Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 10:25

EXTRAIT TALBIS ÎBLIS




Ibn Qayyim Al Jawzi

 

 

 
Hadith qui a été rapporté d’une autre manière de Wahb ibn Munabbih radhiallahuanha [qui a dit] :

« qu’il y avait un adorateur chez les bani Israil. Il était le plus grand adorateur de son temps. Il y avait à son époque, trois frères qui avaient une sœur. Elle était vierge et n’avait pas d’autres sœurs qu’elle. Le corps expéditif des trois frères sortit ne sachant pas à qui ils allaient la laisser ni à qui ils pourraient la confier, ni chez qui ils allaient la placer ».

Il
radhiallahuanha
 a dit : « ils se sont mis d’accord pour la laisser chez l’adorateur des bani israil. Il leur paraissait digne de confiance. Ils se rendirent auprès de lui et lui demandèrent s’ils pouvaient la laisser chez lui. Elle serait sous sa tutelle et sous sa protection jusqu’au retour de leur voyage. Il refusa cela et chercha refuge auprès d’Allah contre eux et leur sœur. »

Il
radhiallahuanha a dit : « Ils insistèrent jusqu’à ce qu’il obtempère. Il leur dit : Portez-la dans ma demeure, près de la tourelle. »

Il
radhiallahuanha a dit : « Ils la portèrent dans cette demeure, puis ils se retirèrent en l’abandonnant là.
L’adorateur demeura près de ce lieu, un certain temps. Puis, il descendit de sa tourelle pour lui apporter de la nourriture. IL déposa la nourriture vers la porte de la tourelle. Ensuite, il lui somma de sortir. Elle sortit de sa demeure et prit ce qu’il lui a déposé comme nourriture. »

Il
radhiallahuanha dit : « satan s‘est montré aimable avec lui. Il n ‘a cessé de l’inciter à faire le bien et à lui faire croire qu’il était important pour la jeune fille de ne pas sortir, le jour, de sa demeure ; Il lui faisait craindre que quelqu’un l’aperçoive et s’attache a elle. [Il – satan - lui dit] Si tu lui portais sa nourriture pour la déposer dans sa demeure, ta récompense en serait plus grande. »

Il
radhiallahuanha 
dit : « Il (satan) insista jusqu’à ce qu’il lui porta la nourriture qu’il déposa devant la porte de sa demeure. Mais il ne lui adressa pas la parole. »

Il
radhiallahuanha dit : « Il demeura dans cette situation un certain temps. Ensuite, iblis vint à lui. Il l’incita et l’encouragea à faire le bien et à accomplir des actions méritoires. Il lui dit : Si tu te rendais auprès d’elle avec sa nourriture et la lui poses dans sa demeure, ta récompense en serait plus grande. »

Il
radhiallahuanha 
dit : « Il insista jusqu’à ce qu’il se rende à elle avec la nourriture. Ensuite il la déposa dans sa demeure. Il continua ainsi pendant un certain temps. Ensuite Iblis revint à lui. Il l’incita et le poussa à faire le bien. Il lui dit : Si tu discutais et parlais avec elle afin de la familiariser par la discussion, car elle éprouve une grande mélancolie. »

Il radhiallahuanha a dit : « Il continua d’insister avec lui jusqu’à ce qu’il lui adresse la parole pendant un certain temps. Il alla s’assurer de son état du haut de sa tourelle.»

Il radhiallahuanha a dit : « Ensuite iblis revint à lui après cela et lui dit : Si tu allais descendre auprès d’elle et tu te tenais devant la porte de sa demeure. Elle pourrait discuter avec toi, ce serait distrayant pour elle ; Il continua d’insister avec lui jusqu’à ce qu’il le fasse descendre et s’assoir devant la porte de sa tourelle .Il lui parla et elle lui parla. La jeune fille sortait de sa demeure jusqu’à venir s‘asseoir devant la porte de sa demeure. »

Il radhiallahuanha a dit : « ils continuèrent à se parler ainsi pendant un certain temps.
Ensuite, iblis, revint à lui et l’incita à faire le bien et à œuvrer pour elle, afin obtenir les belles récompenses auprès d’Allah 'azza wa jall. Il lui dit : Si tu te rapprochais d‘elle et que tu t‘asseyais vers l’entrée de sa demeure, puis que tu lui causes sans qu’elle ne sorte de chez elle. Ce qu‘il fit. Il descendit de sa tourelle, s’arrêta devant l’entrée de sa demeure et lui parla. Il resta ainsi durant un moment. Ensuite, vint Iblis, Il lui dit : Si tu entrais avec elle dans sa demeure, puis que tu discute avec elle, et que tu ne la laisse pas montrer son visage à quelqu’un qui serait plus beau que toi…Il continua d’insister ave lui jusqu'à ce qu’il pénètre dans la demeure .Il se mit à lui parler pendant une journée entière, et lorsque le jour s’en fut, il remonta dans sa tourelle. »


Il radhiallahuanha dit : « ensuite Iblis, revint après cela. Il ne cessa de la lui faire paraître belle jusqu’à ce que l‘adorateur pose sa main sur sa cuisse et l’embrasse. Iblis continua de la représenter belle à ses yeux et de le tenter jusqu’à ce qu’il eut un commerce charnel avec elle.
Elle tomba enceinte.

Elle lui enfanta un fils, puis vint iblis. Il lui dit : As- tu pensé, si les frères de la jeune fille arrivaient, alors qu'elle a eut un enfant de toi. Comment vas-tu faire? Je ne crois pas que tu puisses te déshonorer ou qu'ils te déshonorent en dévoilant ton secret; Rend-toi auprès de son fils, égorge-le et enterre-le. Elle le taira à ses frères de peur que ses frères découvrent ce que tu as fais d'elle. Ce qu’il fit. Il lui dit : Tu la vois taire son cas à ses frères et le fait que tu aies tué son enfant. Il lui dit: Saisis toi d’elle, égorge-la et enterre-la avec son enfant. Il continua d’insister avec lui jusqu'à ce qu'il l'égorge et la jette dans la fosse avec son fils. Il les recouvrit d’un énorme rocher. Il égalisa la surface du sol au dessus d'eux et remonta à sa tourelle pour se vouer au culte [de son Seigneur]. Il y demeura ainsi le temps qu’Allah voulut qu'il y demeure, jusqu'au jour où ses frères revinrent de l'expédition militaire. Ils arrivèrent et le questionnèrent au sujet de leur sœur. Il leur annonça sa mort, demanda à Allah de lui accorder Sa Miséricorde et pleura. Il dit : c’était une excellente femme et ceci est sa tombe. Voyez-là ! Ses frères se rendirent auprès de sa tombe. Ils pleurèrent leur sœur et demandèrent à Allah de lui accorder Sa Miséricorde. Ils s'établirent près de sa tombe durant des jours. Ensuite, ils partirent rejoindre leur famille.

Lorsqu'ils furent pris par la nuit obscure, ils s'installèrent pour dormir. Satan leur apparut durant le sommeil sous la forme d'un homme de voyage. Il commença par leur aîné. Il le questionna au sujet de sa sœur. Il lui répondit en l'informant sur le dire de l'adorateur, de sa mort à elle, de sa demande à Allah de lui accorder la Miséricorde, de la manière dont il leur a montré sa tombe. Satan l’accusa (l'adorateur) de mensonge. Il ne vous a pas dit la vérité sur votre sœur. Il a mis enceinte votre sœur et elle a eu un enfant de lui qu'il a égorgé, et l'a égorgé elle parce qu'il vous redoutait, Il l'a précipité dans le fossé qu'il a creusé derrière la porte de la demeure qu'elle occupait à droite de celui qui y pénètre. Ils partirent [sur les lieux]. Ils entrèrent dans la demeure qu'elle occupait, à droite de celui qui y pénètre. [satan leur dit] Vous les trouverez là-bas tous les deux ensemble, comme nous l’avons fait savoir.

Il [satan] apparut à celui qui est d'âge moyen durant son sommeil et lui dit la même chose. Ensuite, il apparut au plus jeune d'entre eux et lui dit la même chose. Lorsque le groupe se réveilla, ils furent surpris de ce que chacun d'eux a vu [durant le sommeil]. Ils se tournèrent les uns vers les autres et chacun d'entre eux dit: J'ai vu des choses étonnantes cette nuit. Chacun d'entre eux a raconté aux autres ce qu'il a vu. Leur aîné a dit : ce n’est qu'un songe. Poursuivons notre chemin et oublions cela. Le plus jeune d'entre eux dit : Par Allah je ne poursuivrai pas mon chemin tant que je ne me serais pas rendu en ce lieu et que je l'examine. »

Il radhiallahuanha a dit : « Ils partirent ensemble jusqu'à ce qu'ils aient atteint la demeure dans laquelle vivait leur sœur. Ils ouvrirent la porte et cherchèrent l'endroit qui leur avait été décrit dans leur songe. Ils trouvèrent leur sœur et son fils égorgés dans la fosse telle qu'il leur avait été dit. Ils questionnèrent l'adorateur à sont sujet. Il confirma les propos d'iblis concernant ce qu'il avait pu faire d’eux. Ils s'emparèrent de lui, le firent descendre de sa tourelle et s’apprêtèrent à le crucifier.

Après l'avoir attaché à la poutre, satan se présenta à lui .Tu sais que c’est moi ton compagnon qui t’a soumis à la tentation de la femme jusqu'a ce que tu la mettes enceinte, que tu la tues ainsi que son fils. Si toi tu m'obéis aujourd’hui et que tu renies Allah 'azza wa jallqui t'à créé et t’a façonné, je te délivre de la situation dans laquelle tu te trouves. »

Il radhiallahuanha dit : «  l’adorateur a nié Allah 'azza wa jall, satan se retira pour le laisser en tête à tête avec ses exécutants qui le crucifièrent. »

Il radhiallahuanha a dit : « C’est a son sujet qu'est descendu ce verset :


{Ils sont semblables au chaytan quand il dit à l’homme : « Sois incrédule ». Puis quand celui-ci a mécru, il dit : « Je te désavoue car je redoute Allah, le Seigneur de Alamin (hommes, djinns et tout ce qui existe autre qu’Allah) »} 
S 59 V:16]»



Ibn Qayyim Al Jawzi (édition Sabil (2eme edition)) page 45

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 09:03
                                         Attention à ce que vous achetez !!!!!

De la dinde contenant du porc certifiée halal ?
> Halal. Souvenez-vous. En 2007, une société de charcuterie du nord de la France était condamnée pour avoir vendu, de 2003 à 2006, des merguez prétendument halal contenant des quantités significatives de porc. Le gérant avait plaidé la bonne foi et l’accident. En vain : les taux de viande de porc étaient bien trop importants pour que la thèse de l’accident puisse être accréditée. Il y avait bien volonté de tromper et de vendre du porc aux musulmans (voir Des merguez halal au porc, la société de charcuterie condamnée). Cela dit, l’accident, et en l’espèce la présence de porc dans de la viande halal, demeure tout à fait possible.

Le halal laissé au premier venu

> Malheureusement, aujourd’hui, comme depuis des années, la contamination de la viande halal par de la viande non halal ou par de la viande de porc est une éventualité comme une autre. N’importe qui peut produire à peu près n’importe comment de la viande qu’il estampillera halal, avec la complicité ou non d’organismes tiers. Les musulmans ont confié la production de leur viande à des personnes qui se fichent de la sacralité du halal ou, à tout le moins, qui ne prennent pas les dispositions suffisantes pour produire une viande véritablement halal. Le halal n’est pour eux qu’une façon particulière de produire et de commercialiser la viande. C’est ainsi qu’il est très fréquent qu’une même chaîne de production soit utilisée pour produire du halal et du non-halal. La théorie veut qu’entre deux productions les machines soient lavées. La théorie seulement. Et même quand les mesures pouvant garantir le halal sont appliquées, on lave les machines pour se laver la conscience, non pour respecter les principes religieux qui font le halal. C’est ainsi que des éleveurs de porcs deviennent naturellement producteurs de viande halal, sans que cela ne dérange personne, pas même des organismes de certification. A l’instar de la mosquée de Lyon.

Un contexte favorable au faux-halal

> Les musulmans sont les premiers responsables. Même si depuis quelques années la situation évolue positivement, notamment du fait d’un renouvellement de génération – les musulmans sont plus lettrés et ainsi moins vulnérables que leurs parents -, tout le monde, peu ou prou, se complaît dans une situation bâtarde :
> - les consommateurs veulent du halal, mais attendent que tout tombe du ciel. De toute façon, si le boucher du coin vend du faux-halal, tant pis pour lui, c’est « ‘ala raqabtu », expression consacrée que l’on pourrait traduire trivialement par « c’est pour sa pomme ». Comme si la responsabilité personnelle pouvait être éludée par la malhonnêteté du fraudeur…
> - les entrepreneurs veulent absolument avoir une part du gâteau : les uns, margoulins, jouent de l’absence de cadre juridique pour flouer les musulmans, les autres, honnêtes, essaient tant bien que mal de se faire une place et de gagner la confiance des consommateurs, qui n’ont jamais été aussi méfiants, dans ce vaste marigot que constitue le marché de la viande halal.
> - les organismes de certification sont nombreux – on en compterait une cinquantaine -, mais aucun n’est vraiment à la hauteur des enjeux du halal. Alors que la situation est aujourd’hui plus que jamais en faveur des musulmans, qui peuvent se payer le luxe de dicter aux industriels les règles à suivre en matière de halal, certains cèdent au mercantilisme le plus vil, d’autres choisissent le moins contraignant (pour ne pas dire le moins regardant), d’autres encore s’entêtent à ne rien entendre, sinon leur propre musique.

Roulé de dinde halal bardé de porc

> Mais revenons-en à l’objet de cet article. Lundi, en fin d’après-midi, Gabriel, un consommateur musulman habitant Brest, publie un message sur le forum de la mosquée de Lyon. Stupéfait, il raconte comment après avoir acheté un produit carné certifié par la mosquée de Lyon, et plus précisément par l’organisme de certification qui y est rattaché, l’ARGML, il découvre avec stupéfaction que l’étiquette indique la présence de porc.
La mosquée de Lyon certifie de la dinde contenant du porc
> « 90 % de dinde, mini barde de porc »
> (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)
> Voici ce que Gabriel écrit :
> je viens juste de m’inscrire sur le forum car je me suis senti obligé de diffuser l’information que je vais vous donner. hier je suis allé dans un supermarché geant-casino pas tres loin de chez moi,celui de brest pour etre précis, et j’y ai acheté un produit portant l’etiquette certifié hallal de l’ARGML. il s’agit d’un « roulé de dinde » de la marque « royal hallal » de royal bernard.j’ai eu une grosse surprise quand, par reflexe, j’ai lu la composition du produit « ingredients viande de dinde 90% mini barde de porc conditionn « , ca m’a tellement soufflé de voir ca que j’ai envoyé un mail au fabricant et un autre au distributeur
> Source : Forum de la mosquée de Lyon
La mosquée de Lyon certifie de la dinde contenant du porc
> « 90 % de dinde, mini barde de porc »
> (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)
> Sur la photo, on distingue :
> 1- Le logo de l’ARGML (association rituelle de la grande mosquée de Lyon), dont le site Internet n’existe plus, semble-t-il, que dans le cache de Google (http://hallal.mosquee-lyon.org)
> 2- La marque du produit : Royal Hallal, marque de Royal Bernard (groupe Gastronome)
> 3- L’étiquette indiquant les ingrédients et notamment la mention « mini barde de porc ». La barde est cette fine tranche de lard que l’on utilise pour recouvrir une viande que l’on veut rôtir. Lard, donc porc.
> Que penser de tout cela ? Évidemment, il nous paraît totalement improbable que l’ARGML ait certifié sciemment – et certifié tout court d’ailleurs – un produit contenant du porc. Sa longue expérience en matière de certification et sa bonne foi suffisent à balayer d’une main tout soupçon de malveillance. Comment expliquer alors la présence de porc dans ce produit certifié halal ? De deux choses l’une :
> - soit ce produit contient effectivement du porc et il y a eu une défaillance particulièrement regrettable non seulement de la part du producteur mais encore de l’ARGML ; défaillance, rappelons-le, qui aura mené tous les clients ayant acheté de ce produit à consommer du porc, ce qui devrait mal passer chez les musulmans surtout en cette période de ramadan.
> - soit ce produit ne contient pas de porc, et il demeure toutefois un problème : le producteur se serait trompé d’étiquette ou aurait apposé une mention utilisée pour d’autres produits qu’il commercialise. Mais là encore se pose le problème du choix des producteurs : combien de temps va-t-on accepter ce mélange des genres ?
> Si l’affaire est grave, elle n’est pas inédite. Dans son enquête, que vous pouvez retrouver dans un dossier compilé par le site ami CFCM.tv (dossier sur le faux-halal), le journaliste algérien Amine Merouane Boulanouar raconte :
> “Un ami s’est fait avoir dans la grande surface Auchan Noyelles. C’est juste à côté. Il y a acheté de la viande soi-disant hallal, plus précisément une barquette de rôti de dinde portant le label hallal. Mais en lisant l’étiquette hallal, qui était collée sur la barquette, il a constaté qu’il était écrit que la barquette contenait du porc. Dès qu’il m’en a informé, je suis parti le constater accompagné d’un autre ami. Un scandale, on fait manger du porc aux consommateurs musulmans qui ignorent ce genre de procédés, qui font confiance, ils sont analphabètes pour la plupart. Nous avons pris l’initiative de faire constater les faits par un huissier qui s’est déplacé sur les lieux mêmes. Je vais apporter le procès-verbal de constats. [...] On y lit le plus surprenant : la barquette contenant du “rôti de dinde et barde de porc 5 %” porte une étiquette hallal.
> Cette fois, ce n’est pas Auchan, mais Casino. L’affaire est embarrassante, puisque le groupe, avec notamment son site Wassila.fr, lancé en septembre 2008, a la prétention de garantir le halal.
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 09:40



 

السلام عليكم و رحمة الله و بركاته

 





Un nouveau scandale publié dans le Times et relaté par la BBC :

Mc donald's fait pré frire dans un premier temps ses frites dans ses usines au Etats unis puis les congèle et les exporte dans toutes ses filiales dans le monde.
Le hic c'est qu'après les avoir découpées elles les trempent dans une fine couche à base de graisse de porc ou de graisse d'origine bovine (tuée par choc electrique) ce qui leurs confère leurs matières croustillantes aprés friture.
Ainsi ces produits se retrouvent partout dans le monde et notamment dans les pays musulmans et en Inde.
Ainsi la compagnie a présenté ses excuses à l'Inde et à la communauté indous (pour qui manger de la vache reviens à manger leurs dieux) et à la communauté végétarienne.
Quand aux musulmans on s'en soucie guère et on peut toujours attendre des excuses.
Suite à cela des frères anglophones ont fait leur enquéte et ont confirmé l'information et ont ouvert un site
http://www.eat-halal.com/
La Russie a menacé de son coté la fermeture de tous les restaurants Mc Donalds présents sur son sol si la firme américaine ne changeait pas ses méthodes de préparation en utilisant à la place de l'huile d'origine végétale.
Pour plus de sources et de précision le site de la BBC en arabe


http://news.bbc.co.uk/hi/arabic/news/newsid_1348000/1348383.stm

VUE L'IMPORTANCE DU MESSAGE, VEUILLEZ LE FAIRE PASSER.

ALLAH VOUS EN RECOMPENSERA ET C'EST UN DEVOIR POUR TOUT MUSULMAN

DE PREVENIR LES SIENS DE TOUS LES MAUX POUVANT LES ATTEINDRE
.


Qu’Allah nous protège tous.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 11:27
salam-5f2630.png
163z393h.gif

puce_098.gif Ach-Châfi’î a dit : 

« Il n’y a rien après les devoirs obligatoires qui soit meilleur que la recherche de la science. »
 
C’est ce que ses compagnons ont raconté comme étant son opinion. Cela a aussi été déclaré par Sufyân al-Thawrî, et les Hanafîtes ont rapporté ceci de Abû Hanîfah.

puce_098.gif Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) voit que l’ignorance est une maladie et que son remède est le fait de poser des questions aux « Savants ».

Abû Dâwoûd rapporte que Djâbir Ibn ’Abdullâh a dit :

« Nous étions sortit en voyage, et une pierre toucha l’un d’entre nous en lui faisant une ouverture à la tête. Après avoir réfléchit, il interrogea les compagnons en ses termes : Est-ce que vous me permettez de faire le « Tayammum » [les ablutions sèches] ?
Ils dirent :
Nous ne voyons pas cette permission pour toi, tu peux donc supporter l’eau - Il se lava alors avec de l’eau et en mourut. En arrivant chez le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) nous lui racontâmes l’histoire, et il dit : « Ils l’ont tué, qu’Allâh les tue ! »
Pourquoi n’ont-ils pas demandé s’ils ne savaient pas ? 

Certes le remède de la maladie [de l’ignorance] est le fait de poser des questions.


Il suffit dans ce cas-là de faire le Tayammum, de bander la tête par une étoffe et de l’essuyer avec de l’eau, et il peut ensuite se laver tout le corps. »


Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn Outheymine

 163z393h.gif




Le dogme

puce_noire.gif  ثلاثة الأصول - Thalatha al-Oussoûl

puce_noire.gif  القواعد الأربعة - al-Qawâ-îd al-Arba’ah

puce_noire.gif  كشف الشبهات
 - Kachf ach-Choubouhât

puce_noire.gif  كتاب التوحيد - Kitâb at-Tawhîd

Ces quatre ouvrages sont écrits par SHeikh al-Islâm Muhammad Ibn Abd al-Wahhâb (rahimahullâhu ta’âla)

puce_noire.gif  العقيدة الواسطية - Le livre intitulé : Al-’Aqîdah al-Wâssitîyyah
Ce livre traite entre autres de l’unicité d’Allâh dans Ses noms et attributs. Il fait partie des meilleurs écrits dans ce domaine. C’est pourquoi il mérite d’être lu et relu.

puce_noire.gif  الحموية - Al-Hamawîyyah

puce_noire.gif  التدمرية - at-Tadmourîyyah -
[les 3 livres sont écrits par SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah]

puce_noire.gif  العقيدة الطحاوية - al-’Aqîda at-Tahâwiyyah - de SHeikh Abû Dja’far Ahmad Ibn Muhammad at-Tahâwî.

puce_noire.gif   شرح العقيدة الطحاوية - Charh al-’Aqîdah at-Tahâwiyyah - de Abûl-Hassan ’Alî Ibn Abî al-’Izz

puce_noire.gif   الدرر السنية في الأجوبة النجدية -  ad-Dourar as-Sanniyyah fî al-adjwiba an-nadjdiyyah - compilé par SHeikh Abd-Rahmân Ibn al-Qâssim (rahimahullâhu ta’âla).

puce_noire.gif  ad-Dourra al-Moundjiyyah fî ’Aqîdat il-firqat il-Mardhîyyah - de Muhammad Ibn Ahmad as-Safârinî al-Hanbalî.
Ce livre comporte des affirmations générales contraires à la doctrine des ancêtres pieux. C’est le cas de ces propos qui est le dogme des pieux prédécesseurs : « Notre Maître n’est ni essence ni accident ni corps. »Combien Il est transcendant. C’est pourquoi le chercheur du savoir doit l’étudier auprès d’un maître doté d’une connaissance profonde de la doctrine des ancêtres pieux afin qu’il lui explique les affirmations générales contraires à la doctrine des ancêtres pieux.

alr1emwn.gif


Le hadîth

puce_noire.gif   فتح الباري شرح صحيح البخاري - Fath al-Bârî Charh Sahîh al-Bukhârî - de Ibn Hadjar al-’Asqalânî (rahimahullâhu ta’âla).

puce_noire.gif  سبل السلام شرح بلوغ المرام - Souboul as-Sallâm Charh bouloûgh al-Marâm - de as-San’ânî.
Ce livre traite aussi bien du hadîth que du droit musulman.

puce_noire.gif  نيل الأوطار شرح منتقى الأخبار - Nayl al-Awtâr Charh Mountaqa al-Akhbâr - de ach-Chawkânî

puce_noire.gif  عمدة الأحكام - ’Oumdat ul-Ahkâm - de al-Maqdissî.
C’est un abrégé dont la plupart des hadîth sont cités dans les deux Sahîh. Ce qui fait qu’on n’a pas besoin de vérifier leur authenticité.

puce_noire.gif  الأربعين النووية - Al-Arba’în an-Nawawiyyah - de Abû Zakaria an-Nawawî (rahimahullâhu ta’âla).
C’est un bon livres parce qu’il renferme des règles de conduite et possède une bonne méthodologie et recèle des règles [morales] très utiles telle que : « La bonne adhésion à l’Islâm d’une personne se traduit par son abandon de ce qui ne la concerne pas. » [1] - Voilà une règle de vie qui vous suffirait si vous parvenez à vous l’imposer. Il en est de même de celle relative à la parole et formulée en ces termes : « Que celui qui croit en Allah et au jour dernier dise du bien. Si non qu’il se taise » [2].

puce_noire.gif   بلوغ المرام - Bouloûgh al-Marâm - de Hâfidh Ibn Hadjar al-Asqalânî.
C’est un livre très utile notamment parce qu’il mentionne les rapporteurs et cite ceux qui ont jugé le hadîth sahîh et ceux qui l’ont jugé faible et commente les hadîth soit dans le sens de leur authentification ou dans celui de leur affaiblissement.

puce_noire.gif  نخبة الفكر - Noukhbat al-Fikar - de Hâfidh Ibn Hadjar al-Asqalânî.
C’est un livre général. Si le chercheur du savoir le maîtrise, il peut le dispenser de la lecture de beaucoup d’autres livres traitant de la critique du hadîth. Ibn Hadjar (rahimahullâh) a adopté une méthode très utile dans la rédaction de l’ouvrage. Elle consiste à procéder par élimination. Le chercheur du savoir qui le lit le trouvera stimulant parce que le style excite le désir intellectuel. Je dis qu’il convient au chercheur du savoir de l’apprendre par cœur en raison de sa grande utilité dans le domaine des règles de la critique du hadîth.

puce_noire.gif  Le Sahîh de al-Bukhârî, le Sahîh de Muslim, Sounan de Nassâ-î, Sunan de Abû Dâwoud, Sounan de Ibn Mâdja, Sounan de at-Tirmidhî.
Je conseille leur fréquente lecture au chercheur du savoir parce qu’elle procure deux avantages. Le premier consiste dans le retour aux sources, et le second dans la répétition des noms des hommes [les traditionalistes]. A force de répéter les noms, on finit par reconnaître les noms des rapporteurs cités par al-Bukhârî de sorte à pouvoir les identifier chaque fois qu’on les retrouve ailleurs, ce qui constitue un avantage dans ce domaine.

alr1emwn.gif

La jurisprudence

puce_noire.gif  آداب المشي إلى الصلاة - Adâb al-machî ila as-Salât - de SHeikh al-Islâm Muhammad Ibn Abd al-Wahâb (rahimahullâhu ta’âla)

puce_noire.gif  زاد المستقنع في اختصار المقنع - Zâd al-Mustaqna’ fî Ikhtissâl al-Muqni’ - de Hadjâwî.
C’est un des meilleurs textes en matière de droit musulman. C’est un livre général mais bref et béni. Notre maître, l’érudit SHeikh Abd-Rahmân as-Sa’adî (rahimahullâh) nous en a recommandé la mémorisation. Pourtant il avait lui-même appris par cœur le texte intitulé : Dalîl at-tâlib.

puce_noire.gif  ar-Rawdh al-Mourbi’ Charh Zâd al-mustaqna’ - de SHeikh Mansour al-Bahoutî.

puce_noire.gif   الأصول من علم الأصول - al-Oussoûl min ’Ilm il-Oussoûl - C’est un abrégé qui ouvre la porte à l’étudiant.


alr1emwn.gif

L’héritage

puce_noire.gif  الرحبية - Matn ar-Rahabiyyah - de Rahabî

puce_noire.gif   البرهانية - Matn al-Barhâniyyah - de Muhammad al-Barhânî.
C’est un abrégé général très utile dans son domaine. Je pense que ce livre est plus général que le précédent et contient des connaissances plus étendues, d’autre part.

alr1emwn.gif


Le coran

puce_noire.gif  Tafsîr al-Qor’ân al-’Adhîm - de Ibn Kathîr (rahimahullâhu ta’âla).
C’est un livre très utile dans le domaine du commentaire du Coran fondée sur les traditions. Il est en le plus sûr, même s’il n’aborde que rarement les aspects grammaticaux et l’éloquence du discours.

puce_noire.gif  تيسير الكريم الرحمن في تفسير كلام المنان - Tayssîr al-Karîm al-Rahmân fî Tafsîr kallâmi al-Manân - de SHeikh Abd-Rahmân as-Sa’adî (rahimahullâhu ta’âla).
C’est un livre utile, facile et sûr. Et j’en recommande la lecture.

puce_noire.gif  مقدمة التفسير - Mouqadimat SHeikh al-Islâm fît-Tafsîr - qui constitue une bonne introduction [sur le sujet].

puce_noire.gif  أضواء البيان  - Adhwâ ul-Bayân - de l’érudit Muhammad Ach-Chinqitî (rahimahullâh).
C’est un livre général qui traite du hadîth, du droit musulman et de la jurisprudence.

alr1emwn.gif

Le nahou (grammaire arabe)

puce_noire.gif  الأجرومية - La grammaire : Matn al-Adjroumiyyah - Un abrégé simplifie.

puce_noire.gif  ألفية ابن مالك - La grammaire : Alfiyyah - de Ibn Mâlik.
C’est un résumé de l’essentiel en la matière.

alr1emwn.gif

La Sira (description de la vie, biographie)

puce_noire.gif  زاد المعاد - La biographie du Prophète - Sîra.
Le meilleur livre que j’ai trouvé dans ce domaine, est - Zâd al-Ma’âd - de Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh). C’est un livre utile qui constitue une bibliographie du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qui s’intéresse à tous les aspects de sa vie et renferme de nombreuses dispositions.

puce_noire.gif  Rawdhat ul-’Ouqalah - de Ibn Hibbân al-Boustî (rahimahullâh).
C’est un livre utile bien que bref. Il a rassemblé un grand nombre de leçons et de traditions reçues des ulémas, des traditionalistes et d’autres.

puce_noire.gif  سير أعلام النبلاء - Siyar A’lam an-Noubalâ - de adh-Dhahabî.
Ce livre est d’une grande utilité, et le chercheur du savoir doit se le procurer et l’étudier. [3]

Notes
[1] Rapporté par l’Imam Ahmad, et at-Tirmidhî, et déclaré « beau » par an-Nawawî dans Riyâdh as-Salihîn, et jugé Sahîh par Ahmad Châkir dans al-Mousnad
[2] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim
[3] Kitâb ul-’Ilm de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, p.92
http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article93
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 09:09

AIL


L'ail est chaud et sec de quatrième degré, il rechauffe fortement, et déssèche de grande proportion et très utile à ceux qui ont froid, à ceux dont le tempérament est flégmatique, et celui qui est au point d'être paralytique; il déssèche le sperme, ouvre l'obstruction, décompose les gros flatuosités, digère la nourriture, désaltère, relâche le ventre, et il est diurétique.

Il pique tous les vermines et toutes les tumeurs froides, tout en remplaçant la thériaque.

Si l'on pile et on en fait un pansement contre la morsure  des serpents et contre la piqure des scorpions, on aura l'établissement de l'état en extrayant le venin; il rechauffe le corps et augmente sa chaleur; il arrête les flegmes, décompose l'enflure du ventre, purifie la gorge et garde la santé de la plupart des corps, il est aussi utile contre le mal produit du changement de l'eau, et de la toux chronique.

On le mange cru, cuit ou grillé; il est utile contre le mal à la poitrine produit par le froid; il fait sortir la sangesue de la gorge. Si l'on le pile avec le vinaigre, le sel et le miel, et si l'on met la combinaison sur la dent qui s'est cariée, il l'émiette; et apaise la douleur de la dent douloureuse.

Si l'on pile deux douzièmes de l'once de l'ail, et on le prend avec l'eau du miel, c'est utile à chasser le flegme et les vers; et quand enduit le vitiligo avec le miel, ce sera utile aussi.

Ses inconvénients : nous devons mentionner qu'il cause le mal à la tête et au yeux, il affaiblit la vue et le coït, il altère et irrite la bile jaune et rend l'haleine de la bouche pareille à l'odeur de la charogne.  On élimine son odeur quand on mastique les feuilles des sadthab.

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 09:25

MachaAllah très belle histoire très emouvante qu'Allah accepte notre sincére repentance. Amine!!!!!!!
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 09:51
                                     Jeux de "loto" sur les fruits et légumes
Le but du jeu est
de retrouver sur quelles planches se situent les dessins représentés sur chaque image. C'est un bonne exercice d'observation mais aussi un bon support pour le langage.





 
 








Pour imprimer suivre ce lien :link
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 09:43
Le mérite des 10 premiers jours de Dhul-Hijja et quelques règles concernant le sacrifice. (12ème mois du calendrier musulman, le mois du Pèlerinage)
 qui débutera le 18 Novembre 2009 Inch'Allah!!!

Allah dit (traduction du sens des versets) : « Par l’Aube, et par les dix nuits. » [1] et Ibn Kathîr - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Cela fait référence aux 10 (premiers) jours de Dhul-Hijja. »
Allah a dit aussi :
« … Et pour invoquer le nom d’Allah aux jours fixés… » [2]. Ibn ‘Abbâs a dit à propos de l’explication de ce verset : « Ce sont les dix jours [de Dhul-Hijja]. »
Ibn ‘Abbâs a dit aussi :
« Le Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui - a dit : « Il n’y a pas d’œuvres meilleures que celles faites en ces 10 jours. » Les Compagnons dirent : « Même pas le Jihâd ? » Il dit : « Même pas le Jihâd, sauf un homme qui sortirait risquant sa vie et ses biens et qui ne reviendrait avec rien (càd. qu’il y perdrait sa vie et sa fortune). » [3].



Ce qui est recommandé de faire pendant ces 10 jours
Il est recommandé de faire des efforts dans les actes d’adoration comme la prière, le rappel d’Allah, les contacts avec la famille, les aumônes, le fait de recommander le bien et d’interdire le mal, selon ses possibilités. Il existe des textes qui donnent des précisions sur des actes à faire en particulier :
1- Prononcer les formules de rappel : Dire «  Allâhu Akbar  » (Takbîr), «  Lâ Ilâha Illallâh  » (Tahlîl), « Al-Hamdu Lilâh  » (Tahmîd), car selon le hadith d’Ibn ‘Umar - qu’Allah l’agrée- le Prophète صلى الله عليه وسلمa dit : « Il n’y a pas de jours plus importants auprès d’Allah - exalté soit-Il - et au cours desquels les oeuvres sont plus aimées de Lui, que durant ces 10 jours. Donc, dans cette période, répétez les formules « Allâhu Akbar », « Lâ Ilâha Illa’llâh », « Al-Hamdu Lilâh ». » [4].
Et l’imam Al-Bukhârî - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit :
« Ibn ‘Umar et Abû Hurayrah - qu’Allah les agrée - allaient au marché pendant les 10 jours et ils répétaient « Allâhu Akbar » et les gens répétaient après eux. » (Chacun pour soi, car il n’existe aucune preuve qui prouve qu’il faut dire cette formule en groupe, d’une seule voix).
Une formule acceptée est :

« Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Lâ Ilâha Illa’Llâh...
Allâhu Akbar, Allâhu Akbar , Wa Lilâhil-Hamd. »
Et Ibn ‘Umar répétait le Takbîr à Mina pendant ces 10 jours, après les prières, au moment de se coucher, dans sa tente, dans ses assemblées et lors de ses promenades. Il est recommandé de dire le Takbîr à haute voix, selon ce qu’ ont fait ‘Umar, son fils et Abû Hurayrah.
2- Le jeûne : certaines femmes du Prophète - صلى الله عليه وسلم - rapportent : « Le Prophète - صلى الله عليه وسلم- jeûnait les 9 (premiers) jours de Dhul-Hijja, le jour d’ Achoura, et trois jours par mois. » [5]
3- Le jeûne du jour d’Arafat (9ème jour de Dhul-Hijja) : le jeûne de ce jour est une Sunnah confirmée pour celui qui n’effectue pas le pèlerinage, selon le hadith du Prophète - صلى الله عليه وسلم : « J’espère la récompense d’Allah que ce jeûne efface tes péchés de l’année écoulée et ceux de l’année à venir. » [6].
4- Le Hajj et la ‘Umrah : Abû Hurayrah rapporte du Prophète - صلى الله عليه وسلم - qu’il a dit : « Accomplir la ‘Umrah efface les péchés entre cette ‘Umrah et la dernière, et un Hajj accepté (d’Allah) n’a d’autre récompense que le paradis. » [7].


Quelques règles se rapportant au sacrifice
C’est une Sunnah confirmé et il est détestable de la délaisser si l’on a les moyens de la faire, selon le hadith d’Anas - qu’Allah l’agrée - que le Prophète - صلى الله عليه وسلم - a sacrifié deux béliers à cornes de couleur grisâtre ; il les égorgea lui-même en disant : « Bismillâh Wallâhu Akbar. »
Si une personne a l’intention de sacrifier et qu’il rentre dans les 10 premiers jours de Dhul-Hijja, elle ne doit pas se couper les cheveux, les ongles et la peau jusqu’à ce qu’elle sacrifie sa bête, car, selon Um Salama, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Lorsque vous entrez dans les 10 jours (de Dhul-Hijja) et que l’un d’entre vous veut sacrifier une bête, qu’il s’abstienne de se couper les cheveux et les ongles. »


Que faut-il sacrifier ?
La bête à sacrifier doit être un chameau, une vache (ces deux-là sont à partager entre sept personnes), un mouton ou une chèvre (pour une seule personne) selon la parole d’Allah (traduction du sens des versets) : « Pour qu’ils rappellent le nom d’Allah sur ce qu’Il leur a octroyés des bêtes de troupeaux. » [8].
La condition pour que la bête soit bonne à sacrifier est qu’elle soit exempte de défauts apparents, selon la parole du Prophète - صلى الله عليه وسلم : « Quatre (défauts) font que le sacrifice n’est pas accepté : la bête borgne de manière apparente, la bête visiblement malade, la bête boiteuse de manière évidente et la bête maigre que l’on ne peut récupérer. » [9]
Elle doit également avoir l’ âge minimum obligatoire : cinq ans, pour le chameau ; deux ans, pour une vache ; un an pour une chèvre et six mois pour un mouton.



Le moment propice pour égorger la bête
Le moment propice débute après la prière de l’Aïd, selon le hadith du Prophète - صلى الله عليه وسلم : « Celui qui égorge avant la prière a sacrifié pour lui-même, et celui qui égorge après la prière a parfait son sacrifice et a accompli la Sunnah des musulmans. » [10].
Il est autorisé d’égorger le jour de l’Aïd et les trois jours qui suivent selon le hadith du Prophète.
Il est Sunnah pour qui sait égorger, d’égorger sa bête soi-même en disant : « Bismillah wallâhu Akbar, ô Seigneur, ceci est de la part d’untel » (et il se nomme lui-même ou la personne qui lui a recommandé d’offrir ce sacrifice) car le Prophète - صلى الله عليه وسلم - a égorgé un bélier en disant : « Bismillah wallâhu Akbar, ô Seigneur, ceci est de ma part et de la part de tous ceux de ma communauté qui n’ont pas sacrifié. » [11]
Il est recommandé à celui qui ne sait pas sacrifier de tout de même assister.


La répartition (de la viande) du sacrifice
Il est Sunnah pour la personne qui sacrifie de manger une partie de la viande de la bête sacrifiée (et la première chose dont le Prophète mangeait le jour de l’ Aïd était le foie du mouton), d’en distribuer aux proches de la famille et aux voisins, et d’en faire aumône d’une partie aux pauvres.
Allah dit (traduction du sens des versets) :
« Mangez-en et donnez-en à manger aux misérables, les pauvres... » [12]
Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf) aimaient à partager la viande en trois : un tiers pour eux-mêmes, un tiers en cadeau et un tiers en aumône pour les pauvres. Et on ne donne pas au boucher de cette viande comme salaire pour son travail.
Post-Scriptum :
Source : http//:www.fatwas.online.fr
Distribuez cette article autour de vous car Allah dit : « Entraidez-vous au bon comportement et à la piété, et ne vous entraidez pas au péché et à l’inimité. » … Le Prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم a dit : « Celui qui montre le chemin vers une bonne action, a la même récompense que celui qui la fait. » [13].

Notes :
[1] Sourate l’Aube, verset n°1
[2] Sourate Le Pèlerinage, verset n°28
[3] Rapporté par Al-Bukhârî
[4] Rapporté par At-Tabarânî dans Al-Mu’jam ul-Kabîr
[5] Rapporté par l’imam Ahmad, Abû Dâwûd et An-Nassâ’î.
[6] Rapporté par Muslim
[7] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.
[8] Sourate Le Pèlerinage, verset 34
[9] Rapporté par At-Tirmidhî.
[10] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim.
[11] Rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî.
[12] Sourate Le Pèlerinage, verset 28.
[13] Muslim, 4876.

http://www.sounna.com/article.php3?id_article=213#nb2



Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 09:00

                               Entre l'ombre et la lumière


D'après Abû 'Iyyâd, d'après un homme parmi les compagnons du Prophète (saw) qui a dit :

"Le Prophète a interdit à l'homme de s'asseoir entre l'ombre et la lumière et a dit : c'est la place ou s'assayait satan"

Hadîth authentique rapporté par Ahmad, al Bayhaqî, Abû Dawûd, qualifié authentique par Al-Alabânî dans "Sahîh at-targhîb"

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 09:39
« Quant au bâillement, il est provoqué par Satan »

A-Hâfidh Ibn Hajar al-‘Asqalânî (rahimahullâh)


BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

D’après Abû Hurayrah (radhiallâhu ‘anhu), le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Certes Allâh aime l’éternuement et Il blâme le bâillement. Lorsqu’une personne éternue, il est du devoir de chaque musulman qu’il l’entend de lui dire : Qu’Allâh t’accorde Sa Miséricorde. Quant au bâillement, il est provoqué par Satan. Quand l’un d’entre vous bâille, qu’il le repousse autant qu’il le peut. Si l’un d’entre vous bâille [ouvertement] Satan rit de lui » [1]


Al-Hâfidh Ibn Hadjar (rahimahullâh) dit [dans son commentaire] :

Ibn Battâl a dit que le fait d’attribuer le bâillement à Satan signifie que cela lui plaît et qu’il le veut. Ce qui veut dire, que cela lui fait plaisir de voir l’homme bâiller puisque ce geste déforme son visage et cela le fait rire. Mais cela ne veut pas dire que c’est Satan qui provoque le bâillement.

Ibn al-Arabî dit : Certes, ce qui nous est expliqué, c’est que tout acte blâmable dans la loi religieuse attribué à Satan, est accompli sous son inspiration. Et tout bon acte dans la loi religieuse attribué à l’ange est accompli avec son appui. Il dit [Ibn ‘Arabî] : le bâillement résulte du fait de se remplir et cela entraîne la paresse, ce qui se fait avec une assistance de Satan. L’éternuement résulte de la digestion et cela entraîne plus de vivacité. Ce qui arrive grâce à l’assistance de l’ange. An-Nawawî dit : le bâillement est attribué à Satan parce qu’il excite le plaisir et résulte de la lourdeur du corps, de sa relaxe et de son remplissage. Il s’agit ici de mettre en garde contre la cause qui le provoque, à savoir manger excessivement.

La parole : « Quand l’un d’entre vous bâille, qu’il le repousse autant qu’il le peut » Cela veut dire : qu’il emploie les moyens lui permettant de repousser [le bâillement], et non pas qu’il le rejette véritablement, puisque l’acte peut être déjà entamé. Il est dit aussi du sens : « Quand l’un d’entre vous bâille » que cela peut aussi signifier : « Quand il a envie de bâiller » ; Et cela est permis d’après al-Karamânî que le passé prenne le même sens que le présent.

La parole : « Si l’un d’entre vous bâille [ouvertement], Satan rit de lui » Dans la version de Ibn ‘Adjlân il dit : « S’il dit : < Hâ ! > Satan rit de lui » Et dans la hadîth de Ibn Sa’îd : « Certes Satan entre [dans sa bouche] » Et dans sa version, il est dit : « Si l’un d’entre vous bâille dans sa prière, qu’il se retienne autant qu’il le peut » Hadîth rapporté de at-Tirmidhî et an-Nassâ-î d’après Muhammad Ibn ‘Adjlân et Sa’îd Ibn Maqbourî selon Abî Hurayrah. Et cela a aussi été rapporté par Ibn Mâdjah selon Sa’îd Ibn Maqbourî qui tient cette version de son père et qui dit : « Quand l’un d’entre vous bâille qu’il mette sa main dessus et qu’il ne sorte pas de bruit [de sa bouche], car [sinon] Satan rit de lui » Notre SHeikh a dit dans « Charh at-Tirmidhî » : « la plupart des versions du hadith cité dans les Deux Sahih [al-Bukhârî et Muslim] parle du bâillement de manière absolue. Une autre version précise qu’il s’agit du bâillement survenu pendant la prière. Ce qui fait porter [à interprétation] l’absolu sur le relatif. Certes Satan a de forts motifs de vouloir perturber le prieur dans sa prière.

Il est certes vraisemblable que le bâillement est plus réprouvé au cours de la prière, mais cela ne veut pas dire qu’il ne l’est pas en dehors de la prière. Certains [savants] parmi eux ont dit : assurément, l’absolu l’emporte sur le relatif dans l’ordre et non pas dans l’interdiction. Sa réprobation absolue est fondée sur le fait qu’il est favorisé par Satan. Et c’est ce qu’a affirmé an-Nawawî sur cela. Ibn al-Arabî dit [de son côté] : Il convient d’étouffer le bâillement en toute situation. Et plus particulièrement dans la prière, car c’est la situation où il faut déployer le plus grand effort afin de repousser [le bâillement], car lui laisser libre cours est une source de déséquilibre marqué par la défiguration [de celui qui prie].

Et pour ce qui est de la parole dans la version de Abî Sa’îd chez Ibn Mâdjah : « qu’il ne sorte pas de bruit [de sa bouche] » Cela précise la négligence de la personne [dans le fait de bâiller]. Et lorsque ce bâillement est prolongé, cela le fait ressembler au chien lorsque celui-ci aboie. Certainement, le chien lève sa tête et aboie ainsi de la sorte. Et lorsque le bâilleur [agit ainsi], il ressemble dans le bâillement, au chien. Ce qui fait qu’il devient ainsi une chose sur laquelle [Satan] rit, de par le fait [que le bâillement] marque en lui une certaine défiguration dans cette situation. Et dans la version de Muslim : « Car Satan entre ... » peut être une chose prise véritablement [au sens propre du mot], même si Satan circule dans l’humain comme son sang puisqu’il ne l’en domine pas pour autant, aussi longtemps qu’il perpétuera la mention du nom d’Allâh - Ta’âla. Or celui qui bâille ne mentionne pas [Allâh], ce qui permet à Satan d’entrer en lui réellement.

Il est probable que par « entrer », on entend « posséder » puisque celui qui entre dans une affaire peut la maîtriser. Quant à l’ordre de mettre la main sur la bouche, il s’applique aussi bien dans le cas où la bouche est déjà ouverte que dans le cas où elle ne l’est pas encore. A la place de la main, on peut utiliser un pan de son vêtement ou ce qui y ressemble. L’usage de la main ne s’impose que quand le bâillement ne peut être empêché par un autre moyen. A cet égard, aucune différence n’existe entre le prieur et un autre. Mais le geste est plus exigé de la personne en prière, comme cela a déjà été dit. Ce cas est une exception à l’interdiction faite au prieur de mettre sa main à sa bouche. Il est encore recommandé au bâilleur d’arrêter sa récitation du Coran jusqu’à la fin du bâillement - Wa Allâhu A’lâm. [1]


Notes

[1] Rapporté par al-Bukhârî, n° 6226

[1] Kitâb « Fath ul-Bârî bi-Charh Sahîh al-Bukhârî » de l’Imâm Ibn Hadjar al-’Asqalânî, 14/124-127

source : Manhajulhaqq

Partager cet article
Repost0