirée.

Et je me rappelle que ce jour là je leur racontais l'histoire d'un aveugle rencontré le matin même dans un marché et à qui j'ai donné un cloche pied et le gars est tombé se relevant et cherchant bêtement qui l'a fait tomber il paraissait ridicule alors qu'il ne voit p
as.

Et moi j'ai éclaté de rire sur lui au point où ça raisonnait dans tout le m
arché.

Cette nuit là donc je suis rentré très tardivement, j'ai trouvé ma femme la larme aux yeux qui m'attendait en me disant mais où étais tu donc ?


Elle paraissait très fatiguée. Elle allait accoucher.

Une larme s'écoula sur son visage j'ai senti alors que j'ai abandonné ma femme au moment où elle avait besoin de moi
.

Je l'accompagne vite fait à l'hôpital donc et dans la salle d'attente j'ai attendu longuement et elle, entre temps souffrait terriblement des heures sont passées et pas encore accouché.

Epuisé je suis rentré chez moi en laissant mon numéro de téléphone pour qu'ils m'appellent quand s'est fai
t.

Quelques heures passent et ils m'appellent. j'y cours. Je demande à voir mon enfant ils me disent non tu vas d'abord voir le médecin. Je dis pourquoi ? j'ai besoin de voir mon fils pas le médecin et on insistât que j'aille voir le médecin accoucheur d'
abord.

Ce que je fais. Elle me dit votre bébé a une malformation dans ses yeux et il paraît être même aveugle.

J'ai pris ma tête entre mes mains repoussant ma colère et ma souffrance à cet état de fait et me rappela tout de suite l'aveugle du matin et ce que je lui ai fait.

Je suis resté comme une statut ne sachant que faire puis je me suis rappelé ma femme et je cours la voir.

Ma femme était une pure croyante, elle a accepté la chose se remettant à Allah.

Elle me disait toujours arrête de rire sur les autres.

Nous sommes sortis de l'hôpital et le bébé avec nous.

Et en réalité jamais je ne me suis occupé de lui et je considérais même qu'il n'était même pas à la maison. Quand dans la nuit il pleurait beaucoup je quittais la chambre pour aller dormir ailleurs.

Ma femme elle s'occupais beaucoup de lui et l'aimait énormément.

Quant à moi je ne le détestais pas mais je n'arrivais pas à l'aimer.

Quelques mois passèrent, il marchait à 4 pattes d'une façon bizarre, puis quand il a commencé à se mettre debout et à marcher nous avons constaté qu'il boitait aussi.

Et là je l'ai encore repouss
é.

Après lui ma femme eut deux autres garço
ns.

Ils ont grandis ensemble tous les trois
.

Je n'aimais pas rester à la maison, j'étais toujours avec mes copains, en fait j'étais comme une sorte de jouet dans leurs mai
ns.

Et ma femme n'est jamais arrivée à être épuisée de réveiller sur ça mais en va
in .

Elle me reprochait toujours d'être plus prés des deux autres enfants et différent avec Salem (laîné) et cette différence je l'aff
ichais.

Ma femme décida de le mettre dans une école spécialisée pour handicapé et j'y ai adhéré.

Mes jours n'étaient que : boulot, dodo, soirée, et bouffe et je n'avais pas senti les années passer.

Un jour, un vendredi je me leva le matin et j'étais invité à déjeuner, je me prépare pour l'occasion donc costumé, parfumé et je me dirige vers la sortie
.

En passant par le salon j'ai entendu Salem pleurer à chaude larme
s.

C'était la première fois que je le voyais pleurer depuis qu'il était bébé. 10 ans sont passés et jamais je ne suis allé vers lu
i.

J'ai essayé de l'ignorer mais je n'ai pa
s pu.

A partir de la chambre je l'entendais appeler sa mère.

Je me suis dirigé vers lui et je lui ai dit : Salem qu'as t
u ?

Quand il entendit ma voix il s'arrête net de pleurer
.

Et quand il sentit ma présence il commencer à chercher quelque chose avec ses petites ma
ins.

En fait il voulait me fuir. Comme s'il disait au fond de lui après dix ans ce n'est qu'aujourd'hui que tu sens ma présence ?? que j'existe ?? où étais tu donc pendant ces 10 années ?
?

Il rentra dans sa chambre. Il refusa au début de me dire pourquoi il pleurer, mais par la suite finit par le d
ire.

L'enfant pleurait, parce que son jeune frère qui avait pour habitude de l'accompagner à la mosquée pour la prière tardait à venir et il avait peur de ne pouvoir trouver une place au premier rang. Il avait appelé son frère et appelé sa mère mais personne ne répondit. Ils étaient ab
sents.

Je me suis mis à regarder ses yeux aveugles entrain de pleur
er.

Et je n'ai pas pu continuer à écouter la suite de ce qu'il avait à me
dire.

J'ai porté ma main sur sa bouche pour qu'il ne dise plus un mot. Et je lui demande est ce pour ça que tu pleure Salem ?? et il répondit que oui.


Sur le champ j'ai oublié mes amis et j'ai oublié l'invitation, et je lui dis Salem ne sois pas triste, sais tu qui va t'accompagner à la mosquée ? il répondit oui c'est Omar. Je lui répondit alors non ce sera moi.

Surpris, puis doutant que encore une fois je plaisantais il commença à pleurer. J'ai alors essuyé ses larmes et pris sa petite main et je l'ai accompagn
é.

Je voulais l'emmener en voiture mais il refusa il me dit que la mosquée est tout prés et qu'il faut y aller à pieds..


Je ne me rappelle pas de la dernière fois où j'ai mis les pieds dans une mosquée.

Mais je sais que c'est la première que j'y rentre avec une peur et un regret sur tout ce que j'ai durant toutes ces années passées.

La mosquée était pleine mais j'ai quand même réussi à trouver place à Salem dans la première range
r.

Nous avons écouté l'imam et il a fait la prière à côté de moi où plutôt en réalité j'ai fait ma prière à côté
.

A la fin de la prière il me demanda de lui ramener un livre de cora
n.

Je trouvais ça bizarre puisqu'il ne peut pas lire alors pourquoi il demande le livre.


J'ai failli ignorer sa demande , mais je l'ai fait car j'avais peur de le blesser. Je lui tends le livre il me demanda d'ouvrir la page de la sourate “ el kahf ” " la Caverne ". quand j'ai trouvé la page il prend le livre et le met devant lui et il commence à lire la sourate avec ses yeux fermés.

Ô Allah mais il est entrain d'apprendre la sourate entièrement. J'ai eu honte de moi et j'ai pris un autre liv
re.

J'ai senti alors que tous mes membres tremblait, j'ai lu et lu et lu et j'ai prié Allah qu'il me pardonne et qu'il m'oriente vers le droit chemin.

Je n'ai pu supporté et j'ai commencé à pleurer comme un enfant
.

Il y avait encore quelques fidèles qui faisaient des prières en plus j'étais gêné. J'ai essayé de me ret
enir.

Mais ces pleures se sont transformé à sorte de défoulement. Je n'arrivais plus à me retenir. Je m'extériorisais en fait.

Jusqu'à ce que j'ai senti une petite main se poser sur mon visage m'essuyant les larmes, et c'était Sale
m.

Et je l'ai pris dans mes bras.
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:59
 Un jour un homme est venue se plaindre auprès d'un cheikh de son extrême pauvreté, il lui dit qu'il était dans une grande détresse et préférerait la mort à une telle vie.

Le cheikh lui demanda :
" voudriez vous échanger vos yeux contre dix mille dirhams."

Il répondit : " certainement pas. "

Le cheikh dit encore : " voudriez vous echanger votre langue contre dix mille dirhams ? "

L'homme dit : "naturellement pas."

Le cheikh dit : " seriez vous d'accord d'avoir vos mains et pieds coupés en échange de vingt mille dirhams."

L'homme répondit que non.

Le cheikh demanda : " seriez vous prêt a perdre l'esprit en échange de dix mille dirhams ? "

L'homme répondit qu'il n'y était pas disposé.

À ceci, le cheikh lui dit : " n'avez-vous pas honte de vous-même ? Vous admettez qu'Allah vous a accordé tant de cadeaux précieux, dont la valeur selon votre propre évaluation, excède cinquante mille dirhams et vous vous plaignez de la pauvreté ! "
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:41
Si vous pardonnez à quelqu'un ses péchés ceux-ci s'évanouissent sur le champ. Par contre si vous ne les pardonnez pas, qu'allez-vous en faire ?

Un professeur d'Institut qui devait enseigner sur le thème du pardon, demanda à chacun de ses étudiants d'apporter un sac de pommes de terre lors du prochain cours.

Il leur demanda ensuite d'inscrire sur une pomme de terre le nom de chaque personne à laquelle ils refusaient de pardonner, et à côté, la date. Puis ils devaient porter sur leur dos, partout où ils iraient, pendant le mois suivant, le sac de pommes de terre. Ce fardeau leur parut vite insupportable.

Ils se rendirent alors compte du poids spirituel de rancoeur qu'ils portaient tous en eux. Ils comprirent aussi le degré d'énergie qu?ils gaspillaient en portant leur fardeau et le danger qu'ils couraient de laisser ce fardeau au mauvais endroit. Puis, à mesure que les pommes de terre commençaient à pourrir, chaque étudiant comprit qu'il devait se débarrasser du sac au plus vite.

Le pardon n'est pas seulement un don que vous faites aux autres, c'est aussi et surtout un cadeau que vous vous faites à vous-même, car en refusant de pardonner, un boulet s'attache à votre coeur et le bonheur et la bénédiction s'enfuient loin de vous. Qu'allez-vous donc faire du fardeau de péchés que vous refusez de pardonner ?

Aimeriez-vous vraiment qu'Allah vous pardonne avec le même enthousiasme que vous mettez à pardonner les péchés des autres ?

Si cette idée vous gêne un peu, alors agissez dès aujourd'hui, avant le coucher du soleil.
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:54
Un frères a raconté cette histoire, voici ce qu'il a dit :' Ma femme porte le hijab, louange à Allah, mais dans l'appartement en face du notre habite une jeune fille qui non seulement ne le porte pas mais s'habille de manière très inconvenable. Cependant, ma femme entretenait une bonne relation avec cette fille et (c'est là le devoir des femmes qui portent le hijab) un jour cette voisine vint trouver ma femme et lui demanda de l'accompagner pour acheter des vêtements. Ma femme saisit cette opportunité et accepta à condition que la fille l'accompagne d'abord pour assister à une conférence. Ma femme raconte : 'Nous sommes allées à la conférence dont le thème était justement le repentir et le retour à Allah. Ma jeune voisine écoutait avec un très grand intérêt. A la fin de la conférence, elle avait l'air très bouleversée, ses yeux étaient inondés de larmes et elle se mit à répéter ce mot : 'Je me repens, o Allah, je me repens, couvrez-moi, s'il vous plait, couvrez-moi !'. On lui disait :'Attends de rentrer chez toi pour porter le hijab', mais elle ne voulait rien entendre et insistait pour qu'on lui cherche quelque chose pour la couvrir. Elle ne se calma que lorsque nous lui apportâmes une cape et un voile. En nous rendant à la maison, ma jeune voisine fut renversée par une voiture et elle mourut sur-le-champ!

vous avez vus mes soeurs?? combien cette jeune fille a eu le bonheur d'avoir pu se repentir seulement quelques minutes avant sa mort ? Alors, Ils ne faut plus dire qu'on es trop jeune pour porter le hijab, car il n'y a pas d'age pour la pudeur!
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:46
Il y avait très longtemps vivait dans un grand palais un Roi musulman. Il était toujours accompagné de son fidèle Conseiller, un homme très sage qui aimait Allah et qui donnait des conseils au Roi quand il avait des problèmes.
A chaque fois qu'un malheur arrivait au Roi, le Conseiller le consolait en
lui disant :
« Ce
n'est pas grave
, Roi, c'est un bien d'Allah ! ».
Le roi ne comprenait pas toujours et il lui arrivait de se fâcher. Un jour, en allant à la chasse, le Roi se blessa et perdit 3 doigts.
Tout le monde criait :
« Quel
ma
lheur !! Pauvre Roi !! »
Sauf le C
onseiller qui s'approcha du Roi et
lui dit :
« Mon Roi, ne pleurez p
as comme ça ! Ce n'est pas trop grave, il vous reste encore des doigts ; c'est un bienfait d'Allah !!
»
Le R
oi avait très mal et se mi
t très en colère :
« Conseiller !
Tes paroles ne me plaisent pas ! Au lieu de me consoler, tu dis que ce qui me fait mal est un bienfait d'Allah ! Qu'on l'emmène en pris
on !!! » .
Le Roi
prit un nouveau conseiller et oublia celui qu'il avait fait jeté en prison. Des années plus tard , il partit dans la forêt en promenade avec toute sa troupe quand des cannibales les at
taqua. Leur chef ordonna :
« C
apturez moi tous les hommes en bonne santé. Par contre, ceux à qui il leur manque quelque membre, libérez les car je n'aime pas les infirm
es !! »
Tout le m
onde fut capturé, sauf le Roi car il lui manquait 3 doigts. Triste, il rentra seul au château. C'est alors qu'il se rappela que son premier Conseiller était toujours en prison et alla vite le reche
rcher.
« Ô, mon b
rave Conseiller, pardonne moi de t'avoir laissé si longtemps en prison. Tes paroles étaient pleines de vérité ! Je suis en vie grâce aux 3 doigts qui me manquent : c'est un bienfait d'Allah mais je n'avais pas compris tout de suite. Acceptes tu mes excuses, car c'est toi le plus
sage !! »
Le con
seiller, heureux que le Roi avait compris que tous les malheurs qui lui étaient arrivés était un bien pour lui de la part d'Allah,
lui répondit :
«
Mon Roi, ne t'excuse pas de m'avoir mis en prison, c'est un bienfait pour moi !! »
.
Le Roi, étonn
é, lui dit :
« Ma
is, tu n'es pas faché contre moi ?? Je t'ai puni sans raison valable et ce, pendan
t des années. »
Le Conseiller, toujours aussi sage, lui répondit
en souriant :
«
Mon Roi ! Si j'étais resté auprès de vous, les cannibales m'auraient fait prisonnier et je serais à cet instant mangé !! Tout est un bienfait d'Allah, même si on ne le comprend pas tout de suite !
».

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 09:22
Le miel coranique
Un jour, un ami et moi sommes montés dans un taxi. J'ai remarqué que le
chauffeur avait déposé sur le devant de la voiture un Coran ouvert, comme le
font beaucoup de conducteurs, pour se protéger contre les risques d'accidents.
Mon ami fit alors une remarque pertinente et demanda au chauffeur:
-Apparemment tu aimes le Coran et tu le vénères, autrement tu ne l'aurais pas
déposé dans ta voiture !
- Oui, je l'aime et je le sanctifie, mais je le mets ici surtout pour rechercher la bénédiction et pour me protéger contre les dangers, dit le chauffeur.
- Mais est- ce que tu le lis ?, lui demande mon ami
- Non, répond-il
- Si tu avais un pot de miel pur sur une étagère de ta cuisine, l'aurais-tu laissé comme un décor sans le savourer, en sachant surtout qu'à part sa douceur, le miel est un remède pour toutes sortes de maladies?
- Certainement pas , je l'aurais dévoré, autrement je ne l'aurai pas acheté, dit le chauffeur.
- Il en va de même pour le Coran. C'est un miel pur... pourtant tu l'as laissé
sur le bord de la voiture, tout comme quelqu'un qui délaisse le pot de miel.
Pourquoi n'essaies tu pas de le goûter?
Le chauffeur ayant saisi l'allusion, sourit et dit : 'je le ferai Incha Allah'
Pendant que ma pensée plongeait dans les propos de mon ami, je contemplais
l'omniprésence de la verdure exubérante du printemps et je me demandais comment les gens pouvaient abandonner les coupes cristallines du miel coranique sur les étagères de leurs bibliothèques, de leurs maisons et les bords de leurs voitures sans tenter d'en tester la saveur. Car je suis sûr que, s'ils y goûtaient, ils ne s'en détourneraient jamais au profit de quelque chose d'autre.
C'est un miel qui n'est pas comme les autres miels dont la saveur disparaît dès
qu'il quitte la langue. En effet, la douceur du miel coranique ne quitte jamais
la langue de l'intellect, la langue du coeur et la langue de l'âme...
C'est un appel qui s'adresse à vous, jeune Musulman et jeune Musulmane, pour
que vous débouchiez avec moi les coupes de ce miel afin d'y goûter ou
d'apprendre comment le savourer...
 

Que la paix et la bénédiction soient sur le Prophète et sur sa famille

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 08:40
Deux anges s'arrêtèrent pour passer la nuit dans la maison d'une famille aisée. La famille était méchante et refusa que les anges demeurent dans la chambre d'amis de la maison.
À la place, ils laissèrent les anges dormir dans une petite pièce située dans le sous-sol froid. Durant le temps qu'ils faisaient leur lit sur le sol dur, le plus âgé des anges aperçut un trou dans le mur et le répara.
Quand le plus jeune des anges demanda "pourquoi?"
Le plus âgé des anges répliqua : "Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent".
La nuit suivante, les deux anges arrivèrent pour se reposer dans une maison où les gens étaient vraiment pauvres, mais où le fermier et sa femme étaient très hospitaliers. Après avoir partagé le peu de nourriture qu'ils avaient, le couple laissa les anges dormir dans leur lit pour qu'ils aient une bonne nuit de sommeil.
Lorsque le soleil se leva le lendemain matin, les anges trouvèrent le fermier et sa femme en larmes.
Leur unique vache, de laquelle le lait était une bénédiction, gisait morte sur le sol.
Le plus jeune des anges était furieux et demanda au plus âgé des anges
comment il avait pu laisser faire cela?
La première famille avait tout et tu l'as aidée en réparant un trou dans leur mur au sous-sol", accusa l'ange.
La deuxième famille avait peu, mais était disposée à tout partager, et tu as laissé sa vache mourir.

Les choses ne sont pas toujours comme elles paraissent", répliqua le plus âgé des anges.
Quand nous sommes restés dans le sous-sol de la maison de la première famille, je me suis aperçu qu'il y avait de l'or dans le trou du mur.
Le propriétaire était tellement rempli de haine et qu'il ne voulait pas partager sa fortune, j'ai bouché le trou afin qu'il ne retrouve plus cet or.
Et, la nuit dernière, lorsque nous étions endormis dans la chambre du fermier, l'ange de la mort venait chercher la femme du fermier.
J'ai négocié avec lui et je lui ai donné l'unique vache du fermier à la place
Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent.
Quelques fois, c'est exactement ce qui arrive lorsque les choses ne tournent pas de la façon dont on voudrait qu'elles tournent."
Si vous avez la foi, vous n'avez qu'à croire que chaque mauvaise tournure des choses est à votre avantage.
Il se peut que vous ne vous en rendiez pas compte au début, jusqu'au jour où vous vous apercevrez qu'elles étaient effectivement à votre avantage.
Une personne arrive dans ta vie et, rapidement, elle s'en va. Une autre personne devient ton amie en te laissant de belles empreintes sur ton coeur et tu n'es plus jamais le même ou la même, car tu t'es fait un nouvel ami ou une nouvelle amie !

Hier est de l'histoire ancienne. Demain est un mystère. Aujourd'hui est un cadeau. Et c'est pourquoi, on l'appelle le présent!
Je crois que c'est spécial de vivre et de savourer chaque moment.

Qu'Allah soit votre Protecteur.
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 09:10
Un jour, l'âne d'un fermier est tombé dans un puits. L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures,et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il a décidé que l'animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon, ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

Il a invité tous ses voisins à venir et à l'aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer le puits.

Au début, l'âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier
terriblement.

Puis, à la stupéfaction de chacun, il s'est tu..

Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu'il a vu.Avec chaque pelleté de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.

Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, il se secouait et montait dessus. Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne soit hors du puits et se mit à trotter !

Conclusion :
La vie va essayer de vous engloutir de toutes sortes d'ordures. Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer. Chacun de nos ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais. Ne jamais abandonner ! Secouez-vous et foncez ! Rappelez-vous les cinq règles simples pour être heureux :

Libérez votre coeur de la haine.
Libérez votre esprit des inquétudes.
Vivez simplement.
Donnez plus.
Attendez moins.
A ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres.
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 09:45
 Karim décide de s'arrêter de jouer.
Il fait signeaux équipes qu'il va à la prière. Les autres joueurs, irrités, se précipitent vers lui et lui disent:
" Karim, tu pourras faire ta prière après le match. On peut faire la prière d'al-`asr
jusqu'à six heures et demie. Allez, viens continuer à jouer. "
Karim répond : " Pour moi, c'est très important de faire la prière à l'heure. Se rappeler Dieu est beaucoup plus urgent que tout ce qu'on peut faire dans ce monde. Vous n'avez qu'à jouer, si c'est si important pour vous. Moi, je vais à la mosquée pour me rappeler Dieu. "
Certains garçons recommencent à jouer.
Cinq garçons vont vers eux pour jouer aussi, mais ils changent d'avis et suivent Karim. Bientôt, tous les autres garçons s'arrêtent de jouer et courent rejoindre Karim, al-hamdoulillah
.
La prière terminée, les garçons recommencent leur partie. L'équipe des noirs fait de gros efforts et finit par marquer cinq buts.
 C'est elle qui gagne tandis que l'équipe des blancs
a trois buts.
 Combien les noirs ont-ils de buts en plus ?
Karim et ses amis rentrent chez eux fatigués mais heureux. Karim arrive à la maison et salue ses parents :
As-salamou `alaykoum !
 "

Karim raconte à son papa ce qui s'est passé pendant la partie de football. Son papa est très content et lui dit : " Karim, sais-tu que Dieu te donnera deux récompenses ? D'abord, Il te récompensera pour la prière que tu as faite. Et puis, Il te récompensera aussi pour avoir donné le bon exemple. Quand tu es allé faire ta prière, tes amis ont suivi ton exemple et ont aussi fait leur prière d'al-`asr à l'heure, al-hamdoulillah. "

Partager cet article
Repost0