Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 05:30

                                                                 http://a33.idata.over-blog.com/0/46/66/07/salam.gif    


Le Ghusl

 


 

 

 

بسم الله الرحمن الرحيم

 

 

Sheykh El Albani rahimahullah

 

 

gifs emails Le lavage majeur (Al Ghusl) veut dire : gifs emails

 

Que l’eau doit laver l’entièreté du corps et il est légiféré (mashru’), conformément à la parole d’Allah 'azza wa jall :

 

{ Et si vous êtes pollués ‘junub’, alors purifiez-vous (par un bain) }  (coran, 5 :6).

 

Ainsi que sa parole :

 

{ Et il t’interrogent sur la menstruation des femmes. Dis : « C’est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles se sont pures. » […] } (coran, 2 :222)

 

 


 

 

gifs emails Quand le lavage majeur (Al Ghusl) est obligatoire ? gifs emails  

 

Il est impératif de se laver (faire le ghusl) dans les cas suivants :

 

S’il y a éjaculation par désir, que cela soit pendant le sommeil ou l’éveil, que cela soit pour l’homme ou pour la femme. Conformément au hadith : «  L’eau est pour l’eau (le sperme) » [Sahih selon Albany]. Ainsi que le hadith suivant : « Oumm Soulaym a dit : « Ô Messager d’Allah ! Allah ne se gêne point de la vérité, est-ce que la femme doit se laver si elle fait des rêves (érotiques). » Il dit : « Oui, si elle voit le liquide.» » [Boukhary, Mouslim]

 

Mais si le sperme sort sans désir mais plutôt à cause d’une maladie ou du froid ; dans ce cas, le lavage majeur (al ghusl) n’est pas obligatoire, il nous est rapporté du Prophète Salla-llah allahi wa salam , d’après Ali radhiallahuanhu « Si le liquide (sperme) sort en effusion alors lave-toi » [Abou Daoud, Sahih selon Albany]

 

Lors de contact entre les deux organes sexuels. D’après la parole d’Allah 'azza wa jall 

 

{Et si vous êtes pollués ‘junub’, alors purifiez-vous (par un bain)}  (coran, 5 :6)

 

L’imam Shafi’i rahimahullah  a dit : « Dans la langue arabe le mot ‘Janâba’ (état d’impureté majeure) signifie réellement le coït ‘Al-janâba’ (rapport intime) même s’il n’y a pas d’éjaculation. Si on dit untel a commis avec une telle, cela veut dire qu’il  a fait le coït même s’il n’a pas éjaculé. »

 

La fin de période chez les femmes. Allah 'azza wa jall a dit :

 

{Et ils t’interrogent sur la menstruation des femmes. Dis : « C’est un mal. Eloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles se sont pures. » […]} (coran, 2 :222)

 

La mort d’un musulman. Il y a unanimité chez les savants pour dire que le lavage du musulman mort est une obligation.

 

Si on se convertie à l’islam. Lorsque Thumama Al-Hanafi radhiallahuanhu se convertie, il alla faire le bain rituel (al ghusl) et pria deux unités de prière (raka’tayn), Alors le Prophète Salla-llah allahi wa salam  dit : « L’islam de votre frère est bon » 

 

Le jour du Vendredi. Le Prophète Salla-llah allahi wa salam a dit : « Tout musulman doit accomplir le lavage majeur (Ghusl), porter le meilleur de ses habits et se parfumer s’il a de quoi le faire, le jour du vendredi. » [Boukhary, Mouslim]

 

 


 

 

gifs emails Quand le lavage majeur (Al Ghusl) est recommandé ? gifs emails

 

Pour les deux fêtes (Aïd-ayn)

 

Pour celui qui a lavé un mort

 

Entre chaque coït (rapport intime)

 

Pour la femme qui a des métrorragies  pour chaque prière

 

Pour celui qui a enterré un non musulman

 

 


 

 

gifs emails Quels sont les actes permis et interdit pour celui qui est en état d’impureté ‘janaba’ ? gifs emails

 

 

Permis : Réciter le coran, toucher le coran, lire le coran (Divergence)

 

Interdit : Faire la prière, tourner autour de la Ka’ba (Tawaf)

 

 


 

 

gifs emails Les piliers du lavage majeur ‘al Ghusl’ : gifs emails

 

Le lavage majeur ‘al ghusl’ légitime n’est vraiment effectué que si deux conditions sont remplies :

 

1 L’intention : Car c’est l’intention qui distingue l’adoration de toute autre habitude ‘’Âda’, et c’est une action qui n’est faite que par le cœur, et beaucoup de gens on l’habitude de la prononcer à haute voix, ils font là une innovation illégitime. Il faut donc l’abandonner et s’en éloigner.

 

2 Le lavage de tous les membres : Allah 'azza wa jall a dit :

 

{Et si vous êtes pollués ‘junub’, alors purifiez-vous (par un bain)} (coran, 5 :6)

 

 


 

 

gifs emails Les Sounna liés au lavage ‘ghusl’ gifs emails

 

1 Dire Bismile (Au nom de Dieu)

 

2 Se laver les mains trois fois

 

3 Se laver avec la main gauche les parties génitales

 

4 Faire ses ablutions complètement comme pour la prière

 

5 Verser trois fois de l’eau sur la tête en frictionnant (frottant) les cheveux pour que l’eau pénètre jusqu’aux racines

 

6 Puis verser l’eau sur tout le corps en commençant par le côté droit supérieur, ensuite côté gauche supérieur, puis côté droit inférieur et finalement le côté gauche inférieur. Essayer de bien frotter les aisselles, l’intérieur des oreilles, le nombril, les orteils et tout ce qui peut être nettoyé.

 

 

Il nous est rapporté de ‘Aisha radhiallahuanha la mère des croyants : «  Que le Messager d’Allah lorsqu’il faisait le lavage majeur ‘ghusl’ pour ce purifier de l’état d’impureté majeur ‘janâba’, commençait par se laver les mains puis il versait avec sa main droite de l’eau sur la main gauche pour laver sa verge. Puis il faisait ses ablutions comme pour la prière. Ensuite, il puisait de l’eau  et frictionnait ses cheveux jusqu’aux racines. Puis lorsqu’il était sûr que l’eau touchait sa peau, il versait de l’eau sur sa tête à trois reprises puis versait de l’eau sur tout son corps. » [Boukhary, Mouslim]

 

 


 

 

 gifs emails Spécificité pour les femmes gifs emails

 

Si elle a des tresses, elle n’est pas obligée de les défaire pour le lavage de l’impureté majeur ‘janâba’, il suffit qu’elle verse 3 fois de l’eau sur les cheveux et que l’eau atteigne la racine des cheveux.

 

Alors, qu’elle doit les dénouer pour le lavage des menstrues  

 

Il est recommandé pour la femme qui se purifie des menstrues (ou lochies)  qu’elle prenne un morceau de coton ou autre, d’y mettre du musc ou parfum et qu’elle le passe à l’endroit où le sang à coulé pour parfumé l’endroit et enlever la mauvaise odeur du sang.

   

 

La description des ablutions du Prophète Salla-llah allahi wa salam… », éditions Al-Sunna, Fiqh Al-Sunnah, Sayid Sabiq  & Cheikh Albany

 

 

http://a33.idata.over-blog.com/0/46/66/07/salam.gif

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 08:10

                           http://folk.uio.no/mahmooa/bilder/bismillah.gif
Ma mère n'avait qu'un seul oeil. Je la détestais... Elle était comme un fardeau. Elle cuisinait pour les élèves et les professeurs, pour apporter son soutien à la famille.

Mais il y a eu ce jour, pendant que j'étais en primaire, ma mère était venue me dire bonjour.
J'étais si embarrassé. Comment pouvait-elle me faire ca ?
Je l'ai ignoré, et je lui ai jeté un regard rempli de haine et je me suis enfui. Le lendemain, à l'école, un de mes camarades m'a dit : "heeee, ta mère n'a qu'un oeil !! ".

Je voulais me brûler tout entier.
Je voulais également que ma mère disparaisse !!
Donc je suis allé la voir ce jour, et je lui ai dit : "Si tu veux que je ris un peu, pourquoi tu ne meurs pas ???"

Ma mère n'a pas répondu...

Je n'ai pas eu le temps de penser, une seconde à ce que je disais, parce que j'étais sous l'emprise de la colère. Je m'en moquais éperdument de ses sentiments. Je voulais qu'elle s'en aille de cette maison, je ne voulais plus d'elle. Ainsi j'ai étudié très dur, et j'ai obtenu la chance d'aller à Singapour pour étudier.

Puis je me suis marié. Je me suis acheté moi-même, une maison. J'ai eu des enfants.
J'étais heureux de ma vie, de mes enfants, et de tout ce que j'avais. Jusqu'au jour où ma mère est venue me rendre visite. Elle ne m'avait pas vu depuis de très nombreuses années, et n'avait ni vu ses petits enfants.

Quand elle est arrivée sur le pas de la porte, mes enfants se sont moqués d'elle, et moi, je l'ai accusée d'être venue sans être invitée !

Je lui ai hurlé : "Comment oses-tu venir chez moi, et faire peur à mes enfants !! DEGAGE D'ICI, MAINTENANT !!" Et à cela, ma mère a calmement répondu : "Oh, je suis désolée. J'ai dû me tromper de maison." et elle a disparu jusqu'à ce que je ne la voie plus.

Un jour, une lettre à propos d'une réunion scolaire, est venue à la maison, à Singapour.
J'ai menti à ma femme prétextant un voyage touristique. Après la réunion, je suis allé à la vieille cabane, simplement par curiosité. Mes voisins m'ont dit qu'elle était morte.

Je n'ai pas versé une seule larme. Ils m'ont donné une lettre qu'elle voulait que je lise :

"Mon cher fils, Je pense à toi tout le temps. Je suis désolé d'être venue à Singapour et d'avoir fait peur à tes enfants. J'étais si heureuse quand j'ai appris que tu venais ici pour la réunion scolaire. Mais je ne pourrais pas me lever du lit cette fois ci, pour venir te voir.

Je suis désolée d'avoir été un fardeau constant pour toi, pendant que tu grandissais. Tu vois..... quand tu étais très petit, tu as eu un accident, et tu as perdu un oeil. En tant que mère, je ne supportais pas de te voir grandir avec un seul oeil. Alors je t'ai donné le mien. J'étais si heureuse de mon fils, qui grandissait et qui voyait un tout nouveau monde pour moi, à ma place, avec cet oeil.

Avec mon amour pour toi.

Ta mère."

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 05:30

 

Pourquoi nos invocations ne sont-elles pas exaucées ?
Shaykh Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaymîn

http://aslama.com/images/ecritures/bismillah.gif
Question : Comment se fait-il que des gens fassent des invocations et qu’elles ne soient pas exaucées ? Alors qu’Allah -qu’Il soit exalté et glorifié- dit : « Invoquez-moi je vous répondrai »

Réponse : La louange est à Allah Seigneur des mondes, et que les éloges et le salut d’Allah soient sur Muhammad, sa famille et ses compagnons. Et je demande à Allah pour moi et pour mes frères musulmans la réussite dans la droiture de la croyance, des paroles et des actes. Allah dit : « Et votre Seigneur dit: « Invoquez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M'adorer entreront bientôt en Enfer, humiliés. » (s40 v60)

Celui qui pose la question dit qu’il a invoqué Allah et Allah ne l’a pas exaucé. Cette réalité pose problème avec ce noble verset où Allah a promis qu’Il exaucerait celui qui l’invoque. Et Allah ne trahit pas Ses promesses. La réponse à cela est que l’exaucement possède des conditions qu’il faut respecter. Ces conditions sont :

fPremière condition : La sincérité (Al-Ikhlâs) envers Allah. La personne doit être sincère dans son invocation et doit se tourner vers Allah avec un cœur présent, étant véridique dans son recours à Allah, sachant qu’Allah est capable d’exaucer les invocations, espérant l’exaucement de la part d’Allah.

fDeuxième condition : Que la personne ressente au moment de son invocation qu’il a un grand besoin d’Allah, et même qu’il est dans la plus grande nécessité d’Allah. Et qu’Allah seul est Celui qui exauce les invocations de celui qui est dans le besoin s’il L’invoque, et dissipe les malheurs. Par contre si la personne invoque Allah en ressentant qu’elle peut se passer de Lui (Allah), et qu’elle n’est pas dans la grande nécessité d’Allah, et L’invoque seulement comme cela, par habitude, alors celui-ci n’est pas digne d’être exaucé.

fTroisième condition : Qu’il s’abstienne de la nourriture illicite. Car la nourriture illicite est une barrière entre la personne et l’exaucement, comme est rapporté dans un hadith sahih : le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : «Allah est bon et n’accepte que ce qui est bon. Et Allah a prescrit aux croyants ce qu’il a prescrit aux Envoyés. Allah dit : « Ô les croyants! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Allah, si c'est Lui que vous adorez. » (s2 v172) Et Allah dit : « Ô Messagers! Mangez de ce qui est permis et bon et faites du bien » (s23 v51) Puis le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) mentionna le cas de l’homme qui, prolongeant son voyage, tout ébouriffé et poussiéreux, tend les mains vers le Ciel (s’écriant) : « Ya Rabbi ! Ya Rabbi ! » (Ô mon Seigneur ! ô mon Seigneur !), alors que sa nourriture est illicite, sa boisson illicite, ses vêtements illicites et qu’il s’est nourri de choses illicites. Comment serait-il exaucé ? » [1].

 

 

Donc le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a exclu que soit exaucé cet homme qui a réalisé les causes apparentes par lesquelles on demande l’exaucement et qui sont :

pPremièrement : Le fait de lever les mains vers le Ciel, c’est-à-dire vers Allah. Car Allah est au Ciel, au dessus du Trône. Et tendre les mains vers Allah fait partie des causes de l’exaucement comme il est rapporté dans le hadith rapporté par l’Imam Ahmad dans son Musnad : « Allah est Hayyun (pudique, gêné) et Noble. Il est gêné, lorsque Son serviteur lève les mains vers Lui, de les laisser vides » [2]

pDeuxièmement : Cet homme a invoqué Allah par le nom « Rabb » (Seigneur-maître): « Ya Rabbi ! Ya Rabbi ! ». Et le rapprochement (l’imploration) d’Allah par ce nom fait partie des causes de l’exaucement. Car le Rabb est le Créateur, le Souverain, le Gérant de toutes les choses. Entre Ses mains sont les clés (les trésors) des cieux et de la terre. C’est pour cela que tu trouves que la plupart des invocations citées dans le Noble Coran contiennent ce nom :

« Seigneur (Rabb)! Nous avons entendu l'appel de celui qui a appelé ainsi à la foi: ‹Croyez en votre Seigneur› et dès lors nous avons cru. Seigneur (Rabb) !, pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits, et place nous, à notre mort, avec les gens de bien. Seigneur (Rabb)! Donne-nous ce que Tu nous a promis par Tes messagers. Et ne nous humilie pas au Jour de la Résurrection. Car Toi, Tu ne manques pas à Ta promesse›. Leur Seigneur les a alors exaucés (disant): ‹En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme, car vous êtes les uns des autres. » (s3 v193-195)

Et le rapprochement (l’imploration) d’Allah par ce nom fait partie des causes de l’exaucement.

pTroisièmement : Cet homme était en voyage. Et le voyage, le plus souvent, est parmi les causes de l’exaucement. Car l’individu, en voyage, ressent qu’il est dans le besoin et dans la nécessité d’Allah, plus que s’il était installé avec sa famille. Et il est ébouriffé et poussiéreux comme s’il ne se préoccupait pas de sa personne. C’est comme si la chose la plus importante pour lui était qu’il se tourne vers Allah et l’invoque quel que soit l’état dans lequel il se trouve. Qu’il soit ébouriffé et poussiéreux, ou qu’il soit dans l’aisance. Et le désordre (dans ses cheveux) et la poussière ont une conséquence dans l’exaucement. Comme il est rapporté dans le hadith du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) : « Apportez moi toute personne ébouriffée, poussiéreuse, exposée au soleil, de toutes parts » [3]

Ces causes de l’exaucement n’ont servi à rien. Cela, car sa nourriture est illicite, ses vêtements sont illicites et qu’il s’est nourri de choses illicites. Le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Comment serait-il exaucé ? ». Donc ces conditions d’exaucement, si elles ne sont pas remplies, alors l’exaucement apparaît éloigné (difficile). Et si elles sont remplies et qu’Allah n’a pas exaucé celui qui invoque, alors cela est pour une sagesse qu’Allah connaît, et que ne connaît pas celui qui invoque. Et il se peut que vous aimiez quelque chose et qu’elle soit un mal pour vous. Et si ces conditions sont remplies et qu’Allah n’exauce pas l’invocation, c’est soit qu’Allah repousse de lui un mal plus grand, ou qu’Il la préserve pour lui, pour le Jour du Jugement et Il l’acquittera de sa récompense qui sera alors multipliée. Car cette personne qui a invoqué en respectant les conditions et qui n’a pas été exaucée, et dont aucun mal plus grand n’a été détourné de lui, il se peut qu’elle ait accompli les causes et que la réponse à son invocation ait été empêchée par une sagesse. Il lui sera alors donné deux récompenses : une fois pour son invocation, et une fois pour le malheur de ne pas avoir été exaucé. Allah lui garde auprès de Lui quelque chose de plus grand et de plus parfait.

Et il est aussi important que la personne ne trouve pas longue la réponse à son invocation. Cela fait aussi partie de ce qui empêche l’exaucement comme il est rapporté dans le hadith : le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Chacun de vous est exaucé tant qu’il ne se montre pas impatient ». On lui dit : « Comment se montre-t-il impatient ô messager d’Allah ? ». Il répondit : « En disant : j’ai invoqué, j’ai invoqué et j’ai invoqué et je n’ai pas été exaucé » [4]. Il ne faut donc pas que la personne trouve longue la réponse à son invocation et qu’il soit déçu et délaisse l’invocation. Au contraire, qu’il persiste dans l’invocation. Car toute invocation que tu fais à Allah est une adoration qui te rapproche d’Allah et qui augmente ta récompense. Donc à toi, ô frère, d’invoquer Allah dans toutes tes affaires, générales et particulières, les plus difficiles et les plus aisées. Et si l’invocation n’était seulement qu’adoration d’Allah, il serait digne pour la personne de veiller à elle. Et Allah est celui qui accorde le succès.

 

Notes de bas de page :

[1] Muslim,[2] Ahmad, At-Tirmidhî,[3] Muslim,[4] Al-Bukhâri, Muslim

Source : Fatâwa Arkân Al Islam, p52-56
Traduit par Abû Bilâl Al Jazâ-irî
Revu par les Salafis de l’Est

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 05:30
coquille-arabe.gif
Pole d'attraction des regards


Etoile au milieu d'un ciel noir

Tu aimes la pudeur
Et le voile sans peur


Tes vêtements sont desents

Ton esprit innocent

Tu agis avec tendresse

Et t'exprime avec sagesse



Tu es la plus vertueuse

En exerçant tes actions pieuses

Tu agis avec simplicité

Et offres avec générosité



Trésor soigneusement gardé

Bijoux discrètement enveloppés

Tissus joliment tissés

MUSULMANE fièrement voilée
Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 08:54

                                    L' hiver c'est le printemps du croyant
l-hivers.jpg
Toutes les louanges appartiennent à Allah, Le Tout miséricordieux, Le Bon, qui de part Sa bonté nous a facilité des périodes pour y accomplir des actes de bien, Il nous y a promis d'énormes récompenses.


Sachez mes frères et mes soeurs que nos pieux prédécesseurs étaient très heureux lorsque l'hiver entrait...


Savez vous pourquoi?


Parce que ils couraient pour tirer profit de cette saison et y gagner l'agréement de leur seigneur ainsi que son paradis.

Comment s'y prenaient ils pour tirer profit de cette saison? Lisez ce qui suit..

Hassan Al Basri a dit :


"Quel bonne saison pour le croyant que l'hiver. Ses nuits sont longues, il prie [durant celles ci]


et ses journées sont courtes, il jeûne [durant celles ci]"


Quand l'hiver venait, 'Ubeyd ibn 'Umayr disait :


"Ô gens du Coran, vos nuits se sont allongées pour vos lectures, lisez donc. Vos journées se sont raccourcies pour votre jeûne, jeûnez donc."


Que le musulman ne laisse donc pas ces périodes de bien lui passer sous le nez et qu'il invoque constamment son seigneur afin qu'Il aide à tirer profit de ces périodes et qu'elles ne lui passent pas sous le nez. Surtout en ce moment où nous nous trouvons, les 10 premiers jours bénis de dhoul hijja.


Yahya ibn Mouhaadh a dit :


"Les nuits sont longues, ne les raccourcis pas par ton sommeil. L'islam est pur, ne l'entache pas par la souillure de tes pêchés."

 

source : fourqane

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 10:12

COMPORTEMENT A AVOIR 

EN CAS DE PLUIE

 

http://muttaqun.com/stationery/mustardflowers/Bismillah6-trnsp.gif

 

Anas radhiallahuanhu rapporte : ” Un jour alors que nous étions avec le messager d'Allah, il plut. Il releva donc son habit de telle sorte que la pluie le mouille. On lui demanda la raison pour laquelle avait fait cela. Il répondit « car elle provient d'Allah.»

Abu Dawud n°5100, Ahmad Vol3/133 et 267, An-nassaî dans Al Kubrah n°1849, Al Bukhari dans Adab Al Mufrad n°571 et Ibn Abi Assim dans son ouvrage As-sunah Vol 3/464

Quelques points à retenir du Hadith :

 

L'eau de la pluie est pure et bénie, notamment parce qu'elle n'a pas encore touché de terre sur laquelle on a désobéit à Allah.
(Sharh Sahih Muslim du Sheikh Ar-rajahi).

 

Le fait que le prophète Salla-llah allahi wa salam n'a pas ordonné aux compagnons de faire comme lui prouve que cela n'est pas obligatoire mais recommandé.
(Sharh Bulugh Al Maram du Sheikh Othaimine)

 

L'Imam An-nawawi a dit :
” Et dans ce Hadith il y a la preuve sur laquelle se base nos compagnons, pour affirmer qu'il est recommandé au début de la pluie de dévoiler une partie du corps

 

Le Sheikh Abdul Aziz Ibn Baz rahimahullah [dans son recueil de Fatawa Vol 13 p 64] affirme :

” Ceci prouve qu'il est recommandé à l'homme de dévoilé une partie de son corps tels que le bras ou sa tête et de le laisser mouillé par la pluie comme l'a fait le messager d'Allah Salla-llah allahi wa salam. Ce qui est légiféré, c'est donc que le musulman retire par exemple son turban de la tête ou qu'il retrousse la manche de son vêtement afin que la pluie mouille sa tête, son bras, le tibia et ainsi de suite parmi les membres dont il est permis de montrer devant les gens comme le pied, le tibia, la tête, la main….”

 

Sheikh Salih Al Fawzan hafidhahullah explique [dans son Sharh Bulugh Al Maram commentaire du Hadith 541 du Chapitre de la pluie]: ” L'eau de la pluie est bénie et pure, pour cette raison il est recommandé au musulman, de sortir par exemple au début de la pluie et de mouiller une partie de son corps (tête, main ou pieds..) puis de prononcer l'invocation que le messager d'Allah Salla-llah allahi wa salam prononçait lorsqu'il pleuvait “
Après avoir mis en pratique cette sunnah, le Musulman prononce ensuite l'invocation de la pluie qui est la suivante :


“Ô Seigneur ! Que ce soit une pluie utile !”


اللّهُمَّ صَيِّـباً نافِـعاً  Allâhumma sayyiban nâfi'an.

autre que la 'Awrah afin de l'exposer à la pluie. [..]”

Et après la pluie, le croyant dit :

“Nous avons reçu la pluie grâce à la bonté d'Allah et Sa miséricorde.”

مُطِـرْنا بِفَضْـلِ اللهِ وَرَحْمَـتِه Mutirnâ bi-fadli l-lâhi wa rahmatihi

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 09:20

                                                                 http://www.moe.edu.bn/jpk/g7/Suhaili/Images/Bismillah.gif
Les effets des péchés
Al-imam Ibn Qayyim Al-Jawziyyah



fUN: Un obstacle à la connaissance: La connaissance est une lumière qu'Allah jette dans le cœur et la désobéissance éteint cette lumière.
L'imam Shafi'i a dit: ' je me suis plaint à Waki' de la faiblesse de ma mémoire, aussi il m'a commandé d'abandonner la désobéissance. Et m'a informé que la connaissance est une lumière. Et que la lumière d'Allah n'est pas donnée au désobéissant '
barre1.gif
fDEUX: Un obstacle à la suffisance: Seule laTaqwa (crainte pieuse) conduit à la suffisance, l'abandon de Taqwa cause la pauvreté. Il n'y a rien qui puisse apporter la suffisance comme l'abandon de la désobéissance.
barre1.gif
fTROIS: Un obstacle à l'obéissance (à Allah). S'il n'y avait aucune autre punition pour le péché que le fait qu'il empêche l'obéissance à Allah, alors ce serait suffisant.
barre1.gif
fQUATRE: La désobéissance affaiblit le cœur et le corps. L'affaiblissement du cœur est quelque chose de clair. La désobéissance ne cesse de l'affaiblir, jusqu'à ce que la vie du cœur cesse complètement.
barre1.gif
fCINQ: La désobéissance réduit la durée de vie et détruit toutes les bénédictions. Tout comme la droiture augmente la durée de vie, les péchés la réduisent.
barre1.gif
fSIX: La désobéissance sème ses propres graines et donne naissance à elle-même jusqu'à ce qu'il soit difficile au serviteur de se séparer d'elle et d'en sortir.
                    
barre1.gif
fSEPT: Les péchés affaiblissent la volonté et les décisions du cœur, de sorte que le désir pour la désobéissance devienne fort et le désir du repentir devienne de plus en plus faible, jusqu'à ce que le désir du repentir disparaisse complètement du cœur.
barre1.gif
fHUIT: Chaque type de désobéissance est un héritage d'une nation parmi les nations qu'Allah Azzawajall a détruit. La sodomie est un héritage du peuple de Lot, prendre plus que son dû et en donner moins est un héritage du peuple de Shu'ayb, chercher la grandeur sur la terre et causer la corruption est un héritage du peuple de Pharaon et l'orgueil, l'arrogance et la tyrannie sont un héritage du peuple de Hud. Ainsi le pécheur s'apparente à ces peuples qui étaient les ennemis d'Allah.
barre1.gif
fNEUF: La désobéissance est une raison pour laquelle le serviteur est tenu dans le mépris de son seigneur. Al-Hasan al-Basri (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit: Ils sont devenus méprisables (à Ses yeux) ainsi ils Lui ont désobéi. S'ils avaient été honorables (à Ses yeux) Il les aurait protégés. Allah l'Exalté dit: 'et quiconque Allah avilit n'a personne pour l'honorer. ' [Hajj 22:18 ]
barre1.gif
fDIX: Les mauvais effets du pécheur retombent sur ceux qui sont près de lui mais aussi les animaux qui sont touchés par le mal.
barre1.gif
fONZE: L'adorateur continue à commettre des péchés jusqu'à ce qu'ils deviennent très faciles pour lui et semblent insignifiants dans son cœur, et c'est un signe de destruction. Chaque fois qu'un péché devient insignifiant aux yeux de l'adorateur il devient grand aux yeux d'Allah. Ibn Mas'ud a dit: En effet, le croyant voit ses péchés comme s'il se tenait au pied d'une montagne craignant qu'elle ne tombe sur lui et le pécheur voit ses péchés comme une mouche qui passe par son nez, qu'il essaie de chasser en agitant sa main. [Al-Bukhari]
barre1.gif
fDOUZE: La désobéissance amène l'humiliation et la bassesse. L'honneur, lui, est dans l'obéissance à Allah. Abdullah Ibn al-Mubarak a dit: ' j'ai vu que les péchés tuent les cœurs. Et l'humiliation vient de leur continuité. L'abandon des péchés donne vie aux cœurs. Et la protection de votre âme est meilleure pour lui. '
barre1.gif
fTREIZE: La désobéissance altère l'intellect. L'intellect a une lumière et la désobéissance éteint cette lumière. Lorsqu'on éteint la lumière de l'intellect, il devient faible et déficient.
barre1.gif
fQUATORZE: Quand la désobéissance augmente, le cœur de l'adorateur est scellé de sorte qu'il devient comme ceux qui sont insouciant. L'Exalté dit:

'Pas du tout, mais ce qu'ils ont accompli couvre leurs cœurs.' [Al-Mutaffifun 83:14 ]
barre1.gif
fQUINZE: Les péchés produisent divers types de corruption sur la terre. Corruption des eaux, de l'air, des plantes, des fruits et des lieux de résidence. L'Exalté dit:

'La corruption est apparue sur terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains, afin qu'[Allah] leur fasse goûter une partie de ce qu'ils ont œuvré ; peut-être reviendront-ils (vers Allah).' [Ar-rum 30:41]
barre1.gif
fSEIZE: La disparition de la modestie qui est l'essence de la vie du cœur et la base du bien. Sa disparition est la disparition de tout ce qui est bon. On rapporte dans un hadith authentique que le messager (salallahu 'alayhi wa salam) a dit: 'La modestie c'est la bonté ' [Al-Bukhari et Muslim]. Un poète a dit:

' et par Allah, il n'y a rien bon dans la vie ou dans le monde quand la modestie disparaît. '
barre1.gif
fDIX-SEPT: Les péchés affaiblissent et réduisent la munificence d'Allah, le Puissant dans le cœur de l'adorateur.
barre1.gif
fDIX-HUIT: Les péchés sont les causes par lesquelles Allah oublie Son serviteur, l'abandonne et le laisse seul avec son âme et son shaytan. Et c'est la destruction de laquelle on ne peut espérer aucune délivrance.
barre1.gif
fDIX-NEUF: Les péchés sortent le serviteur du royaume de l'ihsan (faire le bien) et on l'empêche d'obtenir la récompense de ceux qui font le bien. Quand l'ihsan remplit le cœur il empêche la désobéissance.
barre1.gif
fVINGT: La désobéissance fait cesser les faveurs (d'Allah) et rendent Sa vengeance légitime. Aucune bénédiction ne cesse d'atteindre un serviteur excepté en raison d'un péché et aucun châtiment n'est rendu légitime qu'en raison d'un péché. Ali (ra) rapporte : Aucune épreuve n'est descendue qu'en raison d'un péché et elle (l'épreuve) n'est repoussée que par le repentir. Allah l'Exalté dit:

'Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis. Et Il pardonne beaucoup. ' [ As-Shura 42:30 ]

'Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant qu'ils ne changent ce qu'il y a en eux-mêmes. ' [Al-Anfal 8:53 ]


Source: livre de ibn al-qayim Al-Jawab al-Kafi

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 05:30

                                     http://www.h2rc2.com/caironaqshbandi/assets/bismillah.gif

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 08:39

                                                                 Image du Blog stephanie78.centerblog.net

Voici un récit de gens qui étaient sincères avec Allah, et qu’Allah 'azza wa jall a crus, dont Il a accepté le repentir et dont Il a pardonné tous les péchés.
trés belle et touchante histoire


L’histoire des trois Compagnons qui restèrent en arrière lors de l’expédition de Tabuk.

Ka’b Ibn Mâlik radhiallahuanhu a dit :

Je n’ai faussé compagnie au Messager d’Allah saw dans aucune de ses campagnes sauf dans celle de Tabûk.
Je n’ai pas participé à la bataille de Badr et, néanmoins, aucun de ceux qui s’en étaient absentés ne reçut pour cette raison de reproche.


Le Messager d’Allah saw n’était alors sorti avec les musulmans qu’à la recherche de la caravane (commerciale) de Quraysh, jusqu’à ce qu’Allah les mît face à leur ennemi, sans préavis. Mais j’étais présent avec le Messager d’Allah saw durant la nuit d’Al-Aqaba où nous avons scellé notre pacte sur l’Islam.
Et je ne voudrais pas échanger un tel honneur en contrepartie de ma participation à la bataille de Badr, bien que les gens la mentionnent plus souvent que le pacte d’Al-Aqaba en question.

En ce qui concerne l’histoire de ma défection de l’expédition de Tabûk, je n’ai jamais été aussi fort ni aussi riche que lorque j’y fis défaut. Par Allah, je n’avais jamais réussi à avoir deux montures à la fois avant cela ; par contre, cette-fois-là, j’avais réussi à les possèder.

Le Messager d’Allah saw entreprit cette expédition dans la période de très fortes chaleurs. Il se préparait pour un long voyage dans un immense pays désertique et aride. Il devait rencontrer également un grand nombre d’ennemis.
Aussi, cette fois-ci, Il informa les musulmans de leur destination afin qu’ils prennent leurs dispositions. Les musulmans étaient nombreux avec le Messager d’Allah saw sauf qu’il n’existait aucun registre qui les mentionnent.

Ka’b poursuit en disant :

Celui qui voulait s’absenter avait la certitude de passer inaperçu, à moins qu’Allah exalté ne fasse une révélation coranique à son sujet. Le Messager d’Allah saw
entreprit cette expédition lorque les fruits et l’ombre étaient bien tentantes.
Et en effet, j’avais envie de profiter de ces fruits et de cette ombre.
Le Messager d’Allah saw s’était préparé ainsi que les musulmans avec lui. Quand à moi, je sortais chaque jour pour m’équiper mais je rentrais sans n’avoir rien fait, me disant à chaque fois que je pourrais le faire l’heure venue.

Cette situation dura à tel point que les musulmans s’étaient déjà sérieusement équipés et, le lendemain matin, le Messager d’Allah saw prit la route et les musulmans avec lui, alors que je n’avais toujours rien préparé. Puis je continuais à sortir de chez moi et je rentrais également sans avoir rien fait ; cela dura jusqu’à ce qu’ils eurent pris une grande avance sur moi.
Et puis, je voulus partir les rattraper -si seulement je l’avais fait- mais tel ne fut pas mon destin. Après le départ du Messager d’Allah saw , lorsque je sortais de chez moi, cela me mettait en peine de me voir semblable à une personne connue pour son hypocrisie, ou à une personne qu’Allah avait exempté pour cause de maladie ou de viellesse.


Le Messager d’Allah saw ne se rappela de moi qu’à son arrivée à Tabûk. Il dit aux gens alors qu’Il était assis parmis eux :
"Qu’a donc fait Ka’b ibn Mâlik ?"

Un homme de la tribu des Banû Salamâ dit :

"Ô Messager d’Allah ! Ce qui l’a retenu, c’est la beauté de ses habits et sa vanité."

Alors Mu’âdh ibn Jabal rahimahullah lui dit :

"C’est mal ce que tu viens de dire là ! Ô Messager d’Allah ! Je jure par Allah, nous ne connaissons de lui que du bien."

Le Messager d’Allah saw ne dit rien. Dans ces entrefaits, Il vit à l’horizon un homme portant des habits blanc
s s’avançant dans le mirage.
Le Messager d’Allah saw dit :

"Sois Abû Khaythama !"

et ce fut effectivement Abû Khaythama Al-Ansârî, celui qui avait fait l’aumône de quelques poignées de dattes et dont les hypocrites s’étaient moqués.


Ka’b poursuivit son récit :

Lorque j’appris que le Messager d’Allah était sur le chemin du retour de l’expédition de Tabûk, un grand chagrin me prit et je songeait à trouver quelque mensonge pour me tirer d’affaire, en disant à moi-même :

"Comment pourrai-je bien échapper à sa colère demain ?"

et je pris pour cela conseil auprès des gens avisés de ma famille.

Et lorsque l’on m’annonça l’arrivée imminente du Messager d’Allah saw , toute idée de mensonge se dissipa de mon esprit à tel point que je savais que rien ne pourrait m’épargner son courroux.
Alors, je me décidai à lui dire la vérité.


Le lendemain matin, le Messager d’Allah saw arriva, et il avait l’habitude quand Il rentrait d’un voyage de commencer par la mosquée pour y prier deux Rak’ât et puis de s’asseoir pour accueillir les gens.

Dès qu’Il eut fini sa prière, ceux qui n’avaient pas participé à l’expédition vinrent à lui pour lui présenter leurs excuses et jurer de leur bonne foi. Ils étaient un peu plus de quatre-vingt hommes.

Le Messager d’Allah saw accepta d’eux leur état apparent et leur serment d’allégeance et implora pour eux le pardon d’Allah, tout en confiant à Allah le soin de les juger pour leurs sentiments cachés.
C’est alors que j’arrivai et lorsque je le saluai, Il me sourit avec le sourire d’un homme irrité, puis il me dit :
"viens ici !"

Je m’avançai donc jusqu’à m’assoir devant lui. Il me dit :

"Qu’est ce qui t’a retenu ? n’avais-tu pas acheté ta monture ?"

Je dis :

"Ô Messager d’Allah ! Par Allah, si je me trouvais en présence d’une autre personne que toi parmi tous les habitants de ce monde, j’échapperais certainement à sa colère par quelque excuse car effectivement, je suis un bon polémiste.
Mais par Allah, je sais bien que si je te raconte aujourd’hui un mensonge pour obtenir ta satisfaction, Allah attirerait certes, sur moi ta colère.
Par contre, si je te dis la vérité qui engendrera ton courroux contre moi, je pourrai espérer par là une fin heureuse de la part d’Allah (exalté soit’Il).
Par Allah, je n’ai aucune excuse et je n’ai jamais été aussi fort, ni aussi aisé qu’au moment où je suis resté en arrière sans participer à l’expédition."


Le Messager d’Allah saw dit :

"Quand à celui-là, il a dit la vérité. Lève-toi, et attends qu’Allah décide à ton sujet ce qu’Il voudra"

Je sortis et des hommes de la tribu des Banû Salama me suivirent et me dirent :

"Par Allah, nous n’avons jamais appris que tu avais commis de péché avant celui-là. Or, tu aurais pu t’excuser auprès du Messager d’Allah comme l’avaient fait ceux qui ont manqué à l’appel.
Il t’aurait amplement suffi que le Messager d’Allah saw demande le pardon [d’Allah] pour ton péché."

Il dit :
Par Allah, Ils ne cessèrent de me faire des reproches jusqu’à ce que j’eus envie de retourner auprès du Messager d’Allah saw pour revenir sur mes premières paroles.

Puis je leur demandai :

"Est-ce qu’il y a quelqu’un d’autre que moi qui se trouve dans mon cas ?"

Ils dirent :

"Oui, il y a deux hommes qui tinrent les mêmes propos que toi et ont eu la même réponse."

Je dis :

"Qui sont-ils ?"

Ils dirent :

"Marâra ibn Ar-RabîaAL-Âmirî et Hilâl ibn Umayya Al-Wâqifi."

Il dit :

Ils m’ont cité deux hommes vertueux qui avaient participé à la bataille de Badr et qui étaient dignes d’être pris en exemple. Et quand on me les cita, je m’en allai.

Il continua son récit :

Le Messager d’Allah saw avait ordonné aux musulmans de ne plus adresser la parole à aucun des trois de ceux qui étaient restés en arrière.
Les gens nous évitaient et ils changèrent leur attitude envers nous à tel point que la terre elle-même ne m’était plus reconnaisable. Nous restâme dans cet état cinquante nuits.

Quand à mes deux compagnons, ils se résignèrent à leur sort, gardèrent leurs maisons et passaient leur temps à pleurer. En ce qui me concerne, j’étais le plus jeune et le plus énergique des trois.
Je sortais pour faire la prière avec les musulmans et je me promenais dans les marchés ; cependant, personne ne m’adressait la parole. Et j’allais souvent trouver le Messager d’Allah saw , je le saluai quand il était assis après la prière.

Je me demandais en moi-même :

"Est-ce qu’il avait bien remué les lèvres pour répondre au salut ou non ?
Puis je priais tout près de lui pour le dérober du regard. Quand je me concentrais dans ma prière, il me regardait et quand je me tournais vers lui, il se détournait de moi."


Quand l’éloignement des musulmans dura trop longtemps pour moi, je marchai jusqu’à ce que j’escaladai le mur du jardin d’Abû Qatâda.
Il était mon cousin et l’un de mes plus chers ami. Je le saluai. Par Allah, il n’avait même pas pris la peine de me rendre le salut.

Je lui dis :

"Ô Abû Qatada ! Je te conjure au nom d’Allah, ne sais-tu pas que j’aime Allah et Son Messager."

Il se tut. Je revins de nouveau en lui posant la même question et il se tut également. J’insistai encore une fois,

Il me dit alors :

"Allah et Son Messager le savent mieux que moi".

Mes yeux fondirent en larmes et je m’en allai en escaladant à nouveau le mur. Pendant que je traversai le marché de Médine, un Nabatéen (paysan) de Syrie parmi ceux venus vendre des vivres, se mit à demander aux gens :

"Qui peut me montrer où se trouve Ka’b ibn Mâlik ?"

Aussitôt que les gens me désignèrent à lui, il s’avança vers moi et me remit une lettre du roi de Ghassân. Je savais lire et je lus cette lettre.

Elle contenait les propos suivant :

"Soit, nous avons eu connaissance que ton compagnon s’est détourné de toi, alors qu’Allah ne t’a jamais placé dans une position d’abandon ou d’humiliation. Rejoins-nous donc et nous te consolerons."

Je dis :


"Ceci est encore l’une de ces nombreuses épreuves que me touchent."

Et je jetai la lettre dans le four à pain. Ainsi quarante jours sur les cinquante étaient déja passés, et la révélation d’Allah tardait à venir.


C’est alors qu’un émissaire du Messager d’Allah saw vint me dire :

"Le Messager d’Allah t’ordonne de te séparer de ta femme."

"Dois-je la répudier, ou que dois-je faire ?" lui dis-je.

Il dit :

"Non, mais isole-toi d’elle et ne l’approche plus."

Il envoya le même message à mes deux compagnons.

Je dis à ma femme :

"Rejoins ta famille et reste chez eux jusqu’à ce qu’Allah prononce Son jugement dans cette affaire."

La femme de Hilâl ibn Umayya vint au Messager d’Allah saw et lui dit :

"Ô Messager d’Allah ! Hilâl ibn Umayya est un vieillard fatigué ne possédant aucun domestique. Te déplairait-il que je continue à le servir ?"

Il dit :

"Non, mais qu’il ne t’approche pas."

Elle dit :

"Par Allah, il n’a envie de rien et par Allah, il n’a pas cessé de pleurer depuis le début de cette affaire jusqu’à ce jour."

Certains membre de ma famille me dirent :

"Pourquoi ne demandes-tu pas au Messager d’Allah saw la permission de garder ta femme étant donné qu’il a autorisé la femme de hilâl ibn umayya de le servir ?"

Je dis :

"Je ne demanderai nullement la permission au Messager d’Allah saw de la garder et comment me répondra t’il si je lui demande cette permission alors que je suis un homme jeune et fort ?"

Je restai comme cela durant dix nuit, et ainsi s’achevèrent les cinquante nuits au cours desquelles il était il était interdit de nous parler.
Puis je fis la prière de l’aube de la cinquantième nuit sur le toit de l’une de nos demeures. Alors que je me sentais opressé tel qu’Allah l’a décrit dans son livre :


"...Si bien que toue vaste qu’elle fût, la terre leur paraissait exiguë..."

(Le repentir, v118)


J’entendis la voix de quelqu’un qui criait du sommet du mont Sala’ d’une voix très forte :

"Ô Ka’b inb Mâlik ! réjouis-toi de la bonne nouvelle !"


Je me jetai en prosternation sachant que l’heure de la délivrance était venue. Le Messager d’Allah saw avait annoncé lors de la prière de l’aube qu’Allah (béni soit-Il), avait bel et bien agréé notre repentir.

Les hommes partirent pour nous annoncer la bonne nouvelle ; un groupe de gens alla l’annoncer à mes deux compagnons tandis qu’un cavalier se lançait à ma rencontre au galop.
Un autre homme de la tribu d’Aslam se dirigea à toute vitesse vers moi, gagna le mont et sa voix fut plus rapide que le cheval. Lorsque vint à moi celui dont j’avais entendu la voix annonciatrice de bonne nouvelle, je lui donnai les deux tuniques que je portai, en remerciement.


Par Allah, je ne possédais que celles-là ce jour-là. Je dus emprunter deux vêtements pour me couvrir. Dès lors, je partis voir le Messager d’Allah saw .


Cependant, les gens m’accueillaient par groupes pour me féliciter du repentir et me disaient :

"Réjouis-toi qu’Allah a accepté ton repentir."


Finalement, j’entrai à la mosquée ; le Messager d’Allah y était assis au milieu des gens. Talba ibn ubaydillah radhiallahuanhu se leva et se précipita à ma rencontre.
Il me serra la main et me félicita. Par Allah, aucune autre personne parmi les Muhâjirîn ne se leva pour se porter à ma rencontre sauf lui. Je n’ai jamais oublié ce geste amical de Talha.


Ka’b dit :

Aussitôt que j’eus salué le Messager d’Allah saw , son visage rayonnait de joie.

Il me dit :


"Réjouis-toi du plus beau jour que ta as passé depuis que ta mère t’a enfanté !"


Je dis :

"Ce pardon provient-il de toi, ô Messager d’Allah ou est -il de la par d’Allah ?"


Il dit :

"Plutôt de la part d’Allah."


Et nous savoins bien que lorsque le Messager d’Allah saw était content son visage s’illuminait comme une face de la lune dans son éclat.

Et une fois assis devant lui, je lui dis :

"Ô Messager d’Allah ! Mon repentir m’incite à faire l’aumone de tout ce que je possède pour Allah et son Messager."


Le Messager d’Allah saw dit :

"Garde une partie de tes biens, cela est préférable pour toi."


Je dis :

"Je garde donc ma part de butin de Khaybar."


Je dis ensuite :

"Ô Messager d’Allah ! Allah exalté m’a sauvé par ma sincérité, et comme preuve de mon repentir, dorénavant, je ne dirai plus que la vérité jusqu’à la fin de mes jours."


Par Allah, je n’ai connu jusqu’à ce jour, aucun musulman auquel Allah ait accordé la grâce d’être plus sincère que moi depuis que j’ai dit cela au Messager d’Allah saw , et je n’ai jamais eu l’intention de dire des mensonges, et j’espère qu’Allah me préservera pour les jours qui me restent à vivre.


Il dit :

Allah exalté fit alors descendre ces versets :


"Allah a agréé le repentir du Prophète, des Muhâjrîn et des Ansâr qui l’ont suivi dans les moments difficiles après que les coeurs d’un groupe d’entre eux étaient sur le point de dévier. Puis Il accueillit leur repentir car Il est Compatisant et Miséricordieux à leur égard. Et les trois qui avaient été laissés de côté, si bien que toute vaste qu’elle fût, la terre paraissait exiguë, ils se sentaient à l’étroit..."


jusqu’à ce qu’il arrivât à ces paroles :

"Ô vous qui avez cru ! Craignez pieusement Allah et soyez avec les véridiques."

(Le repentir, v 117-119)


Ka’b dit :

"Par Allah, je nai jamais reçu d’Allah une plus grande grâce qu’il m’ait guidé vers l’Islam, que celle d’avoir été sincère avec le Messager d’Allah saw et de ne pas lui avoir dit de mensonges aui auraient causé ma perte comme cela s’est produit avec ceux qui avaient menti."


Allah exalté a révélé à propos de ceux qui avaient menti, la chose la plus dure qu’Il ait dite à propos de que quelqu’un :

"Ils vous ferons des serments par Allah, quand vous rentrerez vers eux afin que vous les excusiez. Détournez-vous d’eux car ils sont une impureté et leur refuge est l’Enfer, en rétribution de ce qu’ils acquéraient. Ils vous font des serments pour que vous les agréiez ; même si vous les agréez, Allah n’agrée pas les gens pervers."

(Le repentir, v95-96)

Ka’b dit :

"Nous étions nous les trois mis à l’écart de ceux qui avaient juré de leur sincérité au Messager d’Allah , lequel accepta leurs excuses et leur serment d’allégeance et pria pour leur pardon.
Quand à nous, il avait laissé notre cas en suspens jusqu’à ce qu’Allah décidât de notre sort."


Allah exalté avait alors dit :


"Et [Il accueillit le repentir]des trois qui avaient été laissés de côté..."

(Le repentir, v118)


Le verset ne signifie pas que nous étions resté en arrière lors de l’expédition de Tabûk, mais que nous avions été laissés de côté par rapport à ceux qui avaient faussement juré de leur sincérité. (Bukhari,Muslim)
Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 08:52

                Pourquoi nous a t'on donnée 2 oreilles et 1 seule bouche ? (réponse)
index.jpg

D'après Abu houreira radhiallahou'anhou, le messager d'ALLAH ta'ala , sallALLAH a'lihi wa salim a dit: "QUE celui qui croit en ALLAH ta'ala et au jour dernier dise du bien ou qu'iL se TAISE.." sahih boukhari (6475), mouslim (74)


An nawawi a dit dans Charhoul Arbain en commentant ce hadith: "Ach chafii a dit: Ce hadith v
eut dire que s'il veut parler, qu'il reflechisse d'abord.Dans le cas où il ne voit aucun préjudice à cela, qu'il parle, mais s'il y voit un préjudice ou bien à quelques doutes, qu'il s'abstienne."

On rapporte que certains savants ont dit : "Si vous achetiez du papier pour les Anges qui consignent vos paroles, vous éviteriez beaucoup de paroles."


L'imam Abu hatim ibn hibban Al bassati a écrit dans son livre Rawdatoul Ouqala wa Noouzhatoul Foudhala (page 45): "Il incombe à la personne douée de raison de garder le silence jusqu'à ce qu'elle soit obligée de parler; qu'ils sont nombreux , ceux qui regrettent après avoir parlé, et peu nombreux, ceux qui regrettent d'avoir gardé le silence..La personne dont le malheur est le plus durable et dont l'épreuve est la plus grande est celle dont la langue est bavarde".

Il poursuit p 47, "ce qui incombe à tout individu doué raison, c'est d'être juste envers ses oreilles par rapport à sa bouche, et de savoir que si on lui a donné deux oreilles et une seule bouche, c'est justement pour qu'il écoute plus qu'il ne parle;parce que si il parle , peut être qu'il éprouvera des regrets mais si ne parle pas, il n'aura rien à regretter.Et il est plus en mesure de se prémunir contre ce qu'il n'a pas dit que contre ce qu'il a dit. Dès qu'il profère un mot, ce dernier devient son maitre, mais s'il ne le prononce pas, c'est lui qui en est maitre".

Puis on lit plus loin page 49, "La langue de la personne sensée se trouve derrière son coeur.Lorsqu'elle veut parler, elle revient vers son coeur, si c'est à son avantage, elle parle; sinon elle se tait.En revanche l'insensé a son coeur au bout de sa langue: il prononce ce qui vient à sa langue; or celui qui ne préserve pas sa langue n'a pas compris sa religion".

Et afin de clore ce petit rappel, Al boukhari et Mouslim ont rapporté dans les sahihain (6477 et 2988) que d'après Abu Hurayra, le Messager d'ALLAH salla Allah 'aleyhi wa sallam a dit : " En vérité, l'individu prononce parfois un mot sans savoir ce qu'il implique, et se précipite avec cela dans le feu de l'enfer à une distance supérieure à celle comprise entre le Levant et le Couchant.
Partager cet article
Repost0