Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 23:00

Choisis ton camp !

Ibn Al-Qayyim

Si Allah et Son prophète sont dans un camp, prends garde à ne pas te trouver dans l’autre camp, car cela te conduira à t’opposer et à te dresser contre eux. En effet, c’est de là que viennent les termes « s’opposer à » (Mushâqqah) et « se dresser contre » (Muhâddah). Le terme Mushâqqah signifie être du côté opposé (shiqq) à celui de son antagoniste. Le terme Muhâddah désigne le fait d’être d’un bord (hadd) alors que l’opposant est de l’autre bord.

Ne néglige pas cet enseignement, car les prémices de l’opposition mènent à sa réalisation complète, et s’opposer à Allah et Son prophète en certaines choses conduit à s’opposer à eux en toute chose.

Sois donc du côté d’Allah et de Son prophète, même si tous les hommes sont du côté opposé, car ceci présente les conséquences les plus louables et les plus méritoires, et rien n’est plus bénéfique au serviteur que cela, dans ce bas monde avant même l’au-delà.

La plupart des créatures choisissent le camp opposé à celui d’Allah et Son prophète, surtout lorsqu’elles se retrouvent dans des situations de peur intense ou de grande espérance, et dans ce cas, le camp d’Allah et de Son prophète est littéralement déserté. Si une personne persiste à y rester, elle est tout de suite taxée de débilité et d’irresponsabilité, voire accusée de folie, comportement hérité des ennemis des messagers. En effet, ces derniers ont accusé les messagers de folie quand ils les ont vus prendre un autre parti que celui de la majorité des gens.

Quiconque décide de s’installer dans le camp d’Allah et de Son prophète aura besoin de s’armer de solides connaissances concernant la révélation faite au Prophète et être certain de ses convictions sans qu’aucun doute ne l’assaille. Il aura aussi besoin de patience pour faire face à l’animosité et aux blâmes de ses adversaires. Tout ceci ne pourra se réaliser pour lui qu’à condition de nourrir un profond espoir en Allah et en la demeure dernière, de manière à ce que l’au-delà lui soit plus cher que ce bas monde, et qu’Allah et Son prophète lui soient plus chers que quiconque.

Or, dans les débuts, rien n’est plus difficile à supporter pour le serviteur, car son âme, ses passions, sa nature, ses démons, ses frères et ses compagnons de l’autre bord l’invitent à profiter de ce bas monde. S’il décline leur invitation, ils lui déclarent alors la guerre. S’il patiente et fait preuve de fermeté, le secours d’Allah lui parviendra et ce qui lui paraissait difficile deviendra facile, tout comme ce qui lui paraissait douloureux se muera en un vrai plaisir. En effet, le Seigneur étant Reconnaissant, Il fera nécessairement goûter à Son serviteur des plaisirs qui l’attireront vers le camp d’Allah et Son prophète. Il lui montrera les honneurs découlant du choix que le serviteur a fait, ce qui augmentera sa joie et son allégresse, épanouira son cœur qui trouvera alors sa force, son exaltation et son bonheur. Tous ceux qui lui ont déclaré la guerre pour le choix qu’il a fait éprouveront alors soit une certaine crainte révérencielle à son égard, soit feront la paix avec lui, soit le soutiendront, soit le laisseront tranquille. Les rangs de ses alliés se renforceront et ceux de ses ennemis faibliront.

Ne crois pas qu’il est si difficile de se ranger du côté d’Allah et de Son prophète, même si tu te retrouves seul, car Allah (I) est avec toi. Tu es sous Ses yeux, sous Sa garde et Sa protection. Cependant, Il éprouve ta certitude et ta patience.

La meilleure des aides à ce sujet – après l’aide d’Allah – est de se délester de toute convoitise et de toute anxiété. Si tu te délestes de ces deux caractères, se ranger du côté d’Allah et de Son prophète te paraîtra alors aisé, et tu te tiendras toujours de leur côté. Si par contre tu es touché par la convoitise et l’anxiété, n’espère même pas rejoindre leur camp et chasse cette idée de ton esprit.

Si tu te demandes :
Qu’est-ce qui pourrait m’aider à me délester de la convoitise et de l’anxiété ? Je te réponds : En réalisant l’unicité d’Allah, en t’en remettant à Lui, en Lui faisant confiance, et en gardant à l’esprit qu’aucun bien n’arrive si ce n’est par Sa volonté, et qu’aucun mal ne se dissipe si ce n’est par Sa volonté, et que toute chose dépend de Lui et de personne d’autre.


Source : Al-Fawâ’id, p.175-176
Traduit et publié par les salafis de l’Est

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 08:57


 

 Selon Abou Hourayra (), le Messager d'Allah () a dit:


"Celui qui dissipe à un Musulman l'une des situations affligeantes de ce bas-monde Allah lui en dissipe une de celles du jour de la résurrection. Celui qui met dans l'aisance quelqu'un dans la gêne, Allah le met dans l'aisance dans ce monde et dans l'autre. Celui qui couvre un Musulman, Allah le couvre dans ce monde et dans l'autre.
Allah ne cesse d'être aux côtés de Son esclave tant que Son esclave est aux côtés de son frère. Celui qui parcourt un chemin à la recherche de quelque savoir, Allah lui facilite un chemin vers le Paradis.
etc...
rapporté par mouslim

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 06:00
L'excellence du lavage le jour du vendredi
 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Selon 'Abdallah Ben 'Omar, l'Envoyé d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Quand l'un de vous se rendra à la prière du vendredi, qu'il effectue le lavage (ghosl). »
Selon Ibn 'Omar, 'Omar Ben El Khattab (qu'Allah l'agrée) prêchait debout le vendredi (à la mosquée) quand un homme - qui était parmi les premiers mouhadjirines et l'un des compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) - arriva. 'Omar l'interpella et lui dit : « A cette heure-ci ! - J'étais pris par mes occupations, répondit ce dernier. Je n'étais pas encore chez moi quand j'ai entendu l'appel à la prière (l'adhan) et je n'ai effectué rien d'autre que mes ablutions (ouodou). - Quoi, les ablutions, s'écria 'Omar, alors que tu sais que l'Envoyé d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) prescrivait le lavage ! »
(Rapporté par Al-Boukhari).

 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:37

http://img62.imageshack.us/img62/1275/bismillah.gif

  Epreuves du coeur.....


 

Ibnul Qayyim a dit, tout en commentant le hadith suivant, « Des épreuves et des tourments seront présentés aux cœurs, comme une natte de roseau entrelaçant le bâton par le bâton. N'importe quel cœur qui observe ces épreuves aura une marque noir en lui. Cependant, n'importe quel cœur qui les rejette aura une marque blanche mise en lui. Le résultat est que les cœurs seront de deux sortes : Un blanc semblable à une pierre blanche, qui ne sera nuie par des épreuves aussi longtemps que les cieux et la terre supporterons ; et l'autre sombre et rouillé, comme un navire retourné ; incapable d'identifier le bon, ni rejeter le mal, mais plutôt étant absorbé avec ses passions. » Rapporté par Muslim


 

« Les fitan (épreuves) qui sont présentées aux cœurs - et qui sont la cause de sa faiblesse - sont :


 

1) Les épreuves concernant le shahwah (faux désir)


 

2) Les épreuves concernant la shubhah (doute)…


 

Ainsi, le premier cause l'intention et le désir d'être corrompu, tandis que le second provoque la corruption de la connaissance et de la croyance. »
Parlant au sujet de telles épreuves, il dit, « Les cœurs - une fois exposé à de telles fitan (épreuves) - sont de deux types :


 

1) Premier type : Un cœur une fois exposé a de telles épreuves, les absorbent comme une éponge qui imbibe l'eau vers le haut, laissant en elle une tâche noire. Un tel cœur continuera à imbiber vers le haut les diverses épreuves qui lui sont présentées, jusqu'à ce qu'il deviennent foncé et corrompu - c'est ce qui est signifié par « un navireretourné », ainsi quand ceci ce produit, deux danger et maladies mortelles s'emparent de lui le plongent dans la de struction


 

==) Premièrement : Confondre le bon avec le mal, ainsi il ne reconnaît ni le bon, ni ne rejette le mal. Cette maladie peut s'emparer de lui à tel point qu'il croit le bon être le mal ; et le mal être le bon, la sunnah être la bid'ah (innovation) ; et l'innovation être la sunnah, et la vérité être le faux, et le faux être la vérité.


 

==) Deuxièmement : Juger par ses caprices et ses passions, au dessus et contre ce que le messager d'Allah est venu - étant asservi par ses caprices et désirs et étant mené par eux également.



 

2) Second type :Un cœur blanc dans lequel la lumière de l'imaan est éclatante et son éclat est illuminé. Ainsi quand des épreuves sont présentées à un tel cœur, elles sont rejetées et tourne loin de lui. Cela fera augmenter sa lumière, son illumination et sa force.


Partager cet article
Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 10:02

 


 

 

 
 

 

Conseils à ceux qui vivent dans un pays non musulman

Cours audio du Sheikh abou abdillah M’hamed TCHALABI Al Djazairy

retranscrit par OumHafsa


http://www.mediafire.com/?1zrwzww5ydl




Conseils à ceux qui vivent dans un pays non musulman qui n'ont pas encore fait la hijra ou bien ne sont pas prêt pour la hijra, donc on a pauser une question aux savants qui est :


Question : Nous qui vivons en Occident rencontrons beaucoup de difficultés qu'en à la préservation de nos enfants en ce qui concerne leurs éducations et pour qu'ils ne fondent pas dans la société Occidentales ( = société mécréante)
Nous voudrions donc que vous nous donniez quelques conseils que l'on pourrais appliquer pour préserver nos enfants de la perdition

wa Jazak'Allahum Kheiran



Réponse : Pour pouvoir se préserver et préserver les enfants dans un pays qui n'est pas musulman il faudrait qu'il y ait des conditions qui soient réunis dans la maison ainsi que dans la rue (lorsque l'on est dehors) = des conditions à mettre en pratique.



Les conditions pour maison


1) Il faut que le père face la prière de façon assidue à la mosquée avec ses enfants
(il s'agit ici d'enfants assez conscient) et s'il n'y a pas de mosquée dans les environs, alors qu'ils accomplissent la prière avec leurs famille en groupe dans la maison.

2) Il faudrait ( = dans le sens ou cela est obligatoire) lire et d'écouter le Qur'an chaque jour.
Il faudrait que la relation avec Allah ne se coupe jamais. C'est pour cela que même si on ne lit que quelques versets chaque jour cela est mieux que celui qui va lire par exemple la moitié du Qur'an pendant 3/4 jours, ensuite il va oublier le Qur'an pendant 3/4 mois.

3) Il faudrait que lors des repas la famille soit réunis

4) Il faudrait qu'ils s'entre-parlent avec la langue arabe
( = la langue du Qur'an) tant que cela est possible. C'est-à-dire que tant que cela est possible on parle en arabe car les autres langues sont des langues secondaires par rapport à la langue arabe.


Conseil au couple ou l'un des deux conjoints maitrise l'arabe :
Lorsque l'un des deux conjoint maitrise l'arabe, il lui est obligatoire de parler à son enfants en arabe
L'un parle en arabe l'autre avec l'autre langue, ainsi l'enfant aura bi idhnillah les deux langues à la fois : la langue qui va le sauver dans l'au-delà et la langue avec laquelle il va vivre dans cette douniya.


5) Ils doivent faire tout leurs possible pour mettre en pratique/ apprendre & apprendre à leurs enfants le bon comportement en islam ainsi que la Sunnah.
Et on l'apprend à l'enfant dès qu'il est jeune car il apprend et retient vite Masha'Allah.

6) Ils leurs est interdit à eux-même et à leurs enfants de voir des films à la TV qui sont interdits.
Bien entendu cela concerne uniquement ceux qui n'ont pas réussit à faire sortir de chez-eux la TV, car cela n'est pas facile et ce n'est pas tout le monde qui fait cela !
Donc celui qui n'a pas su la faire sortir au moins qu'il la commande lui et non les autres.
Et font une très grande faute ceux qui croient faire plaisir à leurs enfants, en leurs achetant une TV spécialement pour leurs pièce...

7) Les enfants doivent être obliger à ne passer la nuit qu'à la maison.
Jamais lorsqu'ils sont jeune on doit laisser les enfants chez les amis, voisins ou chez autres (sauf si c'est par exemple de la famille) car à cet âge-là les enfants deviennent vite une proie: l'enfant est quelqu'un qui imite, qui n'est pas conscient.
Donc par préservation il doit toujours passer la nuit à la maison sauf bien sur dans des cas spéciaux.

8) Faire son possible pour que son enfant qui va à la fac n'y réside pas.
C'est-à-dire qu'il faut qu'il vienne dormir à la maison car nous savons tous ce qui se passe dans les pièces des facultés.

9) Si une personne fume, il ne faut pas qu'elle fume devant ses enfants,
car l'enfant imite son père et arrivera donc le jour où lui-même va fumer.





Nassiha hors de la Maison


1) Il est obligé d'envoyer les enfants dans des écoles islamique depuis leurs enfance jusqu'à la fin du lycée. (Lorsque cela est possible car parfois cela n'est pas possible)

2) Ils doivent se rencontrer dans les mosquées tant qu'ils peuvent.
Les gens en pays de Koufr devrait s'organiser pour faire en sorte qu'ils puissent se rencontrer en famille (au moins une fois tout les 2/3 mois)
Par exemple ils loue un espace et se rencontre les hommes d'un côté, les femmes de l'autre et organise des concours pour les enfants, des jeux etc ... et ainsi lorsque les frères se rencontrent entre eux, la foi augmente !!!
Malheureusement cela est rare, au lieu d'appeler les gens à la Sunnah, à l'Islam les musulmans en terre de koufr sont là entrain de faire fuir les autres de la Salafiya et même de l'Islam si il le pouvait (et c'est cela que font certains frère et certaines sœurs et surtout en France)

3) Il faut que les parents face leurs possible pour aller aux endroits sacrés : Umra et au hajj
chaque fois que l'occasion se présente et qu'ils prennent avec eux leurs enfants pour qu'ils commence à s'habituer à aimer ces choses là bi idhnillah .
(Il faut que se soit des enfants assez conscient car les Ulémas dé-conseils d'y aller avec des petits enfants car ils vont déconcentré les parents dans leurs adorations, il est donc préférable de les laisser chez de la famille)

4) Il faut entrainer/encourager les enfants à parler de l'islam dans une langue claire/simple et accessible, ainsi très jeune il commence à propager des choses, à propager une Sunnah, un comportement etc ...

5) Entrainer les enfants à apprendre le Qur'an
et si c'est possible les envoyer dans un pays musulman où ils pourraient apprendre le Qur'an ainsi lorsqu'ils reviennent ils pourrons l'enseigner aux autres bi idnillah

6) Entrainer les enfants à faire des petits dourous, à ce qu'ils guident les gens dans la salat etc ...
conformément au hadith de Abi Dawoud (authentifier par Sheikh Al-albani) :
il y avait un enfant de 5 ou 7 ans qui guidaient les Compagnons dans une mosquée, son nom est 'Amr ibn Salama et c'était lui l'imam.
donc chaque fois qu'il y a une occasion pour donner la guidance de la prière à un enfant (pubère) on la lui donne pour l'entrainer ou pour qu'il s'habitue à ces choses et qu'il aime ces choses là. (même si ce n'est que les salat Nafila)

7) Encourager les enfants à ce qu'ils se marient assez jeune. Comme ça ils sont préserver dès leurs jeune âge et on lui ferme ainsi toutes les portes de la fitna bi idhnillah .

8) On doit les encourager à ce qu'ils se marient avec des musulmanes.
Et des musulmanes issues de famille qui sont connus pour leurs bon comportement et leurs religion. Même si le mariage avec des chrétiennes ou juives est permis, on fait cela pour éviter les divergence : le nom du bébé, est-ce qu'il sera circoncis ? cela posera forcément des problèmes...

9) L'interdire d'assister dans les fêtes où il y a la musique et la danse et ne jamais assister aux fêtes religieuses des Koufar : Noël, le jour de l'an etc ...
tout cela est interdit et il faut préserver les enfants d'aller dans des endroits pareils.

10) Ne jamais téléphoner à la police pour demander aux policier de venir si on a un problème à la maison ( = conflit familiale)
Si on a un problème il faut se tourner vers une personne de science de la communauté musulmane, c'est à ceux la que l'on doit avoir recourt pour qu'ils nous aides à éloigner les problèmes que l'on a.

/!\ Il n'est pas interdit comme le pense les takfir d'appeler la police si il se passe quelques choses "de grave"
ainsi que les pompiers etc ...


Voici quelques conseils & on demande à Allah qu'Il nous aides à les appliquer

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 08:11

 

Soucie- toi de la situation de tes frères & soeurs en Allah avant qu'il ne t'en parle !


Un homme alla trouver l'un de ses amis et frappa à sa porte, cet ami sortit et lui demanda : « Qu'est ce qui te fait venir ? » Il lui répondit : « J'ai une dette de quatre cent dirhams » L'ami compta quatre cent dirhams et les lui donna puis rentra en pleurant ! Son épouse lui demanda : « Pourquoi lui avoir donné si cela t'est difficile à ce point ? » Et lui de répondre : « Je pleure en fait car je n'ai pas cherché à connaître sa situation au point qu'il dut frapper à ma porte.

 ***

 

Ma'mar - à dit une très belle parole :

« L'une des pire choses dans le bien est de pousser autrui à demander de l'aide alors qu'il est gêné. Puis ton bienfait n'est même pas à la hauteur de ce qu'il endure comme embarras. Il aurait plutôt fallu chercher à connaître la situation de ton frère et lui faire parvenir ce dont il a besoin sans le pousser à en faire la demande »

 ***

Al-Fudayl Ibn 'Iyad a dit : « On raconte qu'un homme dans le besoin vint trouver quelqu'un qui lui dit : « C'est moi que tu es venu spécialement voir pour ton besoin ? Qu'Allah te récompense en bien » Et il l'en remercia »

 ***

On s'adressa à Abu 'Uqayl al-Baligh en ces termes : « Comment as-tu trouvé Marwan Ibn al Hakam lorsque tu lui présentas ton besoin ? » Il répondit : « J'ai remarqué que son envie de bien agir était plus grande que celle de reconnaissance, et que son besoin de rendre service était plus fort même que celui de la personne en détresse ! »


Extrait du livret : Aide ton prochain de Azhari Ahmad Mahmud


source:
http://ya-amatullah.blog4ever.com

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 06:00


   http://i83.servimg.com/u/f83/09/03/52/82/salem10.gif

La question 2 de la Fatwa numéro ( 18458 )


Q2: Il existe plusieurs types de crème des cheveux,
l'usage de type de crème ou autres, ayant une texture gluante qui empêche l'arrivée de l'eau des ablutions au cuire chevelu; est-il permis?

( Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 70) 

Quelle est la sentence concernant la validité des ablutions dans ce cas? Donnez nous conseil qu'Allah (Qu'Il soit Exalté) vous récompense in chaa Allah.



R2: Toute crème ayant une densité qui empêche l'arrivée de l'eau à la peau, doit être essuyée au moment de l'accomplissement des ablutions, quant à la crème qui n'a pas d'épaisseur, il n'aura aucun effet sur la validité des ablutions.

Qu'Allah vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas
membre membre membre Vice-président Président
Bakr Abou Zayd Sâlih Al-Fouzân `Abd-Allah ibn Ghadayân `Abd-Al-`Azîz Al Ach-Chaykh `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

 

source http://www.alifta.com/Fatawa/FatawaChapters.aspx?View=Page&PageID=246&PageNo=1&BookID=11

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:08

 





Soigner la dureté passagère des âmes



السؤال
تحصل قسوة في نفوسنا في بعض الأوقات فكيف نُعالجها ؟

Question :
Une certaine dureté (qaswah) atteint parfois nos âmes, comment la soigner?



الجواب
تعالج تلك القسوة بأمور منها :

La réponse :
Cette dureté se soigne par des moyens [précis], et parmi eux :




-1طلب العلم النافع , وأهم ذلك دراسة العقيدة الصحيحة

1-
La recherche de la science utile, dont le plus important est l’étude de la croyance authentique (al 3aquida as-sahihah).




بالإكثار من الأذكار , ومنها الاستغفار-2
والتوبةوالأذكار اليومية

2-
La multiplication des formules de rappel (al adhkar), dont la demande de pardon(al istighfaar), le repentir et les formules de rappel quotidiennes (al adhkaar al yawmiyah).




مداومة قراءة-3
القرآن أو السماع له

3-
La continuité (mudaawamah) dans la lecture du Qur’an ou son écoute.



قراءة السيرة-4
الصحيحة من الكتب المعتمدة وقراءتها على الأهل .



4-
La lecture de la biographie (siira) authentique du Prophète tirée des livres reconnus et les lire à la famille.



قراءة تراجم العلماء وأقوالهم في الأخلاق ونحوها كالسير-5
للذهبي .



5-
La lecture des biographies (taraajim) des grands savants et de leurs paroles concernant le bon comportement notamment, tel [qu’on peut les trouver dans le livre] « Siyar a3lam an-Nubala’ » du savant « adh-Dhahabi ».



بالقراءة في الحديث مثل رياض-6
الصالحين والترغيب والترهيب , واستنباط الفوائد منه بين الأهل وغيرهم .



6-
Par la lecture des récits prophétiques (al-hadith) dans des livres comme « Riyadu sSaalihin » ou encore « Sahih atTarghibi wat Tarhiib », ainsi que de tirer profit de leurs enseignements et les partager avec la famille ou d’autre.




بالدعاء , وبالذات في جوف الليل-7
مع الحرص على قيام الثلث
لأخير من الليل قدر الاستطاعة , والحرص على كثير من النوافل من صلاة وصوم وغيره
.
7-

Par l’invocation (ad-du3a), et particulièrement au cœur de la nuit avec une attention particulière à la prière de nuit dans le dernier tiers autant que possible, et une attention particulière à la multiplication des œuvres surérogatoires (an-nawaafil) en prière et en jeûne et autre.



بالزيارة لأهل العلم الثقات السلفيين -8,
والاستماع لهم ولنصائحهم , وكذا الزيارات
العائلية لأناس خيرين يعينون على الطاعة .



8-
Par la visite des gens de science de confiance et « salafiyin », ainsi que l’écoute attentive de leurs conseils, et aussi, les visites familiales aux gens de bien qui aident à l’obéissance [à Allah Le Très-Haut].

 

منقول
من الكتاب الماتع

(( المَرقومُ من الإجابات المُختصرة في المنهج السلفيّ ))

للشيخ أبي عاصم عبد الله الغامدي حفظه
الله



Extrait de l’excellent livre
« Ce qui est écrit parmi les réponses abrégées sur le manhaj salafi »
Du chaykh Abi 3aasim 3abdiLLAH al-Ghaamidi
Qu’Allah le préserve


Traduction : Ummu 3abdil Wadoud.
Jazakaakumu LLAHU khayran de conseiller en cas d’erreur ou oubli ou autre


Partager cet article
Repost0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 06:00

 


Pierre est-il musulman ou chrétien ?!

                                                           

Soufiane raconta à des amis ce récit :

Pierre est un français de cinquante ans

Il vit paisiblement à Orléans avec sa femme, son fils et sa fille...

 
Lorsque le mois de Dhul-Hijjah arriva...

Pierre, son épouse et ses enfants commencèrent à suivre les infos…

Pour connaître quand débuterait le mois de Dhul-Hijjah...  

Pierre écoutait la radio,

Sa femme regardait la télé,

Et le fils surfait sur les sites islamiques...


Lorsque la détermination du premier jour de Dhul-Hijjah fut confirmée...
Pierre et sa famille se préparèrent à la venue de la fête de l'Aïd Al-Kebir qui tombe le dixième jour de Dhul-Hijjah après l'arrêt des pèlerins sur le mont Arafat, le neuvième jour.

 

Le deuxième jour de Dhul-hijjah, la famille alla à la ferme… 

Pour l'achat d'un mouton,

Qui fut choisi avec soin en fonction des conditions islamiques liées à l'offrande,

Pour l'immoler le premier jour d'al Aïd Al-Kébir.

 
Le mouton dans la voiture,

Commença à bêler…

Et la petite fille de Pierre de cinq ans, Delphine, commença de sa belle voix douce à chantonner avec lui...

Elle dit à son père : « Papa ! Comme est belle la fête de l'Aïd !

Je vais mettre mes plus beaux habits !

Je pourrai avec l'argent offert m'offrir une belle poupée !

Je m'amuserai toute la journée avec mes copines !

 Comme j'aime cette fête !

Si seulement tous les jours de l'année étaient tels le jour de l'Aïd. »


Quand ils arrivèrent à la maison,

L'épouse demanda : « Chéri ! J'ai appris que le sacrifice rituel devait être divisé en trois :

Une partie pour les pauvres et les nécessiteux,

 Une autre pour nos voisins Michel, Laurianne, et Roxanne,

 Et une autre que nous mangeons et conserverons.

 
Le jour de l'Aïd venu,

Pierre et son épouse se demandèrent où est la direction de La Mecque pour le sacrifice,

Ils ont conclu qu'elle devait être en direction de l'Arabie Saoudite…


Pierre sacrifia donc son mouton

Sa femme divisa la viande en trois parties…

Soudain, Pierre cria : « Zut ! Nous sommes en retard pour l'église !

Aujourd'hui c'est dimanche ! Vite on va rater la messe !

Pierre ne rate jamais la messe…


Fin du récit.

 

Un ami de Soufiane s'exclama : Ton histoire est à dormir debout ! Dis-moi : Pierre est musulman ou chrétien ?!

 
Soufiane rétorqua : Pierre et sa famille sont des chrétiens, ne croient pas en un Dieu unique, mais croient en la trinité et ne croient pas que Muhammad – que la paix soit sur lui - est le sceau des prophètes et des messagers.

 
Une stupeur se produit chez ses amis, et des voix s'élevèrent ! L'un d'eux dit : « Ne mens pas Soufiane, comment pourraient-ils être chrétiens !!! Comment le chrétien peut-il accomplir les rites de l'islam et des musulmans et célébrer leurs fêtes ! C'est impensable ! Comment s'intéresseraient-ils au calendrier hégirien ! C'est une farce ! Comment peuvent-ils acheter un mouton et le distribuer aux pauvres !

 

Soufiane dit avec un sourire : « Mes frères pourquoi ne croyez-vous pas mon histoire ?

 
Pourquoi ne pensez-vous pas qu'une famille chrétienne puisse faire cela ?

 
Ne voit-on pas des Abdullah, des Mohamed, des Khaled, des Mehdi, des Khadija, des Fatima, des Salima célébrer les fêtes chrétiennes et les fêtes juives ou païennes !

 
Ne célébrons-nous pas, nous musulmans, le Jour de l'An, Halloween, Noël, la Saint Valentin, Pâques, la fête des Mères, des Pères, la fête de la musique et j'en passe !


Pourquoi les chrétiens ne célèbreraient-ils pas nos fêtes ! Qu'y a-t-il d'étonnant à cela !

 
Pourquoi condamnons-nous Pierre pour cet acte et ne condamnons-nous pas lorsqu'on célèbre leurs fêtes ! Pourquoi ne condamnons-nous pas nos familles pour cela ! »


Ensuite, Soufiane leva sa main en s'exclamant de nouveau : je suis né et je vis en France et du haut de mes 32 ans Dieu sait que je n'ai jamais vu de chrétiens ou de juifs célébrer une de nos fêtes ! Je n'ai vu personne porter de l'intérêt à nos fêtes ! Personne y participer ! Personne ! Et toujours je vois des musulmans fiers et heureux de célébrer les fêtes chrétiennes et païennes ! Il n'y a de puissance ni de force, si ce n'est en Allah le Très Grand !

 

En ces temps où beaucoup de musulmans participent aux fêtes de Noël en achetant même des sapins qu'ils exposent chez eux, qui participent en masse au jour de l'an et ses débordements moraux et physiques, j'ai jugé bon d'exhorter mes frères et sœurs en prenant l'exemple fictif de Pierre pour endiguer ce mal dont souffrent les musulmans aujourd'hui ! Aurions-nous un manque de fierté d'appartenir à une communauté dont la religion a été merveilleusement parachevée par Dieu lui-même ? A-t-on besoin de se mêler aux égarements des chrétiens et des athées après que Dieu nous ait donné la meilleure religion ?!

 

Qu'Allah nous guide et fasse qu'on soit fier de notre religion et ses beaux principes et fasse qu'on rejette les actes des polythéistes incroyants et égarés !

 

http://www.islamhouse.com/p/261922

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 06:00

coeur.png
Il a été établi dans de nombreux texte que l’opposition (dans l’apparence) extérieure est une cause de l’opposition (de la divergence par rapport à la voie du prophète– Prière et Salut sur lui –) intérieure. Le sens de cette parole est que tous les musulmans doivent se soucier de se corriger extérieurement (l’apparence) de la même façon qu’ils se soucient de se corriger intérieurement. Ils ne doivent pas céder sur le fait de se corriger extérieurement, en donnant comme argument qu’il suffit de se corriger intérieurement. Car l’islam a fortement lié ces deux choses, et il n’a pas fait de différence entre la rectitude de l’apparence et de (de ce qui est à) l’intérieur, mais au contraire (l’islam) en a fait des jumeaux, l’un est l’autre s’entraident dans la complétude et la perfection.

 

Parmi les preuves les plus fortes du Qur’an et de la Sunna, le hadith rapporté par Al-Bukhari et Muslim, d’après An-Nu’man ibn Bashir, le prophète – Prière et Salut sur lui –a dit : « Le licite est clair, et l’illicite est clair, et entre les deux il y a des choses ambiguës que la plupart des gens ne connaissent pas. Ce lui qui se préserve de ces ambiguïtés a préservé sa religion et son honneur, et celui qui tombe dans ces ambiguïtés tombe dans l’illicite (…) N’est-ce pas qu’il y a dans le corps un bout de chair qui, s’il est pur, purifie tout le corps et s’il est corrompu, corrompt tout le corps. N’est-ce pas que c’est le cœur. ». C’est pourquoi la rectitude du corps vient par la rectitude du cœur, et la rectitude du cœur vient par la rectitude du corps. Entre les deux il y a ce que l’on appelle le mouvement perpétuel, chacun aide l’autre.


Parmi les erreurs grossières et évidentes est ce que nous entendons de nombreux jeunes qui se sont écartés de l’accomplissement de nombreuses obligations comme la prière et le jeûne, lorsqu’on leur dit : Pourquoi ne priez-vous pas ? Pourquoi ne jeûnez-vous pas ? », ils disent : « ce qui compte c’est ce qui est dans le cœur », et la religion c’est le comportement, comme ils le prétendent, et moi je ne vole pas, je ne fais pas de mal (sens de la parole) et d’autres choses encore… C’est une grande ignorance de la réalité de la législation d’une part et de la réalité humaine d’autre part. L’apparence a une incidence sur l’intérieure d’une manière que ne soupçonne pas celui qui ne se soucie pas de corriger son apparence.

 

Naturellement, je ne vise pas seulement par « rectification de l’apparence », la rectification des habits, de la maison ou de ces choses, encore que la moindre des choses que l’on peut dire à ce sujet est que l’islam ne l’interdit pas. Mais ce que je vise plus particulièrement c’est la rectification des actions qu’accomplit l’homme et que la législation a encouragé, que cela concerne les obligations ou les actes surérogatoires.

 

Ces actions qui vont être la cause du renforcement du cœur et de sa rectification. Regardez par exemple comment le prophète – Prière et Salut sur lui –a donné un exemple qui confirme, par son absence ou présence, cinq fois par jour. Comment le prophète – Prière et Salut sur lui –a expliqué le sens du hadith précédent de An-Nu’man ibn Bashir : que la rectitude de l’apparence a une incidence sur la rectitude de l’intérieur, et inversement. C’est pour cela que fait partie de la sunna du prophète – Prière et Salut sur lui –, une chose à laquelle il donnait beaucoup d’importance lorsqu’on appelait à la prière (en commun), qu’il ne commençait pas la prière sans avoir ordonné d’aligner les rangs. Il a ordonné cela de différentes manières et ce qui nous intéresse ici est sa parole : « Alignez vos rangs ou Allah détournera vos visages (les uns des autres) ». Le fait d’aligner les rangs est action apparente, c’est un exemple du sens que je donnais auparavant, sur la rectification du corps, ou comme le fait de s’asseoir (éparpillés) dans une assise ou à la mosquée, c’est une action apparente, mais cela a un grand effet sur l’intérieur, sur le coeur.


C’est pourquoi le prophète a dit : « Alignez vos rangs ou Allah détournera vos visages (les uns des autres) ». C'est-à-dire que le fait que les prieurs ne fassent pas attention à l’alignement des rangs, ce qui est sunna, et (au contraire) ne fait pas partie de la sunna de s’aligner par rapport au trait (tracé par terre), car cela fait partie des innovations qui ont touché beaucoup de pays musulmans, au point que seule une très petite partie (de la communauté) en est préservé. Car ce trait éduque (habitue) les gens au contraire de ce qu’a voulu le prophète – Prière et Salut sur lui –dans le hadith précédent, comme attention que doivent porter les musulmans à s’aligner, pas par rapport au trait qui est trompeur. Si on dit au prieur avance, il avance, recule, il recule en suivant ce trait. Il n’y a aucun doute que ce trait a une incidence qui est en contradiction avec ce qu’ont voulu ceux qui ont innové ce trait à notre époque. Cela apparaît surtout lorsque les musulmans se rassemblent à la musala pour la prière du ‘Id, tu vois des choses incroyables, tu ne peux pas trouver un seul rang, surtout s’il est long, (aussi) droit que s’ils s’étaient alignés avec le trait. Pourquoi ? Car ils comptaient sur les autres pour être sur le trait.


Le prophète – Prière et Salut sur lui –a fait du non alignement des rangs une cause du détournement des visages et des cœurs de ceux qui ne s’alignaient pas. C’est pourquoi l’apparence a des effets sur la rectification ou la corruption de l’intérieur. Il faut faire attention à ces choses, au contraire de ces ignorants qui disent : « ce qui compte c’est ce qui est dans le coeur ». Si ce qui est dans le cœur est bon, il n’y a aucun doute que cela se verra sur le corps, comme dit le poète : « tout récipient déborde de ce qu’il contient ». Si le cœur de celui qui n’accomplit pas les obligations est bon, il est obligatoire que ses œuvres soient bonnes, et inversement.


De là vient une règle très importante qui est qu’il n’est pas permis au musulman de fréquenter le mécréant, de vivre avec lui, et que dire du fait de vivre avec lui dans son pays, dans sa région. Il y a de très nombreux hadith dans ce sens, il n’est pas utile dans rentrer maintenant dans ce sujet, je ne rappellerai qu’un seul hadith qui regroupe le sens des (autres) et qui est : « Celui qui rejoint un mécréant est comme lui », le sens de rejoindre (jâma’a) est de fréquenter et pas ce que l’on peut penser tout de suite (le verbe porte aussi le sens du coït). Pourquoi ? Car le fait de le rejoindre est une preuve évidente (sens de la parole), c’est pour cela que l’on voit les hommes et les femmes qui fréquentent les mécréants subir leur influence dans leurs coutumes. Le plus grand exemple de cela, afin que l’on n’ait pas besoin de trop réfléchir, lorsque les pays musulmans se sont libéré des mécréants qui ont répandu leur coutumes (dans ces pays), qu’est-il arrivé aux musulmans ? Ils ont été influencés par ces coutumes, alors que dire du musulman qui quitte un pays musulman pour un pays mécréant. Il n’y a aucun doute qu’en vivant avec eux, il sera encore plus touché par cela.


Ces choses apparentes ont des effets sur vous…(afin) que vous donniez de l’importance à la rectification de l’apparence. Car l’apparence montre l’intérieur et est une cause pour le rectifier. Voilà ce que j’ai voulu vous dire sur le fait de se rassembler et de ne pas s’éparpiller dans les assises de science.



Cette parole du shaikh est extraite d’une cassette intitulée « adab al-majalis fi halaqat al-‘ulama ». Le shaikh y donne des conseils pour ceux qui s’assoient pour demander la science. Avant l’extrait que nous avons traduit, le shaikh explique qu’il est contraire à la sunna de s’éparpiller dans la mosquée ou dans le lieu où l’on se regroupe, il faut tous se regrouper autour de celui qui parle. Il donne pour preuve le hadith rapporté par Muslim dans lequel le prophète – Prière et Salut sur lui –est entré dans la mosquée et a vu les compagnons éparpillés en petits groupes, il leur dit : « Pourquoi est-ce que je vous vois séparé ? ». Et le hadith rapporté par Ahmad, d’après Abu Tha’laba Al-Khushani qui dit : « Lorsque nous voyagions avec le prophète – Prière et Salut sur lui –et que nous nous arrêtions quelque part, nous nous séparions entre les montagnes et les vallées. Un jour le prophète – Prière et Salut sur lui –nous dit : « Le fait de vous séparer fait partie des actions du diable ». Abu Tha’laba dit : « depuis ce jour, lorsque nous nous arrêtions quelque part, nous nous réunissions, même si nous devions nous asseoir sur un tapis, cela nous suffisait ». Le shaikh explique que ce hadith montre que la séparation des compagnons en voyage était parmi les actes du diable, qu’en est-il alors dans les mosquées ? Nul doute que cela est plus mauvais encore. C’est pourquoi le shaik averti fermement ceux qui s’assoient pour apprendre, de s’éparpiller, au contraire il faut se rapprocher, comme on dit : « serrez-vous, vous vous ferez miséricorde »

Partager cet article
Repost0