Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 10:23

Al-Miqdâd Ibn Maad Yakrib [radiya-l-lâhu ‘anhu] : « Le Prophète [sallâ-l-lâhu ‘alayhi wa sallam] a dit :

 

« L’homme ne peut faire un acte pire que de remplir son ventre. En fait, il lui suffit quelques bouchées pour le maintenir debout. S’il ne peut s’en contenter, qu’il affecte le tiers de son estomac au manger, un autre tiers à la boisson et l’autre tiers à l’air. »

 

(Rapporté par At-Tirmidhî et Ibn Mâdjah et cité dans : « sahîh al-djâmi’. », n° 5674).

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 17:02
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 10:56



أحكام العيد و سننه



Les règles des fêtes (Aïd) et leurs traditions



المسألة الأولى : صلاة العيد



Premier point : La prière du ‘aid


قال الأمام النووي رحمه الله في المجموع (5/5):5): أجمع العلماء على أن صلاة العيد مشروعة أهـ و قال شيخ الإسلام ابن تيميه رحمه الله كما في مجموع فتاواه (23/161): أنها من أعظم شعائر الإسلام أهـ و مشروعيته ثابتة بالسنة المتواترة , و كان النبي صلى الله عليه و سلم و الخلفاء من بعده يداومون عليها , و لم يأت عنهم تركها البته في عيد من الأعياد .

و خرج البخاري (962) و مسلم (884) و اللفظ له عن ابن عباس رضي الله عنهما أنه قال :" شهدت صلاة الفطر مع نبي الله صلى الله عليه و سلم و أبي بكر و عمر و عثمان " .


L’ Imam An Nawawî (rahimahou Allah) dit dans al majmou’ (5/5) : « Il y a concensus des savants sur le caractère légiféré de la prière du ‘aid. » (fin de citation) Et Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit concernant cette prière, comme cela est mentionné dans le majmou al fatawas : « Elle fait parti des rites les plus important de l’ Islam » (fin de citation) Le caractère légiféré de cette prière est confirmé par la sounnah moutawatira, le prophète salla Allahou alayhi wa salam et ses successeurs ont continué de la célébré, et il n’ a jamais été rapporté qu’ elle fut délaissé à aucun moment.

Al Boukhari (962) et Mouslim (884) ont rapporté (l’ énoncé étant de Mouslim) d’ après Ibn ‘Abbas (radhia Allah ‘anhouma) qui a dit : « J’ ai assisté à la prière de la rupture du jeûne avec le prophète (salla Allahou alayhi wa salam) ainsi qu’ avec Abou Bakr , Omar et Othman »


بل حتى النساء يشهدنها فقد خرج البخاري (971) و اللفظ له و مسلم (890) عن أم عطية رضي الله عنها أنها قالت : كنا نأمر أن نخرج يوم العيد ,حتى نخرك البكر من خدرها , حتى نخرج الحيض فيكن خلف الناس فيكبرن بتكبيرهم و يدعون بدعائهم , يرجون بركة ذلك اليوم و طهرته "



Et même , les femmes assistaient à cette prière : Al Boukhari (971) (l’ énoncé étant de lui) et Mouslim (890) ont rapporté d’ après Oum ‘Atiyâ (radhia Allah ‘anha) qui a dit « Il nous été ordonné de sortir le jour de al ‘aid et de faire sortir les vierges cachées aux regards , ainsi que les femmes indisposées. Ces dernières restaient en arrière, elles prononçaient le takbir avec le takbir des autres, invoquait avec leurs invocations et espéraient la bénédiction de ce jour-là ainsi que sa pureté»


المسألة الثانية : استحباب الغسل في العيد


Deuxième point : la recommandation d’ éffectuer le lavage le jour du ‘aid

وثبت عن الفريابي في أحكام العيدين (15) عن نافع ابن عمر رضي الله عنهما " كان يغتسل للعيدين " و ثبت عنه أيضا (16) عن الجعد ابن عبد الرحمن قال : رأيت السائب بن يزيد رضي الله عنه يغتسل قبل أن يخرج إلى المصلى .

و نقل ابن عبد البر و ابن رشد و غيرهما الإجماع على استحبابه .



Il est confirmé d’ après al firyabi dans « les règles des deux fêtes » (15) d’ après Nafi’ que Ibn ‘Omar « se lavait pour les deux fêtes » , de même qu’ il fut confirmé (16) d’ après Jou’d Ibn ‘AbdelRahman qui dit : j’ ai vu As Sa’ib Ibn Yazid (radhia Allahou ‘anhou) se laver avant de se rendre au lieu de prière (moussalla)

Ibn ‘AbdelBarr et Ibn Rouchd ainsi que d’ autres ont cité le concensus sur son caractère recommandé.( c’ est à dire concernant le lavage pour l’ ‘aid)


المسألة الثالثة : وقت الاغتسال في العيد



Troisième point : Le moment du lavage pour le ‘aid

الأفضل أن يكون بعد الصبح و قبل الذهاب إلى المصلى , و عليه يدل ظاهر أثار الصحابة فقد ثبت في المسند الحارث بن أبي أسامة عن محمد بن إسحاق أنه قال : قلت لنافع : كيف كان ابن عمر يصلي العيد ؟ قال : كان يشهد صلاة الفجر مع الإمام ثم يرجع إلى بيته فيغتسل غسله من الجنابة و يلبس أحسن ثيابه و يتطيب بأحسن ما عنده ثم يخرج حتى يصلي .

و إن اغتسل قبل الصبح لضيق الوقت و حتى يتمكن من التبكير إلى المصلى فلا بأس به عند أكثر أهل العلم


Le mieux est de l’ effectuer après la prière du matin et avant de se rendre au lieu de prière et cela est apparemment prouvé par les narrations d’ après les compagnons. Et il fut confirmé dans mousnad d’ al harith ibn abi oussama d’ après Ibn Ishaq qui dit : « Je dis à Nafi’ « comment est ce que Ibn ‘Omar (radhia Allahou ‘anhou) célébré la prière du ‘aid ? »
Il répondit « Il s’ acquittez de la prière du matin avec l’ Imam puis il revenait chez lui et se lavait comme on effectue les ablutions majeures, ensuite, il mettait ses meilleurs habits , se parfumer avec le meilleur parfums qu’ il possède et se rendait au lieu de prière.

Et si la personne se lave avant la prière du matin à cause du manque de temps pour pouvoir arriver plus tôt au lieu de prière , il n’ y a pas de mal à cela chez les plupart des gens de science.


المسألة الرابعة : استحباب التجمل بأجمل الثياب في العيد



Quatrième point : recommandation de s’ embellir par les plus beaux habits pour le ‘aid


خرج البخاري (948) ومسلم (2068) عن عبد الله بن عمر أنه قال :" وجد عمر بن خطاب حلة من إستبرق تباع في السوق فأخذها فأتى بها رسول الله صلى الله عليه و سلم فقال : يا رسول الله ابتع هذا فتجمل بها للعيد و الوفود ".


Al Boukhari (948) et Mouslim (2068) rapportent d’ après ‘AbdAllah Ibn ‘Omar qui dit :
« ‘Omar Ibn Al Khattab (rahimahou Allah) trouva au marché un habit en brocart à la vente, il le prit et le donna au prophète salla Allahou alayhi wa salam en disant : « Prends cet habit et embellis toi en le portant pour le ‘aid et lors de l’ acceuil de délégations. »

قال الحافظ ابن رجب رحمه الله عقبه في "فتح الباري" (6/67) : و قد دل هذا الحديث على التجمل للعيد و أنه كان معتاد بينهم أهـ


Al Hafedh Ibn Rajab (rahimahou Allah) dit dans « Fateh Al Barî » (6/67)après ce hadith : « C’ est une preuve sur le fait de s’ embellier pour al ‘aid et que cela était connu entre eux. »

و قال الحافظ ابن رجب في فتح الباري(6/72) : و هذا التزين في العيد يسوي فيه الخارج إلى الصلاة و الجالس فف بيته حتى النساء و الأطفال أهـ


Al Hafedh Ibn Rajab (rahimahou Allah) dit aussi (6/72) : « Le fait de s’ embellier est valable aussi pour celui qui se rend au lieu de prière que pour ceux qui restent à la maison comme les femmes et les enfants. » (fin de citation)

أما المرأة : فتخرج في العيد غير متجملة و لا متطيبة و لا متبرجة و لا سافرة لأنها منهية عن ذلك حال الخروج .


Pour la femme, elle sort au lieu de prière sans s’ embellir (note du traducteur : c’ est à dire qu elle met des habits ordinaires) ni se parfumer , ni qu’ elle découvre ses charmes et son visage car cela leur est interdit lorsqu’ elle sortent.


استحباب التطيب في العيد


Recommandation de se parfumer pour al ‘aid

أخرج الفريابي في أحكام العيدين (17) عن نافع أن أبن عمر كان يغتسل و يتطيب يوم الفطر
( إسناده صحيح ) .

و تقدم قول الإمام مالك : سمعت أهل العلم يستحبون الطيب في كل عيد أهـ


Al Firyabî rapporte dans « ahkam al ‘aydayn » (17) d’ après Nafi’ que Ibn ‘Omar (radhia Allahou ‘anhou) se lavait et se parfumer pour le ‘aid.
(sa chaîne est authentique)

L’ Imam Malik a dit comme cité précédemment : « J’ ai entendu les gens de science recommander le parfum pour chaque aid. »


المسألة الخامسة : استحباب أن يطعم تمرات قبل خروجه إلى المصلى في عيد الفطر


Cinquième point : le caractère recommandé de manger quelques dattes avant de sortir pour rejoindre le lieu de prière le jour de la prière de la fête de rupture du jeûne :

أخرج البخاري (953) عن أنس رضي الله عنه أنه قال :" كان رسول الله صلى الله عليه و سلم لا يغدو يوم الفطر حتى يأكل تمرات"


Al Boukhari (953) rapporte d’ après Anas Ibn Malik (radhia Allahou ‘anhou) qui dit :
« L’ envoyé d’ Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) ne sortait le matin de la fête de rupture du jeûne qu’ après avoir mangé quelques dattes. »

وثبت في مصنف عبد الرزاق (5734) عن ابن عباس أنه قال :" إن استطعتم أن لا يغدوا أحدكم يوم الفطر حتى يطعم فليفعل


Il est confirmé dans le « Moussanaf » d’ ‘AbdelRazaq d’ après Ibn ‘Abbas (radhia Allahou ‘anhou) qui a dit : « Si vous êtes capable de ne sortir le jour de la rupture du jeûne qu’ après avoir mangé alors faites-le ! »

و عند أبي شيبة (1/485) عن الشعبي أنه من السنة


Et d’ après Ibn Abi Cheyba (1/485) d’ après cha’by que cela fait parti de la sounnah.


http://www.sahab.net/sahab/showthread.php?s=4b9ac53570576ced9d37015f08404209&threadid=314391
 
 
 
 
المسألة السادسة : استحباب المشي عند الذهاب إلى مصلى العيد و يكون الذهاب عن طريق و الرجوع من طريق أخر


Sixième point : Il est préférable quand on se rend à la salle de prière de l’Aïd d’y aller à pieds et de prendre un chemin à l’aller et un autre différent au retour.



ثبت في مصنف أبن أبي شيبة (1/486) عن زر أنه قال :" خرج عمر ابن خطاب في يوم الفطر أو في يوم الضحى , خرج في ثوب قطن متلبباً به يمشي "


Il est rapporté dans le Mousnaf de Ibn Abi Chayba (1/486) d’après Zar qui a dit :
« ’Omar Ibn Al Khattab est sorti le jour de l’Aïd ou le jour de Douha couvert d’un habit en coton en marchant. »





وثبت عنه أنه أيضا أن جعفر بن برقان قال : كتب إلينا عمر ابن عبد العزيز : من استطاع منكم أن يأتي العيد ماشياً فليفعل


Et il est aussi rapporté de lui selon Dja’far Ibn Bourqâne qu’il a dit :
« ’Omar Ibn Abdel ‘Aziz nous a écrit (la chose suivante) : « Celui d’entre vous qui a lapossibilité d’aller à (la prière de) l’Aïd à pieds, qu’il le fasse. »





قال الترمذي في سننه (2/410) : و العمل في هذا عند أكثر أهل العلم يستحبون أن يخرج الرجل يوم العيد ماشياً أهـ


Et At-Tirmidhi a dit dans son Sounane (2/410) :
« Et sur cela, la majorité des gens de science préférent que la personne sorte le jour de l’Aïd en marchant. »




و خرج البخاري (986) عن جابر ابن عبد الله رضي الله عنهما أنه قال : " كان النبي صلى الله عليه و سلم إذا كان يوم عيد خالف الطريق "


Et Al-Boukhari a rapporté (986) selon Djabir Ibn Abdillah qui a dit :
« Le Prophète prenait deux chemins différents le jour de l’Aïd. »


 
 
المسألة السابعة :التكبير عند الفطر


Septième point : Dire Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr



فيه مسائل هي :


Il y a plusieurs points à ce sujet :



الأولى / مشروعيته :


Premièrement : sa législation



قال الله تعالى في ختام أية وجوب صيام رمضان في سورة البقرة ( ولتكملوا العدة ولتكبروا الله على ما هداكم... ) قال ابن كثير في تفسيره (1/307) عن هذه الآية : ولهذا أخذ كثير من العلماء مشروعية التكبير في عيد الفطر في هذه الآية أهـ


Allah a dit à la fin du verset sur le jeûne de Ramadan dans la Sourate Al-Baqara :
« afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah »
Ibn Kathir a dit dans son tafssir (1/307) sur ce verset :
« Et c’est pour cela que beaucoup de savants ont considéré que le fait de dire Allahou Akbar était légiféré lors de l’Aïd al fitr en se basant sur ce verset. » fin de citation.



و التكبير في الفطر ثابت عن ابن عمر و ثبت عن عدد من التابعين و ن بعدهم و ثبت عن أبي عبد الرحمن السلمي أنه قال : "كانوا في التكبير في الفطر أشد منهم في الضحى " خرجه الدار قطني (2/44) و قد ذهب إلى استحبابه أكثر أهل العلم من السلف و الخلف .


Et dire Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr est rapporté d’Ibn ’Omar, et d’un certains nombres de Tabi’yne (ceux qui ont suivi les compagnons) et de ceux après eux. Et il est rapporté de Abi ’Abderrahmane As-Salamî qui a dit :
« Ils disaient Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr surtout lors du douha. »

Rapporté par Ad-Daraqoutni (2/44) et la majorité des savants parmi les savants et ceux après eux le considéraient comme préférable (mousatahab, celui qui le fait est récompenser, celui qui le délaisse ne commet pas de péché).



الثانية / وقت ابتداؤه

يبدأ من يوم العيد حين الخروج إلى مصلى العيد , قال الإمام النووي في المجموع (5/48) : و قال جمهور العلماء : لا يكبر ليلة العيد إنما يكبر عند الغدو إلى صلاة العيد , حكاه ابن المنذر عن أكثر العلماء . قال : و به أقول أهـ


Deuxièmement : le moment où cela commence

Il commence le jour de l’Aïd à la sortie vers le lieu de prière de l’Aïd. L’Imam An-Nawawi a dit dans son madjmou’ (5/48) :
« Et la majorité des savants ont dit : « On ne dit pas Allahou Akbar la nuit de l’Aïd, mais on dit Allahou Akbar lorsqu’on se rend à la prière de l’Aïd, Ibn Al-moundhir l’a rapporté de plusieurs savants. Il a dit : « Et c’est mon avis. » fin de citation



الثالثة / وقت نهايته :


Troisièmement : le moment où cela s’achève



ثبن عن أبن عمر عن الفريابي في أحكام العيدين (43) عن نافع أن ابن عمر كان يخرج يوم العيد إلى المصلى فيكبر و يرفه صوته حتى يأتي الإمام و في لفظ (46-48) فيكبر حتى يأتي المصلى , و يكبر حتى يأتي الإمام .


Il est rapporté de Ibn ’Omar, selon Al-Fariyâbî dans Ahkâm Al-’aiydayine (43) selon Nâfi’, que :
« Ibn ’Omar sortait le jour de l’Aïd à la salle de prière et il disait Allahou Akbar et élevait la voix jusqu’à ce que l’imam arrive. »

Et dans une autre version (46-48) :
« Il disait Allahou Akbar jusqu’à ce qu’il arrive à la salle de prière, et il disait Allahou Akbar jusqu’à ce que l’imam arrive. »



وقال الزهري :" كان الناس يكبرون من حين يخرجون من بيوتهم حتى يأتوا المصلى حتى يخرج الإمام فإذا خرج سكتوا و إذا كبر كبروا "

أخرجه الفريابي (59) ( سنده صحيح )

و إليه ذهب جمهور أهل العلم .


Et Az-Zou’rî a dit :
« Les gens disaient Allahou Akbar a partir du moment où ils sortaient de leurs maisons jusqu’à ce qu’ils arrivent au lieu de prière et que l’imam sorte. Ainsi, s’il sortait, ils se taisaient, et s’il disait Allahou Akbar, ils disaient Allahou Akbar. »
Rapporté par Al-Faryâbî (59) avec un isnad authentique.

Et c’est l’avis de la majorité des savants.



الرابعة / مشروعية الجهر به :


Quatrièmement : La législation du fait d’élever la voix (en disant Allahou Akbar)



قال الشيخ ابن تيميه : و يشرع لكل أحد أن يجهر بالتكبير عند الخروج إلى العيد . و هذا باتفاق الأئمة الأربعة أهـ و ثبت عن أبن عمر أنه يجهر به كما عند الدارقطني .


Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit :
« Et il est légiféré à chacun d’élever la voix en disant Allahou Akbar en sortant de la maison. Et il y a unanimité des 4 savants à ce sujet. » fin de citation.



الخامسة / تكبير النساء :


Cinquièmement : Dire Allahou Akbar pour les femmes



تقدم عند المسألة الأولى حديث أم عطية عند البخاري و مسلم و فيه :" فيكبرون بتكبيرهم " .
قال الحافظ ابن رجب في الفتح (6/130) : لا خلاف في أن النساء يكبرن .. ولكن تخفض صوتها بالتكبير أهـ .


Il a précédé dans le premier point le hadith de Oum ‘Atiya rapporté par Al-Boukhari et Mouslim et il y avait dedans :
« elles prononçaient le takbir (le fait de dire Allahou Akbar) avec le takbir des autres »

Et Al-Hafidh Ibn Radjab a dit dans « al-fath » (6/130) :
« Il n’y a pas de divergence sur le fait que les femmes disent Allahou Akbar, mais elles baissent leur voix en disant Allahou Akbar. » fin de citation.



السادسة / صفته :


Sixièmement : Sa description



ثبت عند ابن أبي شيبة (1/489) عن ابن عباس أنه كان يقول :" الله أكبر كبيرا , الله أكبر كبيرا , الله أكبر و أجل , الله أكبر و لله الحمد "


Il est rapporté par Ibn Abi Chayba (1/489) selon Ibn ’Abbas qu’il disait :
« Allahou Akbar Kabirane, Allahou Akbar Kabirane, Allahou Akbar wa Adjal, Allahou Akbar Wa lillahi-l-Hamd »



قال الحافظ ابن حجر في فتح الباري (2/462) : وأما صيغة التكبير فأصح ما ورد فيه ما أخرجه عبد الرزاق ( بسند صحيح ) عن سلمان قال : " كبروا الله : الله أكبر الله أكبر الله أكبر كبيرا " أهـ


Al-Hadfih Ibn Hadjar a dit dans Fath Al-Bari (2/462) :
« Quand à la façon de faire le takbir, ce qui est le plus authentique parmi ce qui a été rapporté c’est ce qu’a rapporté ’Abderrazaq (avec un isnad authentique) selon Salmân qui a dit :
« Dites Allahou Akbar : Allahou Akbar Allahou Akbar Allahou Akbar Kabîrane »
fin de citation.



ووافقته اللجنة الدائمة .


Et Al-Lajna Da-ima est du même avis.



المسألة الثامنة :رفع اليدين في تكبيرة الإحرام من صلاة العيد و في سائر التكبيرات



Huitième point : Lever les mains lors du takbir al-ihram (quand on dit Allahou Akbar au début de la prière) de la prière de l’Aïd et dans le reste des takbir



أخرج عبد الرزاق (3/297) عن ابن جريج قال : قلت لعطاء : يرفع الإمام يديه كلما كبر هذه تكبيرة الزيادة في صلاة الفطر ؟ قال : نعم , و يرفع الناس أيضاً . ( إسناده صحيح ) .


’Abderrazaq a rapporté (3/297) selon Ibn Djarîh qui a dit :
« J’ai dit à ’Ata : « Est-ce que l’imam lève ses mains à chaque fois qu’il dit Allahou Akbar dans les takbir supplémentaires de laprière de l’Aïd al fitr ? » Il répondit : « Oui, et les gens les lèvent aussi. »
(Son isnad est authentique)



و هو مذهب أبي حنيفة و مالك في رواية و الشافعي و أحمد الأوزاعي و أكثر أهل العلم , و رجحه ابن المنذر و ابن القيم الجوزية و ابن باز و ابن عثيمين .


Et c’est l’avis de Abou Hanifa, Malik dans une version, Chafi’i, Ahmad, Al-Awouzâ’î et beaucoup d’autres savants. Et Ibn Al-Moundhir, Ibn Al Qaiym Al Djawziya, Ibn Baz et Ibn ’Outaymine ont considéré cela comme l’avis le plus juste.
 
 

 
المسألة التاسعة : التهنئة في العيد


Neuvième point : les félicitations lors de l’Aïd



قال الحافظ ابن حجر في فتح الباري (2/446) :وروينا في : المحامليات : ( بإسناد حسن ) عن جبير بن نفير قال :" كان أصحاب رسول الله صلى الله عليه و سلم إذا التقوا يوم العيد يقول بعضهم لبعض : تقبل الله منا منك "


Al-Hafidh Ibn Hadjar a dit dans Fath Al-Bari (2/446) :
« Il nous a été rapporté dans Al-Mouhamaliyâte avec un isnad bon, selon Djabir Ibn Nafîr qui a dit :
« Quand les compagnons du Messager d’Allah se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient les uns aux autres : « Taqabalou llahou minâ mink »




وقال محمد ابن زياد :" كنت مع أبي أمامة و غيره من أصحاب النبي صلى الله عليه و سلم فكانوا إذا رجعوا يقول بعضهم لبعض : تقبل الله من و منك " وقال الإمام أحمد : ( إسناده جيد ) .


Et Mouhammad Ibn Ziyâd a dit :
« J’étais avec Abi Oumâma et d’autres compagnons du Prophète. Et quand ils revenaient (de la prière de l'Aïd), ils se disaient les uns aux autres : « Taqabalou llahou mini wa mink »
L’imam Ahmad a dit :
« Son isnad est authentique »



وصلى الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين


 
Et qu’Allah prie et salue notre Prophète Mouhammad, ainsi que sa famille et tous ses compagnons.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 11:33

 

Au Nom d'Allah, Le Miséricordieux, Le Tout-Miséricordieux.

 

 

LE POIDS (QUANTITE) DE

L'AUMÔNE DE LA RUPTURE DU JEÛNE

ZAKATOU-L-FITR

 

 

 

On rapporte d'Abi Sa'id Al Khoudri (Qu'Allah l'agrée) qu'il disait:

"Nous donnions, au temps du Prophète ( عليه و سلم  صلي الله), un sa'* de nourriture ou de dattes ou d'orge ou de raisins secs". Rapporté par Boukhari et Muslim.

 

On tire comme enseignements de ce hadith ce qui suit :

Il est obligatoire de sortir zakatou-l-fitr en nourriture, car il a été mentionné dans le hadith: " C'est une purification pour le jeûneur des niaiseries et des frivolités et une nourriture pour les pauvres". Rapporté par Abi Daoud et Ibn Majah.

L'estimation de cette nourriture s'effectue d'après le sa' prophètique et non d'une poignée car celle-ci est différente d'une personne à une autre et d'une époque à une autre. De plus, cela ne repose sur aucune preuve légiférée.

 

Le poids des aliments suivants a été estimés d'après le sa' prophètique (4 mouds*):

 

Semoule                     à                   2000 grammes.

Farine                        à                   1400 grammes.

Lentilles                     à                   2100 grammes.

Haricots                     à                   2060 grammes.

Petits  pois                 à                   2240 grammes.

Blé                              à                   2040 grammes.

Raisins secs               à                   1640 grammes.

Couscous                   à                   1800 grammes.

M-hamssa                  à                   2000 grammes.

Dattes                                    à                   1800 grammes.

Pois chiche                à                   2000 grammes.

Riz                             à                   2300 grammes.

 

Remarque: Parmi les personnes de cette assise ayant estimé ces mesures, il y avait des étudiants de science dont chikh Farqous et chikh Al 'id Charifi (Rajout du traducteur : Il y a une mise en garde des savants salafis contre ce dernier, donc ce n'est pas un salafi).

 

* (un sa' est égal à quatre mud et un mud est égal à la quantité contenue dans deux mains jointes ensemble. C'est une mesure par le volume et non par le poids) à Rajout du traducteur.

 

Traduction: Abou AbdelAziz.

Si il y a des erreurs, faites le nous savoir barak allahou fikoum.

         
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 11:26

Au nom d’Allah, l’Infiniment Miséricordieux, le Très Miséricordieux

 

Laylat al-qadr

La nuit du destin ou du mérite

 

 

Sommaire

 

Veiller en prière la nuit. 2

La récompense. 2

Faire des invocations. 3

Abandonner les plaisirs mondains pour s'adonner à l'adoration. 3

 

 

 

Laylat al-qadr est la nuit la plus bénie. Celui à qui elle échappe aura manqué un bien immense. Tout croyant désireux d'obéir à son Seigneur et d'augmenter ses bonnes actions doit faire de son mieux pour passer cette nuit dans l'adoration et l'obéissance. Si cette entreprise lui est facilitée, tous ses péchés passés lui seront pardonnés.


          Il est recommandé de faire de longues veillées de prière (qiyâm) durant les nuits où la Nuit du Mérite est attendue. Ceci est prouvé par de nombreux hadiths, dont les suivants :

Abou Dharr - qu'Allah l'agrée - rapporte : « Nous avons jeûné avec le Messager d'Allah - paix et bénédictions sur lui - durant le mois de Ramadan. Il ne nous présida pas durant les prières nocturnes surérogatoires jusqu'à ce qu'il restât sept nuits avant la fin du mois. Il nous présida alors pendant un tiers de la nuit. Il ne pria pas avec nous la sixième nuit. Durant la cinquième, il pria avec nous la moitié de la nuit. Nous lui demandâmes : « Ô Messager d'Allah ! Ne devrais-tu pas prier avec nous toute la nuit ? » Il répondit : « Quiconque prie derrière l'imam jusqu'à ce que ce dernier finisse aura une récompense équivalente à celui qui aura prié la nuit entière. »

 

Abou Dâwoûd dit : « On interrogea Ahmed : « Préfères-tu qu'un homme prie seul ou avec les gens pendant les nuits de Ramadan ? » Il répondit : « Avec les gens ». Je l'ai aussi entendu dire : « Je préfère que l'on effectue la prière nocturne ainsi que le witr avec l'imam, car le Prophète - paix et bénédictions sur lui - dit : « Quand un homme prie avec l'imam jusqu'à ce dernier finisse, il gagne la même récompense que s'il avait prié toute la nuit. »»

Abou Hourayrah - qu'Allah l'agrée - rapporte que le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « Quiconque demeure en prière durant la Nuit du Mérite - et que cela lui est facilité -, entraîné par la foi et l'espérance en Dieu, verra ses péchés passés pardonnés.» L'expression « et que cela lui est facilité « figure dans la version de Ahmed, d'après Oubâdah Ibn As-Sâmit, et signifie qu'Allah - Exalté soit-il - permet à cette personne de faire partie des adorateurs sincères durant cette nuit bénie.

 

 

Il est aussi recommandé de faire d'abondantes invocations au cours de cette nuit. Aïcha rapporte avoir demandé au Prophète - paix et bénédictions sur lui - : « Ô Messager d'Allah ! Si jamais je sais quelle nuit est la Nuit du Mérite, que dois-je dire durant cette nuit ? « Il lui dit : dis : Ô Allah ! Tu es celui qui pardonne sans cesse, et tu aimes le pardon. Pardonne-moi donc »


          Il est aussi recommandé de passer plus de temps en adoration pendant la nuit où la Nuit du Mérite est susceptible de tomber. Cela implique l'abandon de nombreux plaisirs mondains pour s'assurer que le temps est utilisé uniquement dans l'adoration d'Allah - Exalté soit-il. Cette recommandation est fondée sur le hadith suivant, rapporté par Aïcha : « Durant les dix dernières nuits du mois de Ramadan, le Prophète - paix et bénédictions sur lui - serrait son izâr (c'est-à-dire qu'il s'écartait de ses femmes dans le but d'avoir plus de temps pour l'adoration), priait toute la nuit et réveillait sa famille. » Elle dit aussi : « Le Messager d'Allah - paix et bénédictions sur lui - redoublait d'effort dans l'adoration durant les dix dernières nuits. »


Traduit par l’équipe seconde minute

Revu par Abu Hamza Al-Germâny

 

Le bureau de prêche de Rabwah (Ryadh)

www.islamhouse.com

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 11:02
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 11:53

Regroupement de fatwas
au sujet de
Zakat Al-Fitr

 

 

  barre1.gif

 

 

 

Jugement sur Zakatul-Fitr

 

 

Question :

Zakatul-Fitr est-elle obligatoire ou seulement recommandée ? Et pour qui est-elle obligatoire ?

 

Réponse :

Zakatul-Fitr est obligatoire aux musulmans parce que le prophète (saw) a légiféré ceci sur l’homme et la femme, le jeune et le vieux. Et il a spécifié que cela était un sa' de nourriture, des dattes ou de l'orge ou des raisins secs ou du fromage (un sa' est égal à quatre mud et un mud est égal à la quantité contenue dans deux mains jointes. C'est une mesure par le volume et non par le poids). Et il a commandé qu'elle soit acquittée avant que les gens ne se dispersent après la prière du ‘Id. Donc, c'est une obligation prophétique qui a été légiférée pour la dernière partie de Ramadhan comme une purification pour le jeûne de toute erreur ou relations sexuelles (qui auraient pu venir survenir). Et c'est une nourriture pour l'indigent, afin qu'il n’ait pas à mendier.

 

Et en Allah se trouve tout le succès.

 

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.902, Fatwa n°885;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.188

 

 

 barre1.gif

 

Fondements de la législation de Zakatul-Fitr



Question :

 

Quelle sont les fondements de la législation de Zakatul-Fitr?

 

Réponse :

 

Les fondements pour cela sont les ahadith authentiques du prophète . Comme le hadith de 'Abdullah Ibn ' Umar  qui a dit : « Le prophète  a légiféré Zakatul-Fitr - ou il a dit Ramadhan - sur l’homme et la femme, l’homme libre et l'esclave, un sa' de dattes (un sa' est égal à quatre mud et un mud est égal à la quantité contenue dans deux mains jointes ensemble. C'est une mesure par le volume et non par le poids) ... », (jusqu’à la fin du hadith). Et certains des savants l'ont déduit de la Parole d'Allah  :

 

« Réussit, certes, celui qui se purifie (tazaka)»  [sourate Al-A'la :14].

 

Ils ont expliqué « se purifie » comme désignant Zakatul-Fitr.

 

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.903, Fatwa n°886;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.185

 

 

 

 

 barre1.gif

 

 

Jugement sur celui qui refuse (nie) Zakatul-Fitr

 

 

Question :

Quel est le jugement sur celui qui nie Zakatul-Fitr et comment doit-il être traité ?

 

Réponse :

Ce démenti n'est pas permis (muharram) ! Parce que c'est une désobéissance à ce que le messager d'Allah  a légiféré, comme il a précédé du hadith d'Ibn 'Umar  (qui a dit) : « Le prophète  a légiféré ... Zakatul-Fitr » et on sait qu’abandonner ce qui est obligatoire n'est pas permis (haram) et celui-ci est dans le péché et la désobéissance.

 

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.903, Fatwa n°887;

Fiqh Al-Ibadat libni 'Uthaymin – p.213

 

 

 

 barre1.gif

  

 

Jugement sur celui qui oublie de s’acquitter de Zakatul-Fitr

 

 

Question :

 

Quel est le jugement sur celui qui ne s’est pas acquitté de Zakatul-Fitr jusqu'à la khutba (sermon) après la prière du ‘Id et ceci parce qu'il avait oublié ?

 

Réponse :

 

L’acquittement de Zakatul-Fitr avant la prière du ‘Id est obligatoire et quiconque oublie, alors il n'y a rien sur lui sauf de s’en acquitter après cela. Ceci, parce que c'est une obligation, donc il doit s’en acquitter quand il s’en souvient et il n'est permis à personne de la retarder intentionnellement à la fin de la prière du ‘Id selon le plus correct des deux avis. Ceci parce que le messager (saw) a ordonné aux musulmans de s’en acquitter avant la prière du ‘Id.

 

Shaykh Ibn Baz

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.931-932, Fatwa n°914;

Majmu' Fatawa Samahatu Shaykh 'Abdul Aziz Ibn 'Abdullah Ibn Baz - volume 3, p.101

 

 

 

 

 barre1.gif

 

Celui qui ne s’est pas acquitter de Zakatul-Fitr avant la prière du ‘Id

 

Question :

 

Si l’on ne s’acquitte pas de Zakatul-Fitr avant la prière, est-on déchargé  (de cette obligation) ?

 

Réponse :

 

Celui qui ne s’acquitte pas de Zakatul-Fitr avant la prière du ‘Id est un pécheur et il n'est pas déchargé (de cette obligation), plutôt il doit s’en acquitter ensuite.

 

Shaykh Ibn Jibrin

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.932, Fatwa n°915;

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.187

 

 

barre1.gif

 

 

 

Expédier Zakatul-Fitr vers mon pays

 

Question :

 

J'ai expédié Zakatul-Fitr, à ma famille pour qu'ils puissent l’acquitter dans mon pays. Cette action est-elle correcte ?

 

Réponse :

 

Ce n’est pas un problème, (et) vous serez récompensés incheAllah. L’acquittement dans votre lieu de résidence est meilleur, pour que vous le donniez à l'indigent où vous résidez et ceci est meilleur. Cependant, si vous l'avez expédié à votre famille pour le donner à l'indigent dans votre pays alors ce n'est pas un problème.

 

Shaykh Ibn Baz

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.941, Fatwa n°929;

Majmu' Fatawa Samahatu Shaykh 'Abdul Aziz Ibn 'Abdullah Ibn Baz - volume 3,

p.97

 

 

 

 barre1.gif

 

 

Le paiement de Zakatul-Fitr en argent

 

 

Question :

Est-il permis de s’acquitter de l'obligation de Zakatul-Fitr le premier jour de Ramadhan ? Et est-il permis de la distribuer en argent ?

 

Réponse :

Quant au fait de s’en acquitter le premier jour de Ramadhan - il y a Ikhtilaf (différence d'avis parmi les savants). L'avis le plus correct est que ce n'est pas permis, parce qu'elle est appelée Zakatul-Fitr et Al-Fitr (la fin du jeûne) n'arrive qu’à la fin du mois. Aussi, le messager d'Allah (saw) a ordonné de s’en acquitter avant que les gens ne partent pour la prière (Salatul-`Id). De plus, les compagnons avaient l'habitude de donner Zakatul-Fitr un ou deux jours avant le `Id.

 

Quant à l’acquittement de Zakatul-Fitr en ARGENT, c'est un point d'Ikhtilaf (différence parmi les savants). Et l'avis correct - comme je le vois - est qu'elle n'est acquittée que par de la NOURRITURE. Ceci parce qu'Ibn 'Umar  a dit : « Le messager d'Allah  a rendu obligatoire (le paiement de) Zakatul-Fitr avec un sa' de dattes ou un sa' d'orge ... » (Al-Bukhari 2:579), (Un sa' est égal à quatre mud et un mud est égal à la quantité contenue dans deux mains jointes ensemble. C'est une mesure par le volume et non par le poids).
Abu Sa'id Al-Khudri  a dit : « Nous avions eu l'habitude de la donner (Zakatul-Fitr) à l’époque du messager d'Allah  avec un sa' de nourriture et notre nourriture était faite de dattes et d'orge, de raisins secs et de fromage blanc... » (Al-Bukhari 2:582).

Ainsi, il devient clair d’après ces deux hadith qu'elle (Zakatul-Fitr) n'est acquittée qu’en NOURRITURE. Et sa distribution en nourriture la montre ouvertement et l’expose et tous les membres de la famille le savent. De cette façon, il y a une exposition ou une manifestation de cet aspect de la religion. Quant à son acquittement en argent, ceci la rend cachée (invisible) et peut-être la personne pourra se favoriser, en l’acquittant en argent et réduire ainsi son montant. (Car le montant différerait si nous comparions la valeur d'un sa' de dattes et d’un sa' d'orge par exemple. Puisqu'un sa' d'orge coûte environ 7 riyals (14 F), tandis qu'un sa' de dattes - selon la qualité – coûte de 25 riyals (50 F) pour une qualité moindre à 42 riyals (84 F) pour une qualité moyenne, à 175 riyals (350 F) pour la meilleure qualité par sa'.) Donc, suivre strictement la Loi (Qur'an et Sunna) est meilleur et cela est béni. Quelqu'un pourrait soutenir que la distribution de nourriture ne profite pas au pauvre. (Mais, nous disons) que la personne pauvre - si elle est vraiment pauvre - doit certainement profiter de la nourriture.

 

Shaykh Ibn 'Uthaymin

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.935, Fatwa n°921;

Fatawa Shaykh Muhammad Salih Al-'Uthaymin - volume 1, p.463

 

 

Question :

 

Est-il permis de s’acquitter de Zakatul-Fitr en argent ?

 

 Réponse :

 

Zakatul-Fitr ne doit être payée qu’en NOURRITURE. Et on ne permet pas de s’acquitter de sa valeur en argent. Ceci parce que le prophète  a rendu obligatoire (son acquittement par) un sa' de dattes ou un sa' d'orge. Abu Sa'id Al-Khudri  a dit : « Nous avions l'habitude de la payer (Zakatul-Fitr) à l’époque du Prophète (saw) par un sa' de NOURRITURE.... » (Al-Bukhari 2:582)

Donc, il n'est pas légal de s’acquitter de Zakatul-Fitr en argent (dirham) ou en vêtements ou en mobilier. Au lieu de cela, ce qui est obligatoire est de s’en acquitter dans ce qu'Allah a rendu obligatoire par la bouche du prophète . Il n'y a aucune considération (poids) pour l'Istihsan [l'observation de quelque chose comme étant un bien, sans base dans les sources légales du Qur'an et de la Sunna] des gens qui ont vu l'octroi en argent comme une bonne chose. La Loi (Shari'a) ne suit pas les avis des gens. Non, elle (la Loi) vient du Sage, de l’Omniscient- Allah  - le Puissant, le Glorieux, le Connaisseur de toute chose. Ainsi, si ce qui a été rendu obligatoire par la bouche de Muhammad   est un sa' de nourriture, alors il n'est pas permis de contourner ceci, peu importe ce que nos intellects nous font voir comme étant un bien. Au lieu de cela, l'être humain doit questionner et soupçonner son intellect et ses avis s'ils sont en opposition ou contredisent la loi d'Allah.

 

Shaykh Ibn ' Uthaymin

 

 

barre1.gif

 

 

Quel est le jugement de quelqu’un qui est contraint à donner Zakatul-Fitr en argent ?

 

 

Question :

 

Quel est le jugement de quelqu'un qui est contraint à donner Zakatul-Fitr en argent ? Et accomplit-il pour lui son obligation ?

 

Réponse :

 

Il m'apparaît que si quelqu'un est contraint à donner Zakatul-Fitr en argent, alors il doit leur donner de l'argent et ne pas désobéir ouvertement aux autorités. Mais, tant que ceci est entre lui et Allah, il doit s’en acquitter dans ce que le prophète a ordonné . Ainsi, il doit donner un sa' de nourriture comme le prophète  a commandé. La contrainte de vous la faire acquitter en argent est une contrainte à faire quelque chose qu’Allah n'a pas légiféré. Dans ce cas, vous devez faire ce que vous croyez être obligatoire.

 

Shaykh Ibn ' Uthaymin

 

 barre1.gif

 

Est-il est permis de donner de la viande pour Zakatul-Fitr?

 

 

Question :

Est-il est permis de donner de la viande pour Zakatul-Fitr ? Certains des habitants du désert n'ont pas de nourriture pour distribuer Zakatul-Fitr, donc leur est-il permis d’abattre certains de leurs animaux et de les distribuer au pauvre ?

Réponse :

 

Ceci n'est pas correct, parce que le prophète  a rendu obligatoire de donner un sa' de nourriture, tandis que la viande est mesurée par le poids (pas par le volume). Ibn 'Umar  a dit : « Le messager d'Allah  a rendu obligatoire Zakatul-Fitr comme étant  un sa' de dattes ou un sa' d'orge ... » (Al-Bukhari 2:579). Et Abu Sa'id Al-Khudri  a dit : « Nous avions eu l'habitude de nous en acquitter (Zakatul-Fitr) à l’époque du prophète  par un sa' de nourriture et notre alimentation était faite de dattes, d'orge, de raisins secs et de fromage blanc » (Al-Bukhari 2:582).

Pour cette raison, l'avis le plus fort des paroles des savants est que Zakatul-Fitr n'est pas remplie en donnant de l'argent, des vêtements, du mobilier (des meubles). Il n'y a aucun poids dans les paroles de ceux qui disent que Zakatul-Fitr est remplie par l'argent. Ceci, parce que tant que nous avons devant nous un texte du prophète  alors il n'y a aucun avis (dans la question) après sa parole, ni d’acceptation comme un bien ce que l'intellect considère comme étant un bien en niant la Loi (le Qur'an et la Sunna). Allah  ne nous interrogera pas sur l'avis d’untel le jour de la Résurrection. Il nous interrogera sur la parole du messager  comme dans Sa Parole: 

 

« Et le jour où Il les appellera et qu’Il dira : “Que répondiez-vous aux Messagers ? ” » [sourate Al-Qasas :65].

 

Imaginez-vous debout devant Allah le jour de la Résurrection alors qu'il vous a été rendu obligatoire de payer Zakatul-Fitr en nourriture. Sera-t-il possible, si on vous demande le jour de Résurrection : Comment avez-vous répondu au messager d'Allah  en ce qui concerne l'obligation de cette aumône? Sera-t-il possible de vous défendre en disant: Par Allah! C'est l'avis d’untel et untel ? La réponse : Non ! Et même si vous avez dit que cela ne vous profiterait pas (du tout). La vérité, sans doute, est que Zakatul-Fitr n'est pas acceptée sauf en nourriture; et n'importe quelle nourriture qui est la nourriture principale du pays remplit cette obligation. Si vous regardez les avis des savants sur cette question, vous verrez qu'ils sont sur deux extrêmes et un au milieu.

Un côté (extrême) dit : Payez-la (Zakatul-Fitr) en nourriture ou payez-la en liquide (l'argent).

L'autre côté (extrême) dit : ne la payez pas par de l'argent et ne la payez qu’avec cinq types de nourriture seulement, qui sont : blé, dattes, orge, raisins secs, fromage blanc. Ces deux avis sont l'opposé extrême l'un de l'autre.

Quant à l’avis médian, il dit : Payez-la (Zakatul-Fitr) avec toute nourriture que les gens mangent et pas avec ce dont les gens ne mangent pas. Ainsi, payez-la avec du blé, des dates, du riz, des perles de millets (dukhn), du grain (maïs) – et tout ce qui y ressemble, - même si on accepte l'idée qu'il y a un lieu où l'alimentation principale des gens est de la viande, alors nous la paierions par de la viande. Ainsi, il devient clair que ce que la personne qui interroge a mentionné des gens du désert donnant la viande en place (d'un sa' de ces aliments principaux que l'on donne normalement comme) Zakatul-Fitr, ne remplit pas l'obligation de Zakatul-Fitr.

 

Shaykh Ibn ' Uthaymin

 

 

 

 barre1.gif

 

La Zakât Al-Fitr, avis de Shaykh Sâlih Al-Fawzân

 

L’aumône de la rupture (zakât al-fitr) du mois béni de Ramadan est appelée ainsi en raison de la rupture du jeûne qui en est la cause, son nom est donc lié à sa cause.

La preuve de son caractère obligatoire est rapportée dans le Coran, la Sunna et le consensus des savants.

Allah dit :

 

« A réussi celui qui se purifie » (Al-‘Alâ : 14).

 

Certains salafs ont dit : « Le sens de se purifier (dans ce verset) est le fait de donner l’aumône de la rupture », et cela entre dans la globalité de la Parole d’Allah :

 

« Accomplissez la prière, donner la zakât et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent. » (Al-Baqarah / 43)


Al-Bukhârî et Muslim (et d’autres) rapportent la parole du Prophète  :

« Allah a rendu obligatoire l’aumône de la rupture d’un Sa’ de grains ou d’orge, pour l’esclave et l’homme libre, l’homme et la femme, le jeune et le vieux musulman. »

Et de nombreux savants ont rapporté qu’il y avait un consensus des musulmans sur son caractère obligatoire.


La sagesse de sa législation est qu’elle est une purification pour le jeûneur des péchés et abus, c’est aussi un repas pour les pauvres et un remerciement adressé à Allah pour nous avoir permis de terminer l’obligation du jeûne.


L’aumône de la rupture est obligatoire pour tout musulman, homme femme, enfant, vieux, esclave homme libre d’après le hadith de 'Abdullah Ibn ' Umar  qui a dit : « Le prophète  a légiféré l’aumône de la rupture sur l’homme et la femme, l’homme libre et l'esclave, d’un Sa’… » légiféré, c'est-à-dire rendu obligatoire.


Ce hadith montre aussi la valeur et la nature de ce que chaque personne doit donner. Sa valeur est d’un Sa’ qui équivaut à 4 Mudd (un Mudd est ce qui est contenu dans deux mains jointes). Et la nature de ce qui doit être donné est la nourriture répandu dans le pays, que ce soit du blé, de l’orge, des dattes, des raisins secs… ou d’autres choses encore que les gens ont pris pour habitude de manger dans le pays et qu’ils utilisent couramment, comme le riz ou tout autre chose connue dans chaque pays.


Le Prophète  a aussi montré le moment où il fallait la donner, ainsi il a ordonné de le faire avant la prière de la fête. Le meilleur moment commence avec le coucher du soleil du jour de la fête, mais on peut la donner un ou deux jours avant la fête, car Al-Bukhârî rapporte que les compagnons la donnaient un ou deux jours avant, et ils étaient unanimes sur cela. Mais il est meilleur de la donner le jour de la fête avant la prière. Et celui qui la retarde jusqu’après la prière, il doit quand même la donner mais comme une compensation cette fois (de sa faute), d’après le hadith d’Ibn ‘Abbâs : « Celui qui la donne avant la prière, elle est une aumône (zakât) acceptée, et celui qui la donne après la prière ce n’est qu’une aumône parmi d’autres. » Il est donc pécheur pour avoir retardé le don de cette aumône au-delà de son temps défini, car il a désobéi à l’ordre du prophète.


Le musulman donne cette aumône pour lui-même et ceux dont il a la charge comme épouses et proches, d’après la globalité de la parole du prophète :

 

« Donnez l’aumône de la rupture pour ceux dont vous avez la charge. »


Et nous devons rapporter la parole d’Ibn Al-Qayyim sur la nature de ce qui doit être donné, il dit après avoir cité les cinq types de nourriture cités dans le hadith : « C’était la nourriture la plus répandue à Médine, quant aux pays ou lieux qui ont d’autres aliments, les gens doivent donner un Sa’ de la nourriture répandue chez eux, même si ce n’est pas du grain, comme le lait, la viande ou le poisson. Ils donnent la nourriture répandue chez eux, quelle qu’elle soit, et c’est l’avis de la majorité des savants, et c’est l’avis authentique. Car le but de cette aumône est de combler les besoins des pauvres en ce jour et leur donner ce que mangent les gens de leur pays. Ainsi on peut donner de la farine, même si elle n’est pas citée dans le hadith. Quant au fait de donner du pain ou un plat, même si il est plus utile aux pauvres à court terme puisqu’il demande moins d’effort et d’attention, le grain peut être meilleur pour eux, car il se conserve plus longtemps. »


Shaykh ul-Islâm ibn Taymiyyah  a dit : « On donne la nourriture répandue dans le pays comme le riz ou autre, à la mesure rapportée dans le hadith, et c’est un des avis rapporté de l’imam Ahmad et de la plupart des savants, et c’est l’avis le plus authentique, car la base pour les aumônes est qu’elles sont obligatoires sous la forme qui va profiter aux pauvres. »


Quant au fait de donner la valeur en argent, cela est contraire à la Sunna et cela n’est pas valable car cela n’est pas rapporté du prophète, ni d’aucun des compagnons.


L’imam Ahmad a dit : « Il ne faut pas donner la valeur en argent. On lui dit : « Des gens disent que ‘Umar ibn ‘Abd Al-‘Azîz acceptait l’argent ? » Il dit : « Ils laissent la parole du Prophète  et ils disent : untel a dit, alors qu’Ibn ‘Umar a dit : « « Le prophète  a rendu obligatoire l’aumône de la rupture d’un Sa’… »


Et il faut que l’aumône de la rupture parvienne à celui qui la mérite dans le temps limité pour la donner, ou qu’elle parvienne à celui qui est chargé de la récolter. Et si on ne trouve personne qui veuille s’en charger, on doit la donner à une autre personne. Et c’est là que beaucoup de personnes font erreur lorsqu’ils donnent leur aumône à quelqu’un qui n’a pas été chargé de cela par celui qui la mérite. Elle n’est donc pas donnée de manière correcte, il faut donc y prêter attention.


Source : Al-Mulakhas Al-Fiqhi, p.351-354

 

 

barre1.gif

 

 

La zakat pour l’enfant dans le ventre de sa mère

 

Question :


Est-ce qu’il est demandé de sortir Zakât al-Fitr pour l’enfant que la mère porte dans son ventre ou pas ?


Réponse :


Il est recommandé [Mustahab] de la sortir en raison de ce que ’Uthmân  a fait, mais cela n’est pas obligatoire, car il n’y a aucune preuve à cet effet.

 

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima Lil-Bouhouth Al-‘Ilmiyyah Wal-Iftâ, Vol-9 p.366


Question :

 

Est-ce que Zakât al-Fitr doit être sortie pour l’enfant dans l’utérus ?

Réponse :


La Zakât al-Fitr n’est pas une obligation qui incombe pour [l’enfant] que porte la femme enceinte, mais cela entre plutôt dans le domaine de ce qui est recommandé [al-Istihbâb] à faire pour elle.

Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, Vol-18 p.263

 

Question :

 

Est-ce qu’il faut verser zakat el Fitr pour l’enfant qui est dans le ventre de sa mère ?                                                                                                                                        

 

Réponse :

 

Il est recommandé de le faire comme l’a fait ‘Othmane  sans toutefois que cela prenne un aspect obligatoire vu l’absence de preuve en la matière

 

Fatwa du comité permanent :

Membre : Abdallah ibn Gadayen

Vice-président : Abdrazeq hafifi

Président : Abdelaziz ibn Abdallah Ben Baz

Tome 9, Page 366, , fatwa numéro : 1474

 

 

 

 barre1.gif

 

La revente de Zakat el-Fitr

 

Question :

 

Que dit notre cheikh au sujet de celui qui prend la Zakat el fitr pour la revendre immédiatement ensuite ? Cela consiste par exemple à distribuer aux pauvres un Sa’ de nourriture qui sera revendu immédiatement à une autre personne afin de s’approprier de l’argent liquide. Quel est aussi le statut pour celui qui verserait Zakat el Fitr en liquide ?

 

Réponse :

 

Si celui qui la prend fait partie de ceux qui la méritent, il peut la revendre après se l’être appropriée car elle devient ainsi sa propriété. Il n’est toutefois pas permis de verset Zakat el Fitr en argent liquide conformément à la plus pertinente des opinions d’après ce que nous savons. Cette opinion est celle de la majorité des savants.

 

Fatwa du comité permanent :

Membre : Abdallah ibn qouh´oud, Abdallah ibn Gadayen

Vice-président : Abdrazeq hafifi

Président : Abdelaziz ibn Abdallah Ben Baz

Tome 9, Page 370, fatwa numéro : 9231

 

 

 

 barre1.gif

 

Pour qui la Zakat Al Fitr est-elle obligatoire ?

 

Elle est un devoir pour tout musulman libre, qui a de quoi se nourrir lui et sa famille pour au moins un jour et une nuit et qui dispose d’un surplus de nourriture. Celui-ci se doit de s’en acquitter pour lui et tous ceux qui sont à sa charge, tels que sa femme, ses enfants, ses parents… A condition bien entendu, que ceux-là soient musulmans.

[Ceci est tiré du Hadith d’ibn ‘Omar  rapporté par al Bayhaqi et Dâraqoutnî, Hadith authentique]  

 

 

barre1.gif

 

 

Donner plus de nourriture que prévu

 

Question :

 

Est-ce que la Zakât al-fitr est limitée à un Sâ’ pour chaque membre de ma famille sans y ajouter quoique ce soit en plus ?

Ce que j’entends par quoique ce soit en plus, c’est d’y ajouter quelques charités

[supplémentaires] afin de m’assurer que mon Sâ’ est suffisant, sans préciser à la personne pauvre à qui je le donne que c’est une charité.

Par exemple, j’ai dix personnes dans ma famille, donc j’achète un sac de riz qui pèse cinquante kilogrammes, je donne tout comme Zakât al-fitr de la part de ces dix personnes sans compter le Sâ’ pour eux, sachant que ces vingt kilos ou plus supplémentaires sont donnés comme charité, mais je ne dis pas que ce supplément est une aumône, plutôt je dis : « Prenez notre Zakât » la personne ne sait donc pas que ce sac contient plus de zakât, elle le prend avec lui et en est satisfaite.

Quelle est l’avis sur cela ?

 

Réponse :

 

Zakât al-Fitr est d’un Sâ’ de blé ou de dattes ou de riz ou de ce qui ressemble à cela, de la nourriture principale de la localité [de la personne] pour une personne, qui soit un homme ou une femme, vieux ou jeune. Il n’y a rien de mal à donner plus comme Zakât al-fitr comme ce que vous avez fait, avec l’intention de donner l’aumône, même si vous ne dites pas à la personne pauvre ce qu’il en est réellement.

 

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 9/370

 

 

 

 

 barre1.gif

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 11:53

       LES FELICITATIONS
   DE FIN
     DE RAMADHAN       

 

 

Al-Imâm SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah

 


QUESTION :


Concernant les félicitations de la fête « al-’Aîd », est-il de Sounnah pour les gens de dire : « ’Aîdaka Mubârak » ou ce qui peut ressembler à cela ? Y-a-t-il un fondement dans la Charî’ah pour cela ou pas ? Et s’il existe un fondement dans la Charî’ah en cela, que devrions-nous dire ?

REPONSE :

De ce qui peut-être dit comme félicitations le jour de la fête de « al-’Aîd » les uns envers les autres, il y a :

تقبل الله منا و منكم و أحاله الله عليك

 

« Taqabal-Allâh minnâ wa minkoûm wa Ahâlahu Allâh ’alayk »



Et ce qui peut ressembler à cela. Et cela a été rapporté par un groupe des compagnons [as-Sahâbah], qui eux ont fait de la sorte, et c’est sur la base d’un texte précis des Imâms, comme l’Imâm Ahmad et d’autres.

Ceci dit, l’Imâm Ahmad a dit :

« Moi je ne devance [dans les félicitations] personne, si une personne commence [à me féliciter], je lui réponds. Dés lors, répondre à la salutation est une obligation [wâdjib]. Quant à commencer les félicitations, il n’y a pas dans la Sounnah d’obligation pour cela. Et il n’y a pas aussi, d’interdiction pour cela [ces félicitations]. La personne qui le fait, a un modèle à suivre [un exemple], et la personne qui le délaisse [dire les félicitations], a un modèle à suivre ».

Wa Allâhu A’Lam.

Madjmu’ al-Fatâwa d’Ibn Taymiyyah, vol-24 p.138

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 12:29

Jugement de l'islam concernant le délaissement de la prière de L'Aid

 

 

 


بسم الله الرحمن الرحيم


Question:

Est il permit au musulman de délaisser sans raison la prière de L'Aid? Et est-il permis d'empêcher la femme de l'accomplir avec les gens?

Réponse :


Pour de nombreux savants, la prière de l'Aid est "fard kifaya" (obligation collective) et donc le délaissement est permis pour une partie des musulmans. Toutefois y assister et y participer avec leurs frère musulmans est une Sounnah Mû'kkada (recommandée).

Il ne convient donc pas de la délaisser, si ce n'est pour une raison valable.

D'autres savants, quant à eux, jugent que cette prière est "fard aine" (obligation individuelle), au même titre que la prière du vendredi. Donc, qu'il n est pas permis aux personnes responsables parmi les hommes libres et résidents, de la délaisser.
Ce point de vue est ce qui se révèle, compte tenu des preuves, être le plus proche de la vérité.


Il est sounnah que les femmes assistent à cette prière, en faisant attention de porter le voile (hijab) , et ne pas découvrir une quelconque partie de son corps, et de ne pas se mettre de parfum, conformément à ce qui a été rapporté par "ummu 'atîyya" dans les deux sahih :


"Nous reçûmes l'ordre de sortir pour les deux fêtes, les femmes impubères et celles qui ont leur menstrues, afin qu'elles assistent à une réunion pieuse et aux invocations des musulmans. Les femmes ayant leurs menstrues se tenaient a l'écart du lieu de prière ...." Dans une autres version une femme dit au Prophète  : ô Envoyé d'Allah, une d'entre nous n'a pas de manteau (jilbeb) pour sortir. Il répondit : "que sa sœur la revête de son manteau (jilbeb) "

Pas de doute que cela confirme la permission qu'ont les femmes de sortir pour la prière des deux Aid afin d'assister à cette réunion pieuse et aux invocations des musulmans. Et Allah est le seul détenteur du succès.
Cheikh Ibn Baz

 


 

 

Question :

La prière de l’ Aîd est-elle obligatoire pour la femme ? Si oui doit-elle l'accomplir à la Maison ou à la Mosquée ?

Réponse :

La prière de la Aîd n'est pas obligatoire pour la femme, elle est plutôt une Sunnah [très Recommandé]. Elle accomplit cette prière avec les musulmans dans leur lieu de prière car c'est ce que le messager d'Allah  a ordonné aux femmes.

Sources : Majmou Fatawa Lajna Daîma Vol 8 p 284

 

 


 

 


Question :

Quel est le mieux pour une femme, sortir à la prière de « al-‘Aîd » ou rester à la maison ?

Réponse :

Il est meilleur qu’elle sorte pour la prière de « al-‘Aîd », parce que le prophète  a commandé que les femmes sortent à la prière de « al-‘Aîd », jusqu’aux fillettes et aux vierges adolescentes – c’est-à-dire, les femmes qui d’habitude ne sortent pas. Il leur a commandées de sortir, en dehors de celles qui se trouvent en période de menstrues, à qui il a demandé de sortir mais en se gardant éloignées du lieu de prière [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim] de « al-‘Aîd ».

 

Les femmes en période de menstrues doivent ainsi sortir avec les autres femmes pour al-‘Aîd, mais elles ne doivent pas entrer dans le lieu de prière [al-Mousallah], car le lieu de prière de « al-‘Aîd » prend le statut d’une mosquée, et il n’est pas permis qu’une femme en période de menstrues reste dans la mosquée, mais il lui est permis de passer à travers [la mosquée] ou d’aller prendre quelque chose dont elle aurait besoin, sans y rester.

Sur cette base nous disons :
les femmes doivent sortir à la prière de « al-‘Aîd » et rejoindre ainsi les hommes dans cette prière, en raison du bien, des exhortations et invocations qu’elles peuvent y faire.

 


Madjmu’ Fatâwa de Sheikh Ibn Uthaymîne , vol-16 p.210-211

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 11:57

L'objectif et les bienfaits recherchés derrière la pratique du Jeûne par l’Imâm « l’ascète » Ibn Qayyim al-Djawziyyah


L’objectif visé dans la pratique du jeûne est de retenir son âme de [ses] désirs et de la prévenir de ces choses qui lui sont bien-aimées, dans le but de contrôler la force de l’âme, afin qu’elle puisse atteindre ce qui se trouve [dans le jeûne] comme succès et joie pour l’âme.
[Et ce qui est recherché encore] à travers le jeûne, c’est le fait de casser sa faim et sa soif, ce qui est un moyen de rappel quand à la situation de l’affamé parmi les nécessiteux [al-Massâkîn].
[À travers le jeûne] on restreint le passage du Chaytân [Satan] à l’intérieur de l’adorateur [d’Allâh] en restreignant le passage de la nourriture et de la boisson. Aussi, cela empêche la force des membres de prendre aise à des choses qui lui cause du tort dans cette vie d’ici-bas et celle de l’au-delà. Et le jeûne immobilise les membres du corps contre cela ainsi que toute force contre les caprices.

Et le jeûne est la bride [les rênes] de ceux qui craignent Allâh, et le bouclier des guerriers, un jardin pour les serviteurs vertueux et les rapprochés [d’Allâh]. Et cela est pour le Seigneur des mondes parmi tout le reste des actions. Et certes le jeûneur ne fait rien, si ce n’est qu’il abandonne ses désirs, sa nourriture et sa boisson par égard à Celui qu’il adore. Et [jeûner] est ainsi l’abandon de ces choses que l’âme aime et désire, pour leur préférer l’amour d’Allâh et Son agrément. Ceci est un secret entre l’adorateur et son Seigneur dont personne en dehors de lui n’en est informé. Voici donc le véritable jeûne.

Jeûner à un effet surprenant quand à la préservation des membres externes et des capacités intérieures [...] Il a un effet remarquable dans l’épuisement de toutes choses malfaisantes qui empêchent l’âme d’être saine, vidée de cela.
De ce fait, le jeûne préserve la santé du coeur de la personne et les membres de son corps. Il rend tout ce que les mains du désir ont pris de lui à l’âme.
Et c’est donc la plus grande façon d’améliorer sa piété [at-Taqwâ], comme Allâh -Ta’âla- a dit :

O les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété(S2/V183)

 

Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Jeûner est un bouclier. » [2]


Et il a ordonné à ceux qui avaient des désirs intenses à vouloir se marier mais qui n’en étaient pas capables, d’observer le jeûne qui est [pour eux] un bouclier contre ces désirs [dans l’attente du mariage].[3]

- Et ce qui est visé en cela :

Ce sont les privilèges du jeûne qui sont le témoignage pour ceux doués d’esprit sensible et de perceptions droites [al-Mustaqîma], [d’une reconnaissance] de la législation d’Allâh [prescrite] comme une miséricorde à l’adorateur [d’Allâh], excellente pour eux ainsi q’une protection et un bouclier. Et la pratique du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) sur le sujet est la plus parfaite des pratiques, et la meilleur afin d’atteindre l’objectif désiré et ce qui est le plus facile pour l’âme.
Quant à retenir l’âme de ce qu’elle aime et de ses désirs, c’est ce qui est le plus difficile et la plus dure des choses. L’obligation [du jeûne] a été différée jusqu’au milieu de l’Islâm après la « Hijrah » [L’hégire du Prophète]. Et cela [a été imposé] quand le « Tawhîd » [l’Unicité d’Allâh] et la Prière avaient été établis fermement dans les âmes [des Musulmans] et quand ils honoraient les ordres prescrits du Qor’ân. Ainsi ces prescriptions avaient été [imposées] graduellement, et il [le jeûne] est devenu obligatoire dans la deuxième année de l’Hégire [al-Hijrah].

Lorsque le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) est mort, il avait jeûné neuf Ramadân dans sa totalité. En un premier temps, il a été légiféré le choix entre jeûner ou nourrir tous les jours des gens nécessiteux [al-Massâkîn]. Et par la suite, le jeûne a été rendu obligatoire, et la possibilité de nourrir des nécessiteux a été laissée seulement aux personnes âgées et aux femmes qui n’avaient pas la capacité de jeûner [...]
[4]


[2] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim -n°1151
[3] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim -n°1400
[4] Kitâb « Zâd ul-Ma’âd fî hadî kheyr al-’Ibâd » de Ibn al-Qayyîm, vol-2 p.28-30

tiré du site manhajulhaqq.com

Partager cet article
Repost0