Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:26

 

        CHASSE AUX LAPINS

Apprenez à votre enfant à faire des sauts de lapin, en appuyant simultanément les mains au sol puis en rapprochant dans un second temps les deux pieds serrés grâce à un petit saut.

Puis déclarez la chasse ouverte en poursuivant votre joli gibier dans la maison ou le jardin.

 

Un saut pas si facile à exécuter : il demande une bonne coordination générale.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:24

          BECASSINE

Décidez donc d'exécuter une tâche simple (préparer un yaourt, enfiler son manteau, verser à boire) en ayant tout oublié : il sera chargé de vous indiquer (dans l'ordre !) les différentes actions vous permettant d'arriver au but que vous vous étiez fixé ! pas si facile : il sera obligé d'employer le terme juste (soyez sourde aux "trucs" et aux "machin"), et vous, vous devenez exécuter au pied de la lettre, même jusqu'à l'absurde, des ordres plus ou moins cohérents.

 

Jeux de langage et de réflexion qui oblige a reconstituer une suite logique, un enchaînement d'actions, à trouver le mot juste.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:11

ALGORITHMES EN PIECES

Faites provisions de piécettes jaunes et blanches. Disposez-les selon un rythme donné, simple pour commencer (jaune, blanche, jaune, blanche) et demandez à votre enfant de continuer sur la même lancée. On pourra varier les parcours (lignes droites, cercles...) puis compliquer à loisir les alternances (jaune, jaune, blanche, blanche, ect...) jusqu'à épuisement de votre tirelire.

 

Observer un rythme donné, réfléchir pour le reproduire c'est déjà exercer son attention et sa concentration.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:09

BOWLING D'APPARTEMENT

Vous mettez ce bowling en place très simplement grâce à cinq ou six bouteilles d'eau minérale en plastique que vous aurez conservées pour l'occasion. Choisissez un emplacement libre de tout obstacle ou bibelot (une entrée de couloir par exemple), disposez vos quilles et ... faites rouler les boules ! (balles de tennis).

 

jeu de lancer et d'adresse pour exercer la maîtrise du geste.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:08

         UNE COURSE DE CHAMEAUX

Remplissez de sable la moitié d'un seau de plage : posez-le sur votre petit chameau à quatre pattes et demandez-lui d'atteindre un but (pas trop éloigné, l'entreprise est ardue !). On peut organiser une course lorsque l'on dispose de plusieurs chameaux : tout seau renversé devra impitoyablement rejoindre son point de départ.

 

C'est beaucoup plus difficile qu'on ne l'imagine : avancer à quatre pattes, certes, mais sans à-coups, en gardant un seau en équilibre sur son dos, que d'embûches pour cette course d'un nouveau genre !

 

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:07

DANS LA MARE !

On trace au sol un grand cercle (à la craie, ou creusé dans le sable ou la terre) : c'est la mare. Les enfants-grenouilles se tiennent tout autour, prêts à sauter (à pieds joints !) dans l'eau, mais seulement lorsqu'ils entendent l'injonction "dans la mare !" Ceux qui sont restés sur la rive sont alors éliminés. A l'appel "sur la rive !", les grenouilles doivent sauter à l'éxtérieur du cercle. Les retardataires qui se trouvent encore dans l'eau seront éliminés à leur tour. On peut compliquer le jeu en donnant deux fois de suite le même ordre, ou en accélérant le rythme.

 

Il faut ici savoir écouter et réagir : l'attention, le contrôle de soi sont mis à contribution. On peut aussi y jouer seul, la mare sera simplement plus petite.

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 11:04

LE MONDE A LA LOUPE

Munissez votre Sherlock junior d'une loupe : il découvrira le monde sous un autre angle ! Vous le verrez partir en quête des plus passionnantes découvertes visuelles, examiner minutieusement les moindres détails d'un mur ou d'un tapis d'un carré d'herbes : facinantes courses d'insectes géants dans une végétation luxuriante.

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 18:13
 
Ma lutte pour être musulmane



Cela fait 2 ans 1/2 que je me suis convertie à l'Islam et je n'ai aucune amie. Mais Al-Hamdulillah, ce Ramadan a été une grande bénédiction pour moi.

J'ai suivi toutes mes études dans une école catholique pour filles. Je n'avais pas d'amis car personne ne semblait assez `catholique' pour moi. Mes parents étaient mes seuls amis car ils étaient à mes yeux de bons chrétiens. Je suis leur fille unique. Mes parents étaient très STRICTS…Ils avaient reçu une éducation chrétienne très STRICTE.

J'aimais le christianisme mais je posais beaucoup de questions. En 1995, j'ai commencé a lire enormément de livres sur l'Islam. Mes parents savaient parfaitement ce que je lisais : Ils me déposaient et me ramenaient de la bibliothèque. Après avoir lu 15 livres sur l'Islam en 3 mois, j'ai commencé à commander des cassettes vidéo sur internet. J'ai ainsi vu toutes les conférences de Ahmed Deedat. Mes parents ont été assez gentils pour me donner l'argent nécessaire afin de me procurer ces cassettes vidéo. Ils ont été même assez aimables pour regarder certains films avec moi.Je suis leur enfant unique donc ils étaient toujours prêts à me faire plaisir. Ils me donnaient l'argent pour acheter les livres et acceptaient de regarder les films avec moi quand je le leur demandais. Ainsi ils ont pu voir `Jésus est-il le fils de
Dieu?', `Le Coran est-il La Parole de Dieu?', `La Bible est-elle La Parole de Dieu?' et plein d'autres films.
Durant tout ce temps je savais tout au fond de mon cœur que l'Islam était ma religion. Mes parents aussi savaient que l'Islam est La Vérité bien qu'ils n'aient jamais voulu l'admettre. Cependant le jour où je leur ai annoncés que je voulais devenir musulmane – j'avais presque 18 ans - ils ont été choqués et très furieux. « Il faudra me tuer d'abord avant que tu ne devienne musulmane» a dit mon père, «Penses-tu qu'on t'a élevée pour que tu renie tes
parents et ta religion et que tu devienne musulmane?».
Et dire que pendant tout ce temps je croyais qu'ils lisaient les livres et regardaient les films par intérêt pour l'Islam et non juste pour le divertissement!

Trois jours après, je leur ai annoncé que j'allais déclarer ma Shahadah à la mosquée. J'ai cherché dans l'annuaire téléphonique et sur internet. Alors j'ai pu trouver une mosquée dont j'ai noté l'adresse. Mais comment pourrai-je m'y rendre? Naturellement mes parents ne vont pas m'y conduire. Ils regrettent déjà le fait de m'avoir emmenée à la bibliothèque et de m'avoir donnée l'argent pour acheter les cassettes vidéo.

Je voulais déclarer ma Shahadah avant le début de l'année scolaire au Collège afin que je puisse commencer une nouvelle vie. Il ne me restait donc qu'une semaine.
Pour la première fois de ma vie je suis sortie toute seule de la maison pour prendre le Bus. A mon arrivée à l'arrêt du Bus, ma mère était déjà à mes trousses dans sa voiture. Nous avons discuté pendant 2 heures sans qu'aucune ne puisse convaincre l'autre de son point de vue. Finalement, elle a décidé de me conduire à la mosquée mais à condition que je n'en dise rien à mon père. Au fond de mon cœur je savais que ma mère ne me laisserait jamais tomber quoique je fasse. Je me suis alors jetée dans ses bras tout en sanglots.

Après une heure de silence nous arrivâmes à la mosquée. Au début, elle voulait rester dans la voiture mais après 10 minutes elle était dans la mosquée pendant que je déclarais ma Shahadah.
Plusieurs sœurs qui étaient à la mosquée m'ont promis juste après ma shahadah qu'elles allaient m'apprendre la prière (Salat) et tout le Bla Bla…
Huit sœurs environ m'ont demandée mon numéro de téléphone. J'étais
tellement heureuse. Je me sentais en Paix.
Cependant je n'oublierai jamais cette conversation que j'ai surpris ce jour là entre des sœurs à la mosquée : « Cette femme blanche s'est convertie à l'Islam car elle veut se marier avec un frère Arabe ou Pakistanais ».

Plusieurs mois se sont écoulées sans qu'aucune de ces huit sœurs ne m'aie appelée. En fait, je ne les ai plus jamais revues à la mosquée.

Après 2 mois au collège, j'ai rencontré une sœur au campus. Elle n'était pas très amicale. Elle aussi m'a promise de m'appeler sans jamais tenir sa promesse. Deux semaines plus tard, je l'ai rencontré à la bibliothèque. Je lui ai demandé si elle connaissait des mosquées dans les alentours. Al-Hamdulillah, elle a été assez aimable pour me consacrer 20 minutes de son temps. Elle m'a dit qu'il y avait 5 ou 6 mosquées et elle m'a aussi parlé du MSA au campus.

J'assistais à toutes les réunions et je ne ratais jamais la prière du vendredi (Salat Al Jumu'ah). Un jour j'ai demandé à une sœur de m'apprendre à faire ma prière correctement. Elle n'avait pas de temps ce vendredi là mais elle a par contre promis de m'appeler, chose qu'elle n'a jamais faite. Je ne l'ai plus revue.

J'ai alors demandé à une autre sœur de m'apprendre la prière, elle ne m'a pas demandée mon numéro de téléphone mais plutôt mon adresse e-mail. On a échange nos adresses e-mail. Je lui ai écrit et elle m'a répondue le même jour pour m'informer qu'elle était occupée. Cette nuit j'ai beaucoup pleuré. Pourquoi moi? Pourquoi personne ne se montre gentil avec moi? Quel mal ai-je fait? J'aimerai juste trouver une sœur pour m'aider à apprendre la prière? Et m'apprendre à réciter quelques sourates (chapitres) du Saint Coran?

De retour au Masjid (mosquée), une autre sœur m'a proposée de m'aider. Bien qu'elle non plus n'avait pas assez de temps, elle m'a appris les expressions exactes en Arabe pour faire la prière (Salat). De même que quelques sourates du Saint Coran.

Les choses ont empiré à la maison avec mes parents et dans ma propre vie en septembre 97 lorsque j'ai annoncé à mes parents que je voulais déménager pour vivre dans le dortoir. D'une certaine manière, je pense qu'ils se sentaient soulagés. J'étais une jeune fille de 20 ans vivant avec ses parents. Chaque matin, ma mère devait m'emmener au collège tandis que mon père devait me ramener à la maison tous les soirs. Le trajet du collège à la maison durait une heure, c'est-à-dire une heure avec ma mère le matin et une autre heure avec mon père le soir. Quelle perte de temps! Vivre dans le
dortoir rendrait les choses bien plus faciles pour moi.

La vie au dortoir n'était pas si facile. Mes parents me manquaient terriblement. Mais, c'est la Vie!
Un jour j'ai vu une annonce au bureau du MSA : « Camarade de chambre
recherchée – Femme Musulmane – Loyer : 350/mois ». Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j'étais heureuse!! J'ai vite appele le numéro. La sœur qui a répondu m'a posée plusieurs questions. Elle savait déjà que j'étais une convertie et qu'on était au même collège.
Mon rêve d'être camarade de chambre d'une musulmane s'est brisé. Je ne méritais pas d'être dans sa chambre!! Quatre mois s'étaient écoulés et l'annonce était toujours l à. Honnêtement j'étais blessée et profondément offensée. Pourquoi cette discrimination alors qu'on s'appelle mutuellement `sœur'? Jusqu'à maintenant je ne sais pas quel genre de sœur elle recherchait.
Quelle honte! On fréquente le même collège. Je la vois envoyer des messages dans des groupes sur internet. Je me demande si elle savait mon existence sur ce NET se serait-elle excusée pour son mauvais comportement? Pourquoi ne met-on pas en application ce que l'on prêche sur le net? Quelle honte!
Peut être que je n'aurai pas dû critiquer cette sœur la voyant porter son Hijab (voile) de façon incorrecte. Je pense toujours qu'elle ne le portait pas correctement. Quelques mèches sur son front ainsi qu'une partie de sa queue de cheval étaient visibles car dépassaient nettement son foulard. C'était peut être pas mon affaire mais je crois avoir bien fait de le lui dire, d'autant plus que certaines sœurs qui étaient présentes ce jour là ont corrigé leur
façon de porter leur Hijab.

Le deuxième jour du Ramadan j'étais dans le Masdjid quand j'ai vu l'annonce d'une autre sœur : «Je cherche une sœur musulmane pratiquante pour qu'elle soit ma camarade de chambre». J'ai alors contacté cette sœur mais elle m'a répondue qu'elle préférait une Arabe car elles auront beaucoup de choses en commun.

Je me rendais au même masjid pendant presque une année. Pourtant je n'ai aucune amie. Les mêmes sœurs fréquentaient ce même masjid mais aucune n'a remarque ma présence. J'admirais tellement ces sœurs, leur discussions, le fait qu'elles se mettent ensemble pour apprendre le Saint Coran…J'aurais tellement aimé me joindre à elles mais elles ne m'ont jamais remarquée. Al-Hamdulillah, au moins je pouvais faire Salat Al Jumu'ah!

Le troisième jour du Ramadan, je suis allée prier les Taraweeh. Et comme d'habitude j'étais dans le même coin de la mosquée lisant ma copie de la traduction en Anglais du Saint Coran. Vingt minutes avant le début de la prière (Salat Taraweeh), six jeunes sœurs que je n'avais jamais vues auparavant sont entrées au masjid. On leur a posées toutes sortes de questions : D'où étés-vous? Parlez-vous l'Arabe? Comment se fait-il qu'on vous a jamais vues dans ce masjid?...etc. Toutes n'ont répondu à aucune des questions, à l'exception de l'une d'entre elles qui semblait être la plus jeune (elle avait probablement 12 ou 13 ans) : « Nous sommes musulmanes et
nous sommes venues prier dans ce masjid car il est le plus proche de
chez nous» Puis elle ajouta : « Maintenant soyons plus attentifs à
ce que dit l'Imam ».
Macha-Allah! Ces six nouvelles sœurs ont été très aimables avec moi. Nous étions toutes assises au dernier rang quand une sœur a dit : « J'aime m'assoire au dernier rang car je ne sais pas lire l'Arabe et je ne connais que 4 ou 5 sourates.» La plus jeune des six nouvelles sœur a alors demande : « Avez-vous déjà essayé de lui apprendre à lire l'Arabe? ». Personne n'a répondu.

A la fin de la Salat, la sœur qui cherchait une camarade de chambre s'est dirigé vers moi et a dit : « J'espère ma sœur que tu trouveras très bientôt une musulmane pour vivre avec elle. Je suis désolée ».

Tout le monde a quitte le masjid sauf les 6 sœurs et moi-même. Elles m'ont demandée si je pouvais être leur camarade de chambre. C'était vraiment incroyable!!!

- «Étés-vous certaines que vous me voulez comme camarade de chambre?», fut ma première question, «Vivez-vous ensemble?
- Oui nous vivons ensemble. Nous sommes cinq sœurs et voici notre cousine.
- Où sont vos parents?
- Ils vivent avec nous, ils seront ravis que tu vives avec nous.
- En etes-vous certaines? Il vaut mieux que vous en parliez avec vos parents d'abord. Vous me donnerez leur réponse demain. A propos, combien coûte le loyer?
- «C'est gratuit», ont-elles répondu toutes en même temps, «nous aimerions que tu vienne vivre avec nous en tant que notre sœur dans l'Islam. Quatre d'entre nous ont chacune sa propre chambre, les deux autres partagent la même chambre. Tu pourra choisir une chambre pour toi seule si tu préfère, deux sœurs partageront alors la même chambre.»

C'était trop aimable de leur part mais j'étais tellement confuse : Elles me proposent de vivre avec elles, gratuitement et sans même me connaître. De plus elles n'ont pas demandé l'avis de leurs parents.

- «Je suis une convertie et je ne peux pas lire l'Arabe», leur ai-je dit pensant que cela les fera peut être changer d'avis.
- Al-Hamdulillah, nous pouvons toutes lire l'Arabe, nous t'apprendrons incha-Allah.»

Elles ne voulaient pas me laisser partir même si leurs parents les attendaient au Parking. Je leur ai raconte l'histoire de ma conversion à l'Islam et je leur ai dit que j'étais seule et sans aucune amie.

Cette nuit là elles m'ont appelée du masjid et j'ai parle à leur mère. Elle était très heureuse et m'a invite à venir chez elle. Pour la première de ma vie en tant que musulmane je me suis sentie importante : J'ai réalise qu'elles me traitaient en tant qu'être humain.



Leur mère a insiste pour que je vienne mais pour une raison ou une autre je ne pouvais pas accepter cette invitation. Alors j'ai commencé à inventer des excuses :

- « Je n'ai pas de quoi me changer, je n'ai qu'un seul Hijab… ».

Mais elles trouvaient une réponse pour chaque excuse que j'inventais. Elles étaient merveilleuses, macha-Allah!

Finalement, j'étais dans leur maison. Nous avons discuté pendant quelques heures. Je leur ai dit que je voulais laver mon Hijab pour le lendemain.

« Nous avons plein de nouveaux Hijabs », répondit une sœur. Elles se sont toutes précipitées à leurs placards et 10 minutes plus tard j'avais en ma possession : 10 Nouveaux hijabs, 4 jilbabes, 3 jalabiyyates, 3 abayates et 1
niqab.
Durant 2 ans 1/2 je n'avais que 3 hijabs. Cette nuit la, j'en ai eu 10 !
Quelle bénédiction!!! Il était Minuit et demi et nous étions toujours éveillées. Nous avons lu Le Saint Coran pendant 2 ou 3 heures. Avant d'aller nous
coucher, une sœur m'a demandée :
- « Connais-tu `Sisters Net'?
- Oui, je suis membre depuis 1 année, mais je n'y ai jamais envoyé de message.
- Nous sommes aussi membres, dit une autre sœur, mais nous préférons ne pas recevoir de messages pendant le mois du Ramadan.
- Quel est ton pseudonyme? lui ai-je demandé.
- Je suis Nimaat.

J'avais les larmes aux yeux. J'étais très heureuse, plus heureuse que jamais.

Cela fait deux semaines que je vis avec la famille de Nimaat. J'en garde des souvenirs que je n'oublierai jamais. Macha-Allah! Quelle merveilleuse famille! Ils étaient de vrais musulmans. En deux semaines j'ai appris 4 sourates en Arabe. Pour moi, c'était un grand progrès. En 2 ans 1/2 j'avais appris 4 ou 5 sourates seulement alors qu'en 2 semaines dans cette maison j'ai pu apprendre 4 autres sourates en plus. Al-Hamdulillah!

Je ne sais pas pourquoi je vous raconte ceci mes sœurs, mais j'aimerai que vous sachiez que la patience et la perseverence (Sabr) sont très importants. Soyez patientes et Allah vous en récompensera d'une façon que vous n'auriez jamais imaginée.

Personnellement, j'ai perdu un grand ami - mon papa – mais j'ai gagné beaucoup plus car c'est l'islam que j'ai choisi. Ma mère tolère le fait que je sois musulmane. Elle a appris avec le temps à me respecter et à m'aimer encore plus. Incha-Allah, un jour elle deviendra musulmane. Je l'ai appelée 2 semaines plus tôt pour lui annoncer que je vivais avec une famille musulmane. Elle m'a tout simplement répondue :
« Que Dieu bénisse ta nouvelle famille. Ils ont l'air d'être des gens magnifiques ».
Je sais qu'elle a été blessée par ma conversion à l'Islam, mais elle sera toujours ma très chère maman et je serai toujours son enfant chérie. Elle sera toujours cette mère qui a combattu l'infertilité pendant 2 ans avant de m'avoir et qui n'a pu avoir d'autres enfants après moi.
Contrairement à ce que dit mon père, je suis sûre qu'elle ne m'a pas perdue.
Ma mère est presque convaincue que l'Islam est La Vérité mais elle est effrayée par mon père. Incha-Allah, Allah la guidera dans le droit chemin. J'ai l'intention de l'inviter dans cette maison le mois prochain quand mon père partira en voyage en Australie pou 2 semaines. Priez s'il vous plait pour qu'elle accepte mon invitation. J'aimerai tant qu'elle fasse la connaissance de cette famille qui est un très bon exemple de la famille musulmane. J'aimerai qu'elle
voie d'elle-même que les musulmans ne sont pas des gens à craindre et qu'elle corrige tous les stéréotypes qu'elle a sur l'Islam et les musulmans.

S'il vous plait mes sœurs, n'oubliez pas de faire quelques prières (dou3a) pour moi et ma famille.

MES SŒURS, S'IL VOUS PLAIT, INVITER LES GENS A VOS MAISONS SI VOUS
EN AVEZ LA CHANCE. AIMEZ TOUT LE MONDE SANS DISTINCTION.

Ne soyez pas dures ou irrespectueuses. Nous sommes toutes des sœurs
dans l'Islam.



Une sœur qui a décide d'être anonyme pour plusieurs raisons…

Votre sœur dans l'islam

Traduit de l'anglais par sœur Nagelaa

My struggle to be a Muslim:
http://www.imanway.com/en/showthread.php?t=213




Partager cet article
Repost0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 13:07

HISTOIRE VRAI !

Cette histoire a eu lieu après


les evenements du 11 septembre 2001.


C’est l’histoire est d’une femme americaine, qui c’est convertie a l’Islam qui faisait ses courses lorsque soudain elle a été accidenté. Une voiture roulant à toute vitesse l’a renversé. Elle a été grièvement blessé ,le jeune homme qui l’a accidenté a été arrêté par la foule…

Lorsque les gens lui on demandé la raison pour laquelle il avait renversé la femme il répondit :

" J’ai voulu écrasé cette personne parce que je pensais que c’était une arabe étant donné qu’elle porte le voile "je ne savait pas que cest une Americaine convertiea l’slam. "

La femme suite à son accident proposa 2 solutions à cet homme :

La première : se rendre à la police est encourir des années de prison : condamnation pour avoir renverser un piéton.

La seconde : Suivre des cours dans lesquels il découvrira l’islam, suivre un enseignement islamique pendant une certaine période (afin d’apprendre la religion pour ne plus faire de préjugés)

Il faut savoir qu’elle décida de ne pas se venger car elle s’est rappelée de l’exemple et des qualités de notre prophète bien aimé saws qui même lorsque qu’on lui a jeté des ordures sur sa tete pendant qu’il fesait la priere devant la Ka’aba, il ne perdit pas patience et garder son calme.

Quant au jeune homme, il accepta la seconde solution afin d’éviter des années de prison.

Appréciant énormément ces cours de dine, le jeune décida d’y assister plus longtemps que la période conclue (ce qui montre qu’il s’est intéressé à l’islam)

6 mois plus tard (en février 2002) le jeune homme décida d’embrasser l’islam (en prononçant la chahada).

La femme dit : " lorsque je me suis convertie a l’islam, chaque jour était un défis pour moi mais je savais qu’ALLAH été avec moi.

Je savais aussi qu’en temps que convertie je ne peux pas être parfaite.

Et même lorsque mon parcours dans cette vie sera achevé je ne serais toujours pas parfaite.


Cette histoire est tirée du livre " An American Woman Discovers Islam " l’auteur : Ann Spaulding"la soeur Americaine"
Partager cet article
Repost0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 17:38

Parler de ce qui ne vous regarde pas

 

Sachant que le capital du croyant est son temps, les instants de sa vie sont précieux et passent sans retour ; le Prophète a dit : « Un des signes de perfection de la foi (islam) chez l'individu c'est l'abandon de ce qui ne le regarde pas » [D'après Tirmidhi, Ibn Majja et l'imam Malik.]

Et le récit suivant est très significatif à cet égard : on y rapporte, d'après Anas:

« Un jeune homme était tombé martyr le jour de la bataille d'Uhud, et nous avons trouvé callée à son ventre une pierre (pour alléger les effets de la faim) ; sa mère essuya la poussière du visage de son fils et dit : le paradis sera doux pour toi mon fils ! Et le Prophète lui dit alors :  « Et qui t'assure qu'il ne parlait pas de ce qui ne le regardait pas ? ».

 

Parler de ce qui ne nous regarde pas c'est dire ce qui peut être délaissé sans que ce soit un pêché, ni un mal présent ou futur ; et plus grave encore, c'est de perdre ton temps et de faire perdre à ton interlocuteur son temps, en posant des questions du genre : est-ce que vous jeûnez ? S'il vous répond par : Oui ! Son jeûne perd sa vertu ultime qui est d'être observé en secret, car l'adoration en secret est plus élevée, s'il répond par : Non ! Alors il aurait menti ; s'il ne répond pas, il aurait méprisé son interlocuteur, et s'il ruse pour détourner la question, il gaspillera son énergie etc.

 

Ainsi par une parole (question) sur quelque chose qui ne te regarde pas, tu as exposé quelqu'un à l'ostentation en dévoilant son jeûne ou au mensonge, ou au mépris ou une rude épreuve...

Partager cet article
Repost0