Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 09:07
Un homme vit dans un rêve qu'un lion le pourchassait.
Il courrut jusqu'a un arbre, grimpa dessus et s'assit sur une branche. Il jeta un regard vers le sol et aperçu le lion qu'il l'avait suivit et attendait calmement qu'il descende... b
Il regarda ensuite derrière lui, et aperçu deux rats rongeant la racine de la branche sur laquelle il était assis.
L'un des deux rats était blanc , l'autre noir. La branche était prête à tomber sur le sol d'un moment à l'autre. Mais elle tardait à céder.
 L'homme vit alors un enorme serpent noir s'installer juste en dessus de lui et ouvrit grand sa bouche en attendant qu'il ne tombe dedans.
L'homme chercha alors quelque chose sur quoi il pourrait s'accrocher pour echapper à ces prédateurs.
Il vit alors sur une branche au dessus de lui, une ruche dont les gouttes de miel tombaient l'une après l'autre. Il voulut alors en goutter une; Elle lui parût délicieuse.
Il en voulut une autre, pui encore une autre. Il se concentra pour eviter les abeilles et ainsi récuperer tout le nectar.
Enfin, il se perdit dans la douceur du miel, oubliant les deux rats grignotant la branche, oubliant le lion couché sur le sol, oubliant le serpent ouvrant grand sa bouche juste en dessous de lui.
L'homme se réveilla.
Pour comprendre la signification de son rêve, il alla voir un pieu musulman à qui ALLAH a accoré la science.
Il lui dit:
Le lion que tu a vu est la mort. Elle te suivra ou que tu ailles même si tu l'oublies. Le rat noir est le nuit, le blanc est le jour.
Il te tournent autour l'un après l'autre et grignotent le temps qu'il te reste à vivre pour te raprocher de la mort.
L'enorme serpent noir est ta tombe. Elle est là, elle attend juste que tu tombes. La ruche est le monde, son miel est la luxure et les jouissances du monde.
Nous cherchons à obtenir ces luxure, nous y gouttons, puis très vite nous y prenons gout. Jusqu'a ce que cette quête deviennent une priorité.
Nous nous oublions alors dans ce monde, et nous oublions le temps, nous oublions la mort et nous oublions notre tombe...
Puisse ALLAH reveillé tous les musulmans de leur someil et nous sauver avnt qu'il ne soit trop tard. AMINE
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 09:19
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 09:08
Il y avait 2 frères voisins, l'un à l'étage et l'autre au rez de chaussé. Celui du bas vivait dans la crainte de Dieu, et ne commettait pas de pécher
Contrairement a celui de haut, qui vivait dans la luxure et la débauche. Son argent venait du Haram, et il était très riche.
Celui du bas priait nuit et jour pour qu'Allah guide son frère. Jusqu'au jour où un ami, lui dit:
-" Tu pries pour qui?"
il dit: " pour mon frère".
"Et Alors, a-t-il changé par tes prières?"
il répondit: "non, il n'a jamais changé".
Cette discussion le fit réfléchir, et il se dit, mes prières ne servent a rien, j'ai rien gagné, mon frère vit dans le luxe et s'amuse, moi aussi je vais me mettre dans le business et m'éclater.
Au même moment, le frère du haut, se dit :
j'en ai marre d'être toujours bourré, de sentir mauvais, d'avoir de l'argent sale, je vais désormais faire comme mon frère, car la vie que je mène, c'est pas une bonne vie.
Le frère du bas montât voir son frère qui lui descendit pour la même raison. Les deux frères dans les escaliers rencontrèrent Azrail, l'Ange de la mort. Il prit leur âmes.
Lequel des deux frères est au
Paradis
, et lequel est en enfer?


Dieu nous juge par nos intentions, et non par nos actes. Il y a des gens qui font le bien toute leur vie, et avant de mourir, il font une chose qui les met en enfer. Par contre, il y a des gens qui font des mauvaises actions toute leur vie, et avant de mourir il font une chose qui les met au Paradis
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 08:59

C'est l'histoire d'une jeune femme pieuse qui veut se marier
 
 et elle demanda alors à son père de lui trouver un prétendant. 
 Son père après avoir fait appel "à ses relations" finit par trouver un homme très pieux et le présenta à sa fille.

Le jour de la rencontre, la femme posa devant son prétendant une très grande assiette avec de quoi nourir beaucoup de monde et s'en alla. Elle surveilla tout de même cet homme
 
 (qui rappelons le allait peut être devenir son mari...).

Alors elle l'observa et remarqua qu'il n'arretait pas de manger : il mangea et mangea jusqu'à tout finir à lui seul ! Puis elle partit se couchée un peu... Puis en se levant pour salat Al Fajr, elle remarqua que l'homme alla directement prier sans même aller faire ses ablutions.

Un peu stupéfaite, la jeune femme va voir son père et lui demande alors : Mais papa "wachen hadak li jibtli" ? elle a dit : Mais papa "c'est quoi cet homme que tu m'as amené" ?).
 
Tu m'as dit qu'il était pieux et là je vois quelqu'un qui ne pense qu'à son ventre  
et qui n'a pas fait ses ablutions avant de prier Al Fajr !

Son père, avec sa sagesse habituelle, répondit alors :

Ma fille, saches que quand on te sert à manger, il y a la barraka d'Allah dans cette nourriture et on ne sait pas où se trouve cette barraka. Par conséquent, cet homme n'a pas cherché après son ventre mais uniquement après la barraka d'Allah : il a donc tout manger pour être sûr de ne pas rater cette barraka.

Par ailleurs, tu dis ne pas l'avoir vu faire ses ablutions ? Et bien ma fille c'est uniquement parce qu'il les avaient déjà : cet homme n'a cesser de prier toute la nuit pour adorer Allah Ta'ala et donc il n'était pas obligé de refaire ses ablutions pour salat Al Fajr !

Quand je te disais que c'était un homme pieux, je ne t'ai pas mentit ma chère et tendre fille.

 
 
Moralité 

Quand on nous dit que juger les gens n'est pas correct... seul Allah Soubhanahou wa ta3alah peut te juger
Ne critique jamais les autres sauf si tu deviens parfait, et puisque tu ne seras jamais parfait, ne critique jamais les autres, et contente toi de tes défauts...
 
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:51

Il était une fois un riche commerçant qui avait 4 femmes.

La 4ème femme, C'est celle qu'il aimait le plus. Il l'ornait avec de luxueuses robes et la traitait avec délicatesse. Il prenait grand soin d'elle et ne lui offrait que le meilleur.

La 3ème femme, elle aussi il l'aimait beaucoup Il était très fier d'elle et voulait toujours la mettre en valeur auprès de ses amis. Cependant, le commerçant craignait toujours le fait qu'elle puisse partir avec un autre homme.

Il aimait aussi sa 2ème femme. C'était une personne très prévenante, toujours patiente et elle était la confidente du commerçant. Chaque fois qu'il rencontrait des problèmes, il se tournait vers elle et elle l'aidait toujours à s'en sortir.

La 1ère femme était une partenaire très loyale, elle avait aussi bien contribuée à maintenir ses richesses qu'à prendre grand soin de sa maison. Pourtant, le commerçant ne l'aimait pas beaucoup alors qu'elle, l'aimait profondément. Il lui prêtait à peine attention.



Un jour, le commerçant tomba malade. Il avait le pressentiment qu'il allait mourir bientôt. Il pensa à sa luxueuse vie et se disait,
"maintenant j'ai 4 femmes, mais quand je mourrais, je serai seul, quel solitaire je serai !"

Il demanda donc à sa 4ème femme : "Je t'aime le plus, je t'ai doté des plus fins habits et pris grand soin de toi. Maintenant que je meurs, voudras-tu me suivre pour me tenir compagnie ?" - "Nulle part !" Répondit la 4ème femme. Et elle s'en alla sans un autre mot. La réponse coupa le coeur du commerçant comme un couteau tranchant.

Le triste commerçant demanda alors à sa 3ème femme : "Je t'ai beaucoup aimé toute ma vie. Maintenant que je meurs, voudras-tu me suivre et me tenir compagnie?" - "Non !" Répondit la 3ème femme. "La vie est si belle ici ! Je me remarierais quand tu mourras !" Le coeur du commerçant se brisa.

Alors il demanda à sa 2ème femme : "Je me suis toujours tourné vers toi et tu m'as toujours aidé. Maintenant j'ai à nouveau besoin de ton aide. Quand je mourrais, est ce que tu me suivras et tu me tiendras compagnie?" - "Je suis désolée, je ne peux pas t'aider !" Répondit la 2ème femme. "Dans le meilleur des cas, je ne peux que t'accompagner vers la tombe" La réponse tomba comme du tonnerre et le commerçant fût dévasté.

Alors appela une voix : "J'irai avec toi, je te suivrai là où tu iras".

Le commerçant leva les yeux, ce fut sa 1ère femme. Elle était si maigre, comme si elle souffrait de malnutrition. Très touché, le commerçant disait : "J'aurais du prendre beaucoup mieux soin de toi pendant que je pouvais!" ...


Réellement "nous avons tous 4 femmes" dans notre vie !

La 4ème femme, c'est « notre corps », nous nous donnons tant de mal pour prendre soin de lui, il sera detruit quand nous mourrons.

Notre 3ème femme c'est nos biens et nos richesses. Quand nous mourrons, Ils iront à d'autres.

La 2ème femme, c'est notre famille et nos amis. Très proche de nous comme ils l'avaient été durant notre vie, le mieux qu'ils puissent pour nous c'est de nous accompagner à la tombe.

La 1ère femme, quelque chose que nous ne pouvons pas voir, c'est notre âme.

Souvent négligée, oubliée, dans notre quête de biens matériels et de plaisirs insatiables.

Parfumé, embellis par le bien et les bonnes actions, ou laide et nauséabonde par les péchés et mauvaises actions, c'est la seule qui nous suivra réellement là où nous irons.

C'est peut-être une bonne idée de l'éduquer, la cultiver et la fortifier maintenant, plutôt que d'attendre jusqu'à ce que nous soyons sur notre lit de mort pour le regretter. Non ?


"Toute âme goutera la mort. Mais c'est seulement au jour de la Résurrection que vous recevrez votre rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et introduit au Paradis a certes réussi. Et la vie présente n'est qu'un objet de jouissance trompeuse."
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:46
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:42
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:17
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 09:05
Un menuisier était arrivé à l'âge de la retraite.

Il informa alors son employeur de son intention de quitter le monde de la construction afin de passer le reste de sa vie paisiblement avec son épouse.

Son employeur fut très déçu de devoir laisser partir un si bon travailleur et il lui demanda comme faveur personnelle de construire juste une toute dernière maison. Le menuisier accepta mais cette fois il était facile de voir que son
coeur n'était pas à l'ouvrage. Il accomplit un travail médiocre et utilisa des
matériaux de qualité inférieure.

Quand le menuisier eut terminé la maison, son employeur arriva et en fit l'inspection puis il présenta la clé de cette maison au menuisier en disant : "Cette maison est la tienne, c'est mon cadeau pour toi".

Le menuisier était si triste, quelle honte ! Si seulement il avait su qu'il construisait sa propre maison, il aurait tout fait si différemment.

Il en est de même pour nous, dans notre vie. Nous la construisons malheureusement trop souvent avec négligence et insouciance... Un moment donné, avec étonnement, nous réalisons que nous devons vivre dans la maison que l'on s'est construite. S'il nous était possible de recommencer, nous aurions fait différemment mais nous ne pouvons faire de retour en arrière.

Nous sommes les artisans de cette maison qu'est notre vie. Chaque jour nous enfonçons un clou, plaçons une planche, érigeons un mur.

La vie est un projet de tous les instants. C'est par notre attitude et nos choix
d'aujourd'hui que nous construisons la maison que nous allons habiter demain et
pour le reste de notre vie...

Alors pourquoi ne pas la construire avec sagesse ????
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 19:34

Une femme de Médine vint se plaindre de son mari auprès de Aïcha radiaAllahu 'anha. Celle-ci lui conseilla d'attendre l'arrivée du Prophète (saw)
Lorsque celui-ci arriva, la femme lui exposa les griefs qu'elle avait contre son mari.
Le Prophète (saw) lui conseilla alors: "Va! Ecoute ton mari et obéis-lui!"
 La femme demanda alors:"quelle récompense en recevrai-je ?"

Le Prophète(saw) lui aurait alors dit:
"Il n'est pas de femmes qui prenne quelque chose de la demeure de son mari pour le remettre à sa place, au compte de laquelle Allah n'inscrive une bonne action, n'en éfface une mauvaise, et qu'il n'en élève d'un degré.

Il n'y a pas de femmes qui soit enceinte de son mari sans qu'elle reçoive la même récompense que celui qui veille la nuit, jeûne le jour et combat dans la voie d'Allah.

Il n'est pas de femmes, en accouchant, qui ne reçoive la récompense d'un affranchissement, et de même lorsqu'elle allaite son enfant.
Lorsqu'elle sèvre son enfant, un ange, dans le Ciel l'appelle et lui dit :'O femme! Tu n'as plus à te préoccuper de tes oeuvres passées.
Recommence un nouveau compte pour ce qui te reste de ta vie.'"

Aïcha radiaAllahu 'anha, présente à l'entretien, dit alors:"les femmes ont reçu beaucoup. Et, vous, les hommes, que vous reste-t-il ?" "Il n'est pas un homme qui ne prenne la main de sa femme pour la cajoler au compte duquel Allah n'inscrive une bonne action.

S'il l'embrasse, ce sont deux bonnes actions.
S'il s'unit à elle, cela vaut mieux que ce monde et tout ce qu'il contient.
Lorsqu'il se lève pour se purifier, l'eau ne passe pas sur un seul poil de sa barbe sans que ne soit inscrite, à son compte, une bonne action, effacée une mauvaise, et qu'il ne soit élevé d'un degré.
Ce qu'il reçoit pour une grande ablution est préférable à ce monde et à tout ce qu'il contient.
Allah vante cet homme auprès des Anges: "Voyez mon Serviteur, qui
s'est lavé dans la nuit froide afin de se purifier de l'impureté
majeure, tout plein den certitude que Je Suis Son Seigneur. Soyez
témoin que Je lui Pardonne"

Hadith raporté par Tirmidhi,
Partager cet article
Repost0