Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 15:29

La langue Arabe en Islam.

Le statut de la langue arabe en Islam

ex
trait de Iqtidaa'us-Siraatil-Mustaqeem (2/207) de cheikh Ibn Taymiyah

L
orsque nos pieux prédécesseurs sont allés vivre en Syrie et en Egypte où les gens parlaient le grec Byzantin, et en Irak et à Khurasaan où les gens parlaient Persan, ou encore au Nord de l'Afrique où les gens parlaient le Berbère, ils ont appris aux habitants de ces pays à parler l'arabe, pour que l'arabe devienne la langue la plus répandue du pays. Tous les gens, musulmans ou non, parlaient couramment l'arabe et ce, sans distinction. Tel était donc le cas à Khurasaan dans le passé, avant qu'ils ne redeviennent mous en ce qui concerne l'importance que l'on doit accorder à la langue arabe et qu'ils se soient alors habitués à parler Persan si bien que cette langue se soit répandue et que l'arabe soit totalement oublié par la plupart d'entre eux. Sans aucun doute, c'est là une chose détesta
ble.

La m
eilleure méthode est de s'habituer à parler en arabe afin que les jeunes l'apprennent chez eux ainsi qu'à l'école, et pour que ce symbole de l'Islam revive chez les gens. Cela facilitera alors aux musulmans la compréhension de leur religion car ils seront plus apte à comprendre le Coran, la Sounnah et les termes employé par les prédécesseurs, contrairement à une personne qui est habituée à parler une autre langue et qui se heurte ensuite aux difficultés de l'apprentissage de la langue arabe.

Sachez qu'être habitué à utiliser une langue a un effet évident et fort sur notre personnalité, notre comportement et notre pratique de la religion. En effet, ceci a comme conséquence de nous rapprocher d'une des caractéristiques des premières générations de cette Communauté, les Compagnons et ceux qui leur ont succédé, et cela peut donc aussi nous amener à nous rapprocher d'eux en améliorant nos pensées, nos pratiques de la religion et notre manière de vi
vre.

De plus, la langue arabe fait elle-même partie de l'Islam et est une obligation religieuse. En effet, c'est un devoir que de comprendre le Coran et la Sounnah et ils ne peuvent être compris sans connaître l'arabe, donc les moyens qui sont nécessaires pour accomplir ce devoir religieux deviennent aussi obligatoires. Il y a les choses qui sont obligatoires pour tout individu et d'autres qui sont obligatoires sur la communauté (si une partie de la Communauté s'en acquitte, le reste en est dispen
sé).

C'es
t la signification du rapport relaté par Abu Bakr Ibn Abî Shaybah qui a dit : "Issa Ibn Younes nous a dit que Thawr a dit de 'Omar Ibn Yazeed que 'Omar a écrit à Abou Moussa Al-Ash'ary (qu'Allah l'agrée) pour lui dire : "Apprenez la Sounnah et apprenez l'arabe ; apprenez le Coran en arabe car il est en arabe." Selon un autre hadith rapporté par 'Omar (qu'Allah l'agrée), il a dit : "Apprenez l'arabe car c'est une partie de votre religion, et apprenez comment la propriété d'un mort doit être divisée car ceci fait partie de votre religion." Cet ordre de 'Omar, d'apprendre l'arabe et la législation, combine les choses qui sont nécessaires, car la religion implique la connaissance de mots et d'actions qui doivent être compris. La compréhension de l'arabe est la façon de comprendre les mots de l'Islam, et la compréhension de la Sounnah est la façon de comprendre les actions de l'Islam.
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 08:08
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:59
 Un jour un homme est venue se plaindre auprès d'un cheikh de son extrême pauvreté, il lui dit qu'il était dans une grande détresse et préférerait la mort à une telle vie.

Le cheikh lui demanda :
" voudriez vous échanger vos yeux contre dix mille dirhams."

Il répondit : " certainement pas. "

Le cheikh dit encore : " voudriez vous echanger votre langue contre dix mille dirhams ? "

L'homme dit : "naturellement pas."

Le cheikh dit : " seriez vous d'accord d'avoir vos mains et pieds coupés en échange de vingt mille dirhams."

L'homme répondit que non.

Le cheikh demanda : " seriez vous prêt a perdre l'esprit en échange de dix mille dirhams ? "

L'homme répondit qu'il n'y était pas disposé.

À ceci, le cheikh lui dit : " n'avez-vous pas honte de vous-même ? Vous admettez qu'Allah vous a accordé tant de cadeaux précieux, dont la valeur selon votre propre évaluation, excède cinquante mille dirhams et vous vous plaignez de la pauvreté ! "
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:49
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 07:41
Si vous pardonnez à quelqu'un ses péchés ceux-ci s'évanouissent sur le champ. Par contre si vous ne les pardonnez pas, qu'allez-vous en faire ?

Un professeur d'Institut qui devait enseigner sur le thème du pardon, demanda à chacun de ses étudiants d'apporter un sac de pommes de terre lors du prochain cours.

Il leur demanda ensuite d'inscrire sur une pomme de terre le nom de chaque personne à laquelle ils refusaient de pardonner, et à côté, la date. Puis ils devaient porter sur leur dos, partout où ils iraient, pendant le mois suivant, le sac de pommes de terre. Ce fardeau leur parut vite insupportable.

Ils se rendirent alors compte du poids spirituel de rancoeur qu'ils portaient tous en eux. Ils comprirent aussi le degré d'énergie qu?ils gaspillaient en portant leur fardeau et le danger qu'ils couraient de laisser ce fardeau au mauvais endroit. Puis, à mesure que les pommes de terre commençaient à pourrir, chaque étudiant comprit qu'il devait se débarrasser du sac au plus vite.

Le pardon n'est pas seulement un don que vous faites aux autres, c'est aussi et surtout un cadeau que vous vous faites à vous-même, car en refusant de pardonner, un boulet s'attache à votre coeur et le bonheur et la bénédiction s'enfuient loin de vous. Qu'allez-vous donc faire du fardeau de péchés que vous refusez de pardonner ?

Aimeriez-vous vraiment qu'Allah vous pardonne avec le même enthousiasme que vous mettez à pardonner les péchés des autres ?

Si cette idée vous gêne un peu, alors agissez dès aujourd'hui, avant le coucher du soleil.
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 09:19
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 09:11

... ... ... ▼... ... ...
Je suis la LUMIERE
Et vous ne me VOYEZ PAS

Je suis la VERITE
Et vous ne me CROYEZ PAS

Je suis la ROUTE
Et ne me SUIVEZ PAS

Je suis la VIE
Et vous ne me CHERCHEZ PAS

Je suis votre CHEF
Et vous ne M'OBEISSEZ PAS

Je suis votre DIEU
Et vous ne me PRIEZ PAS

SI VOUS ETES MALHEUREUX

Ne me le REPROCHEZ PAS
... ... ... ▼... ... ...

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:54
Un frères a raconté cette histoire, voici ce qu'il a dit :' Ma femme porte le hijab, louange à Allah, mais dans l'appartement en face du notre habite une jeune fille qui non seulement ne le porte pas mais s'habille de manière très inconvenable. Cependant, ma femme entretenait une bonne relation avec cette fille et (c'est là le devoir des femmes qui portent le hijab) un jour cette voisine vint trouver ma femme et lui demanda de l'accompagner pour acheter des vêtements. Ma femme saisit cette opportunité et accepta à condition que la fille l'accompagne d'abord pour assister à une conférence. Ma femme raconte : 'Nous sommes allées à la conférence dont le thème était justement le repentir et le retour à Allah. Ma jeune voisine écoutait avec un très grand intérêt. A la fin de la conférence, elle avait l'air très bouleversée, ses yeux étaient inondés de larmes et elle se mit à répéter ce mot : 'Je me repens, o Allah, je me repens, couvrez-moi, s'il vous plait, couvrez-moi !'. On lui disait :'Attends de rentrer chez toi pour porter le hijab', mais elle ne voulait rien entendre et insistait pour qu'on lui cherche quelque chose pour la couvrir. Elle ne se calma que lorsque nous lui apportâmes une cape et un voile. En nous rendant à la maison, ma jeune voisine fut renversée par une voiture et elle mourut sur-le-champ!

vous avez vus mes soeurs?? combien cette jeune fille a eu le bonheur d'avoir pu se repentir seulement quelques minutes avant sa mort ? Alors, Ils ne faut plus dire qu'on es trop jeune pour porter le hijab, car il n'y a pas d'age pour la pudeur!
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:46
Il y avait très longtemps vivait dans un grand palais un Roi musulman. Il était toujours accompagné de son fidèle Conseiller, un homme très sage qui aimait Allah et qui donnait des conseils au Roi quand il avait des problèmes.
A chaque fois qu'un malheur arrivait au Roi, le Conseiller le consolait en
lui disant :
« Ce
n'est pas grave
, Roi, c'est un bien d'Allah ! ».
Le roi ne comprenait pas toujours et il lui arrivait de se fâcher. Un jour, en allant à la chasse, le Roi se blessa et perdit 3 doigts.
Tout le monde criait :
« Quel
ma
lheur !! Pauvre Roi !! »
Sauf le C
onseiller qui s'approcha du Roi et
lui dit :
« Mon Roi, ne pleurez p
as comme ça ! Ce n'est pas trop grave, il vous reste encore des doigts ; c'est un bienfait d'Allah !!
»
Le R
oi avait très mal et se mi
t très en colère :
« Conseiller !
Tes paroles ne me plaisent pas ! Au lieu de me consoler, tu dis que ce qui me fait mal est un bienfait d'Allah ! Qu'on l'emmène en pris
on !!! » .
Le Roi
prit un nouveau conseiller et oublia celui qu'il avait fait jeté en prison. Des années plus tard , il partit dans la forêt en promenade avec toute sa troupe quand des cannibales les at
taqua. Leur chef ordonna :
« C
apturez moi tous les hommes en bonne santé. Par contre, ceux à qui il leur manque quelque membre, libérez les car je n'aime pas les infirm
es !! »
Tout le m
onde fut capturé, sauf le Roi car il lui manquait 3 doigts. Triste, il rentra seul au château. C'est alors qu'il se rappela que son premier Conseiller était toujours en prison et alla vite le reche
rcher.
« Ô, mon b
rave Conseiller, pardonne moi de t'avoir laissé si longtemps en prison. Tes paroles étaient pleines de vérité ! Je suis en vie grâce aux 3 doigts qui me manquent : c'est un bienfait d'Allah mais je n'avais pas compris tout de suite. Acceptes tu mes excuses, car c'est toi le plus
sage !! »
Le con
seiller, heureux que le Roi avait compris que tous les malheurs qui lui étaient arrivés était un bien pour lui de la part d'Allah,
lui répondit :
«
Mon Roi, ne t'excuse pas de m'avoir mis en prison, c'est un bienfait pour moi !! »
.
Le Roi, étonn
é, lui dit :
« Ma
is, tu n'es pas faché contre moi ?? Je t'ai puni sans raison valable et ce, pendan
t des années. »
Le Conseiller, toujours aussi sage, lui répondit
en souriant :
«
Mon Roi ! Si j'étais resté auprès de vous, les cannibales m'auraient fait prisonnier et je serais à cet instant mangé !! Tout est un bienfait d'Allah, même si on ne le comprend pas tout de suite !
».

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 08:20


Qu'elle est la difrence entre les deux
appellations données au
P
rophète (SAW) : Mohammed et Mahomet ?

L
a réponse est choquante !!!! Tenez-vous bien :
L'
origine de l'appellation est juive, et c'est
p
cisément les juifs d'Arabie qui ont don ce nom
à Mohammed au moment de la révélation (albe3tha).
E
n effet comme vous le savez Mohammed en arabe veu
t
dire Le Très Béni, mais Mahomet veut dire quo
i?
M
a (non ou pas
)

Hom
et (7ommid = béni)

et
donc Mahomet (le non béni) signifie exactement le contraire de
Mohammed (Le Très Béni).


*
*Ce qui veux dire que nous ne devons plus dire cette mauvaise appelation(Mahomet), stakhfouallah que dieu nous pardonne**


Partager cet article
Repost0