Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 04:30

Conseils pour Ramadan

Shaykh Ibn Bâz

mois-de-jeune.jpg

De ‘Abdul ‘Aziz Ibn Baz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah me fasse emprunter, ainsi qu’à eux, le chemin de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension de la Sunna et du Coran. Amîn. Que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur vous, ainsi que Sa bénédiction. Ceci dit :

Ceci est conseil concis sur la vertu du jeûne et de la prière de la nuit du mois de Ramadan, et la vertu de s’empresser à accomplir des œuvres pieuses, et un éclaircissement de quelques règles importantes qui pourraient échapper à certaines personnes.

Il a été authentifié du messager d’Allah (salallahu’ alayhi wasalam) qu’il annonçait à ses compagnons la venue du mois de ramadan, et les informait que pendant ce mois étaient ouvertes les portes de la miséricorde et du paradis, que les portes de l’enfer étaient fermées et les diables enchaînés.

Il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du paradis sont ouvertes et on n’en ferme aucune, et les portes de l’enfer sont fermées et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : « ô toi qui veut le bien, avance, ô toi qui veut le mal, recule ». Et Allah a des affranchis de l’enfer. Et ceci chaque nuit. »

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Le mois de ramadan vous est venu, mois de bénédiction de laquelle Allah vous couvre pendant celui-ci, la miséricorde descend et les péchés cessent, l’invocation est exaucée. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions  et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

Et il dit (salallahu’ alayhi wasalam) : « Allah Tout Puissant dit : Toute (bonne) action du fils d’Adam est pour lui, elle est multipliée de dix à sept cent fois, sauf le jeûne car Il est à Moi et c’est moi qui le récompense. Il (le jeûneur) abandonne pour Moi son désir et sa nourriture. Le jeûneur a deux joies : l’une lorsqu’il rompt le jeûne, l’autre lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes, l’haleine du jeûneur est plus agréable auprès d’Allah que l’odeur du musc. »

Et les hadiths sur les vertus de Ramadan, de passer ses nuits en prière et du jeûne sont très nombreux.

Il convient au croyant qu’il profite de cette occasion qu’Allah lui a accordé d’atteindre le mois de Ramadan. Donc, il s’empresse vers l’obéissance, s’éloigne des mauvaises actions et s’efforce d’accomplir ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, surtout les cinq prières car elles sont le pilier de l’islam et les obligations les plus importantes après les deux attestations. Il est obligatoire à chaque musulman et musulmane de les préserver et des les accomplir en leurs temps avec recueillement et quiétude.

Et parmi les obligations (de la prière) les plus importantes, pour les hommes, est de les accomplir en congrégation dans les maisons d’Allah, dans lesquelles Allah a permis qu’on évoque Son nom, comme Il dit : « Et accomplissez la prière, et acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent » [sourate Al-Baqarah : 43]

« Soyez assidus aux prières et surtout la prière médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité »
[sourate Al-Baqarah : 238]

« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur prière, qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de la Zakât, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, et qui observent strictement leur prière. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement»
[sourate Al-Mu’minun : 1-11]

Et le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le pacte entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne a mécru. »

Et l’obligation la plus importante après la prière est l’acquittement de la zakat, Comme Allah Tout Puissant dit : « Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture » [sourate Al-Bayinah : 5]

 « Accomplissez la prière, acquittez la Zakât et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde » [sourate An-Nur : 56]

Le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète montrent que celui qui ne s’acquitte pas de la zakat sur ses biens sera châtié par cela le Jour de la Résurrection.

Et la chose la plus importante après la prière et la zakat est le jeûne du mois de Ramadan qui est un des cinq piliers de l’islam cités dans la parole du prophète : « L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est le messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la Zakat, le jeûne de Ramadan et le pèlerinage. »

Il est obligatoire au musulman de préserver son jeûne et sa prière de nuit de tout ce qu’Allah lui a interdit comme paroles et actes, car ce qui est visé par le jeûne est l’obéissance à Allah, la glorification de Ses interdits, et le jihad de l’âme contre ses passions dans l’obéissance à Son Maître, afin de la forger à la patience sur ce qu’Allah a interdit. Et le but n’est pas seulement de délaisser la nourriture et la boisson et toute autre chose qui annule le jeûne, ainsi il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Le jeûne est un bouclier, si l’un de vous jeûne qu’il ne tienne pas de propos obscènes et ne crie pas, et si quelqu’un l’insulte ou l’importune, qu’il dise : Je jeûne. » Et il a été authentifié qu’il a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge et sa pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. »

On sait d’après ces textes et d’autres que le jeûneur doit prendre garde à tout ce qu’Allah lui a interdit et préserver tout ce qu’Allah lui a rendu obligatoire. De cette façon, on espère pour lui le pardon, l’affranchissement du feu et l’acceptation de son jeûne et de sa prière de nuit.

Et il est des choses qui peuvent échapper à certains, parmi lesquelles :

Il est obligatoire au musulman de jeûner avec foi et espoir en la récompense, non par ostentation, ni par suivi des gens, de sa famille et du pays. Mais il faut que ce qui l’amène au jeûne soit sa foi qu’Allah le lui a rendu obligatoire, et qu’il espère la récompense auprès de son Seigneur pour cela. De même pour la prière de nuit du mois de Ramadan, le musulman doit l’accomplir avec foi et en espérant la récompense de son Seigneur, pas pour une autre raison. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

Et parmi les règles qui peuvent échapper à certains :

Ce qui peut atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement ou remontée gastrique involontaire…Toutes ces chose n’annulent pas le jeûne, par contre pour celui qui s’est fait vomir cela annule son jeûne, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Celui qui vomit n’as pas à compenser le jeûne, et celui qui se fait vomir doit compenser le jeûne »

Et parmi ceci : ce qui peut arriver au jeûneur comme retardement du ghusl (grandes ablutions) jusqu’au fajr. Et ce qui peut arriver à certaines comme retardement du ghusl après les menstrues ou les lochies, jusqu’après le lever du fajr. Si la femme voit qu’elle est de nouveau en état de pureté avant le fajr, il lui est obligatoire de jeûner, et il n’y a pas de mal à retarder le ghusl jusqu’à l’arrivée du fajr, mais elle ne doit pas le retarder jusqu’au lever du soleil, au contraire elle doit se purifier et prier avant le lever du soleil. De même pour celui qui est état d’impureté majeure (après un rapport sexuel ou une éjaculation), il ne doit pas retarder le ghusl jusqu’après le lever du soleil, mais il doit se purifier et prier le fajr avant le lever du soleil. Et l’homme doit se presser de le faire afin de pouvoir accomplir la prière du fajr en congrégation.

Et parmi les chose qui n’annulent pas le jeûne : La prise de sang et l’injection non nutritive, mais le fait de le repousser jusqu’à la nuit est prioritaire et meilleur, si cela est possible, d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Laisse ce qui te jette dans le doute pour ce qui ne t’y jette pas. » Et sa parole : « Celui qui délaisse les ambiguïtés  a préservé sa religion et son honneur. »

Et parmi les choses dont le jugement échappe à certains : l’absence de quiétude dans la prière, qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire, les hadiths authentiques du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) montrent que la quiétude est un pilier de la prière, sans laquelle la prière n’est pas valide. Et la quiétude est le calme (l’immobilité) dans la prière et le recueillement et l’absence d’empressement, jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place. De nombreuses personnes prient pendant Ramadan la prière du Tarawih sans réfléchir (sur le sens des versets) et sans quiétude, au contraire ils picorent, et la prière accomplie de cette façon est nulle, et celui qui l’accomplit est pécheur et n’est pas récompensé.

Et parmi les choses dont le jugement peut échapper à certains : L’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier moins de vingt raka’at pour tarawih, et l’opinion de certains qu’il n’est pas permis de prier plus que onze ou treize raka’at, et toutes ces opinions sont déplacées, et elles sont une erreur qui contredit les preuves.

Les hadiths authentiques du messager d’Allah montrent qu’il y a une certaine largesse pour la prière de la nuit, il n’y a pas de limite définie qu’il n’est pas permis de dépasser. Au contraire, il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) priait onze raka’at pendant la nuit, et il a pu en prier moins pendant Ramadan ou en dehors. Lorsqu’il a été interrogé sur la prière de la nuit, il a dit : « Deux par deux, et si l’un d’entre vous craint que le Subh n’arrive qu’il prie une raka’a qui rendra impair ce qu’il a prié. » (Unanimement reconnu authentique)

Et il n’a pas précisé un nombre de raka’at, ni pendant Ramadan ni en dehors, c’est pourquoi les compagnons, à l’époque de ‘Umar, ont parfois prié vingt-trois raka’at, et d’autres fois onze raka’at, tout ceci a été authentifié de ‘Umar et des compagnons à son époque.

Certains Salaf priaient pendant Ramadan trente-six raka’at et en ajoutaient trois pour le witr, d’autres priaient quarante et une raka’at, shaykh Al-islam Ibn Taymiyyah et d’autres ont rapporté ceci des gens de science, et comme il l’a rappelé, il y a une certaine largesse dans cette question, et il a également rappelé qu’il est meilleur pour celui qui allonge la récitation, l’inclination et la prosternation, de réduire le nombre (de raka’at), et pour celui qui raccourci la lecture, l’inclination et la prosternation, d’augmenter le nombre (de raka’at). Et ceci est le sens de sa parole.

Et celui qui médite sur la Sunna verra qu’il est meilleur de prier onze ou treize raka’at, pendant Ramadan ou en dehors, car c’est là que s’est arrêté l’acte du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) la plupart du temps. Et c’est ce qui est moins contraignant pour les musulmans et plus proche du recueillement et de la quiétude. Et il n’y a pas de mal à rajouter (dans le nombre de raka’at), cela  n’est pas détesté, comme il a précédé.

Il est préférable, pour celui qui prie avec l’imam la prière de nuit de ramadan, qu’il ne s’en aille qu’avec l’imam, d’après la parole du prophète : « Si l’homme prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il parte, on lui écrit la prière d’une nuit (entière). »

Et il est légiféré à l’ensemble des musulmans de faire des efforts dans les différentes adorations dans ce mois béni parmi les prières surérogatoires, la lecture du Coran avec contemplation et réflexion, l’augmentation dans le Tasbîh (Subhannallah), Tahlîl (La ilaha illallah), Tahmîd (Al-Hamdu lillah), Takbîr (Allah Akbar), la demande du pardon, les invocations légiférées, ordonner le bien, réprouver le mal, appeler à Allah Tout Puissant, aider les pauvres et les indigents, faire des efforts dans l’obéissance aux parents, honorer les liens de parenté, s’occuper de son voisin , visiter le malade, et d’autres choses encore parmi les types de bonnes actions. Ceci d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) citée précédemment : « Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions  et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. » Et d’après ce qu’on rapporte de lui : « Celui qui accomplit (pendant Ramadan) un acte parmi les actes de bien est comme celui qui a accomplit une obligation en dehors (du mois de Ramadan), et celui qui accomplit une obligation est comme celui qui en accomplit soixante-dix en dehors (du mois de Ramadan). » Et sa parole dans le hadith authentique : « Une ‘Umra accomplit pendant Ramadan est comme (la récompense) d’un hajj –ou il a dit- d’un hajj en ma compagnie. »

Et les hadiths et les narrations qui montrent cet empressement et concurrence dans les différents types de bonnes actions pendant ce noble mois sont nombreux.

Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde, ainsi qu’à tous les musulmans, tout ce qu’il contient comme agrément, et qu’Il accepte notre jeûne et notre prière, et qu’Il améliore nos situations et nous fasse revenir des égarements des tentations, comme nous Lui demandons, gloire à Lui, qu’il améliore les gouverneurs des musulmans, et qu’Il réunisse leurs paroles sur la vérité, Il est certes Celui qui possède cela et Celui qui en est capable.

Wasalamu alaikoum wa rahmatullahi wa barakatuh

Source : Risâlatân Mawjiztân fi Az-Zakât wa As-Siyâm
Traduit par les salafis de l’Est

Partager cet article
Repost0
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 09:38
http://aslama.com/images/ecritures/bismillah.gif
La question :ramdan

Certaines gens ont rompu leur jeûne avant l'Adhân (l'appel à la prière) sous prétexte que celui-ci n'est pas proclamé en son temps prescrit (par la charia).

Est-ce que cet acte est permis ?


La réponse :
 

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah a envoyé en qualité de miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu'au jour de la résurrection. 


Ceci dit :

Il faut distinguer entre le jeûne du mois de ramadan qui se fait en groupe et les autres cas de jeûne obligatoire qui ne se font pas en groupe ainsi que le jeûne recommandé
surérogatoire individuel. 

Pour ce qui est du jeûne obligatoire qui se fait en groupe, le jeûneur doit l'accomplir et le rompre avec l'ensemble des musulmans et leur gouverneur, selon le hadith rapporté par l'intermédiaire d' Abou Hourayra  :


"Le jeûne est le jour où vous (l'ensemble des musulmans) jeûnez; la rupture (du jeûne) est le jour où vous (l'ensemble des musulmans) rompez le jeûne et le sacrifice (de l'Aïd) est le jour où vous (l'ensemble des musulmans) offrez le sacrifice " [1]

Ainsi le Prophète  a déclaré que l'accomplissement du jeûne et sa rupture, ainsi que le sacrifice (de l'Aïd) doivent obligatoirement être en groupe et avec la majorité des musulmans; que cela concerne le début du mois de ramadan ou le jour de l'Aïd (qui se distinguent par la vue du croissant lunaire) ou le coucher ou le lever du soleil; les individus doivent suivre le gouverneur et l'ensemble des musulmans quant à leur accomplissement, et il n'est point permis de les accomplir individuellement, afin de regrouper la nation et réunir ses rangs et écarter les opinions individuelles qui sèment la divergence, car la Main d'Allah (Son Soutien) est avec la communion.

Quant au jeûne obligatoire et le jeûne surérogatoire qui se font individuellement, chaque personne doit les accomplir selon le temps prescrit pour le coucher et le lever du soleil, conformément à ce qu'Allah a dit :
 

﴿وَكُلُواْ وَاشْرَبُواْ حَتَّى يَتَبَيَّنَ لَكُمُ الْخَيْطُ الأَبْيَضُ مِنَ الْخَيْطِ الأَسْوَدِ مِنَ الْفَجْرِ﴾ [البقرة:187].

﴾…mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit ﴿ [El-Baqara (La Vache) : 187]

Et à ce que le Prophète  a dit : 

"Lorsque vous voyez la nuit tombez de cette directrion ( du côté de l'est) et le jour disparaître de ce côté ( du côté de l'ouest) et le soleil se coucher, le jeûneur peut alors rompre son jeûne" 
[2], et à ce sujet beaucoup d'autres hadiths sont rapportés.

Le savoir parfait appartient à Allah, et notre dernière invocation est qu'Allah Seigneur des Mondes soit Loué, et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu'au jour de la résurrection.

[1] Rapporté par Et-Tirmidhî dans le chapitre du "Jeûne" (hadith 697) et par Ed-Dâraqoutnî (hadith 2205) par  l'intermédiaire d'Abou Hourayra . Le hadith est jugé authentique par El-Albâni dans "Irwâ' El-Ghalîl" (hadith 905).   
[2] ( Rapporté par  El-Boukhâri dans le chapitre du "Jeûne" (hadith 1954) et par Mouslim dans le chapitre du "Jeûne" (hadith 2612) par  l'intermédiaire d'Omar Ibn El-Khattâb .


copié de ferkous.com

Cheikh Abou Abdil-Mou'az Mouhammad 'Ali Farkouss
Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 04:30


D’après Abî Hurayrah (radhiallâhu ‘anhu), le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : 

« Quand arrive le Ramadhân, les portes de la miséricorde s’ouvrent et les portes de l’Enfer se ferment, et les démons sont enchaînés. »
Hadîth unanimement reconnu authentique.

Ce qui est connu quant à ce hadîth, c’est que les portes du Paradis sont véritablement ouvertes et les portes de l’Enfer véritablement fermées.
Un groupe [de savants] ont dit qu’il s’agit des actes de bien, qui représentent le moyen qui permet d’entrer au Paradis, et du fait de délaisser les péchés, ainsi que leur accomplissement qui est la cause de l’entrée en Enfer. Certains [parmi les savants] ont dit que si cela est véritablement ainsi, les portes du Paradis seraient fermées toute l’année et celles de l’Enfer ouvertes toute l’année sauf le mois de Ramadhân, et de là, ce hadîth n’aurai aucun sens ?

Nous disons plutôt :

Il faut prendre cela au sens figuré. Mais il permis de penser que quelques portes du Paradis soient 
ouvertes et d’autres fermées à l’exemple des portes des mosquées qui ne sont ouvertes qu’au moment des heures de prière, et pendant les jours de fêtes, ou comme les portes des palais de roi qui ne sont ouvertes que durant les réunions.

Et selon un hadîth présent dans « al-Djâmi’ » de at-Tirmidhî, d’après Abî Hurayrah, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : 

« Au premier jour de Ramadhân, les diables et les Djinns rebelles seront enchaînés, toutes les portes du Paradis sans exception seront ouvertes. Un héraut criera : Ô toi qui cherches le bien, avance. Ô toi quicherches le mal, va-t-en. Ce jour-là, il y aura des gens qu’Allâh a affranchit du Feu. Et ceci se répète chaque nuit. » [1] [...] 

Les diables seront pendant le mois de Ramadhân enchaînés et auront les carcans comme le mentionne le sens apparent du hadîth, et cela est soutenu par Abî Hâtim, Ibn Hibbân et d’autres qu’eux parmi les gens de science. 

Mais cela ne signifie pas la disparition totale du mal, mais plutôt sa diminution étant donné qu’ils seront faibles [...] [2]


Notes

[1] Rapporté par at-Tirmidhî - Authentifié par SHeikh al-Albânî dans « Sahîh Ibn Mâdja »
[2] Kitâb « Masâ-îb ul-Inssân min Makâ-îd ich-Chaytân » de L’Imâm Taqî ad-Dîn Ibn Muflih al-Maqdissî, p.143-144

copié de manhajulhaqq.com

Imam Zayn ud-Deen Ibn Rajab al-Hanbali
Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 04:30


Question :datte-copie-1.jpg


Qu’entend-on par « bénédiction » dans le repas comme rappelé dans le hadîth : Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Prenez le dernier repas avant que le jeûne ne débute car il y a dans ce repas une bénédiction. » ?

Réponse :

La bénédiction dans le repas, est une bénédiction légiférée islamiquement, et une bénédiction corporelle.

Quant à la bénédiction légiférée [dans la Loi Islamique], on n’entend par-là une obéissance à un ordre du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) et le fait de le prendre pour exemple.

Quant à la bénédiction corporelle, on entend par-là l’alimentation du corps, et ses provisions pour le Jeûne.
 [1]


Notes
[
1] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, 19/362

Partager cet article
Repost0
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 04:30

ramdan-karem.jpg

Question :

L'exagération dans la préparation du repas de la rupture du jeûne diminue-t-il de la valeur de notre jeûne ?


Réponse : 

Cela ne diminue pas de la valeur du jeûne, et la transgression d'un interdit après le jeûne n'en diminue pas la récompense, mais cela relève plutôt de la parole d'Allah, élevé soit-Il : 

 


 

« Et mangez et buvez ; et ne commettez pas d'excès,
car Il [Allah] n'aime pas ceux qui commettent des excès. » (1)
  


L'excès est donc interdit en soi, et être économe facilite énormément la vie.

S'il reste un surplus, qu'ils le donnent en aumône, cela est meilleur. 

Fatwa de Cheikh Otheimine
Fatâwâ As-Siyâm, page 25
(1) Al-A'râf, v. 31.
Partager cet article
Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 20:54

http://folk.uio.no/mahmooa/bilder/bismillah.gif

Ce mardi 29ème jour du mois de Chaâbane de l'année hégirienne 1431/H - correspondant au mardi 10 août 2010, “Nuit du Doute“ dans la tradition de l’Islam, les membres de la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris présidée par le Recteur Dalil Boubakeur, en présence du Président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et des membres de son bureau, des personnalités musulmanes et des responsables associatifs de mosquées, réunis à la Mosquée de Paris, après s’être assurés de la vision du croissant de la nouvelle Lune, informent les musulmans de France que :
Le premier jour du mois de Ramadhan 1431/H sera le
Mercredi 11 août 2010
Nous implorons Allah Tout Puissant d’accepter notre jeûne et de nous combler de Sa Clémence et de Sa Miséricorde durant ce mois béni.
Partager cet article
Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 04:30
 

Terre Vue du Ciel - Océan Pacifique

 

Assalâm 'alaykoum wa rahmatoullahi wa barakâtouh

Voici une petite traduction de Shaykh 'Abdoullah ibn 'Outhmân Al-Dhamâri
qui nous dit dans la cassette :
An-Najâh war Rousoub (النجاح والرسوب)

Chaque serviteur s'est vu attribué 4 anges ! 2 de ces 4 anges descendent du ciel à l'heure du fajr et restent en compagnie du serviteur jusqu'à la prière du asr !

Et les 2 autres descendent du ciel à l'heure du asr et restent en compagnie du serviteur jusqu'à l'heure du fajr !

Et aucun des 2 groupes d'anges ne quitte le serviteur avant que l'autre groupe ne soit arrivé, afin que tout acte que ce serviteur effectuera soit bel et bien noté de manière claire et précise, tout est enregistré et rien ne manque.

Et il a été rapporté dans les 2 recueils de hadiths authentiques des imâms Al-Boukhâri et Mouslim d'après Abi-Hourayrah que le messager d'Allah salallahou 'alayhi wa sallam a dit : se succèdent auprès de vous les anges de la nuit et les anges de la journée et ils sont réunis durant la prière du matin (salât as sobh) et la prière de la fin d'après-midi (salât al 'asr).

Ils se succèdent donc jour et nuit ! Ainsi ces 2 groupes d'anges sont réunis durant la prière du matin et la prière de la fin d'après midi, et lorsque ces anges retournent auprès d'Allah il leur demande dans quel état étaient mes serviteurs lorsque vous les avez quitté ? (il leur pose la question mais il est plus savant qu'eux de la réponse) ainsi il leur demande : dans quel état étaient mes serviteurs lorsque vous les avez quitté ?

Et les anges répondent alors nous les avons quitté alors qu'ils priaient et nous les avions trouvé alors qu'ils priaient ! Quand nous sommes parti en fin d'après midi ils étaient en train d'accomplir la salât et quand nous étions venus à eux à l'aube ils priaient !

Sois attentif à ce point là serviteur d'Allah ! Et dis moi par Allah ! si nous étions témoins de leurs descentes et de leurs remontées vers le ciel, si on pouvait les voir descendre du ciel et y remonter ne serait-ce point là une spectacle grandiose ???

Si on considère qu'il y a près de 5 milliards d'êtres humains sur terre et que chacun d'entre eux a avec lui 4 anges !

Combien ça nous fait d'anges en tout ?

Ça nous donne 20 milliards d'anges mandatés auprès des humains ! Ceci nous éclaire sur le grand nombre qu'il existe d'anges.

Il y a près de 20 milliards d'anges qui montent et redescendent du ciel de jour comme de nuit !

Toutes ces montées et ces descentes du ciel n'aurait aucun but ? Tout ceci ne serait que vaine futilité ?

Il y a près de 20 milliards d'anges dont la mission est de retranscrire les actes des êtres humains !

Tout ceci ne serait ce que perte de temps, un simple jeu sans but ?
Non bien sur que non ! Absolument pas ! Il s'agit d'une affaire extrèmement importante, il s'agit d'une affaire très sérieuse, une affaire de la plus haute des importances !

Allah a attribué à chacun d'entre nous 4 anges qui se font passer entre eux le registre de nos oeuvres afin d'y inscrire chacun de faits et gestes.


 

source :  http://www.audio-sunnah.com/article-toutes-vos-actions-sont-enregistrees-le-cd-audio-52498411.html

Partager cet article
Repost0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 04:30


 

Al Balkhi demanda à son élève Hatem Al assam : « Depuis combien d’années es-tu mon élève ? »

Hatem : « Depuis 33 ans »

Al Balkhi : « Qu’as-tu appris de moi pendant toutes ces années ? »

Hatem : « 8 questions. »

Al Balkhi : « Nous revenons tous à Dieu ! J’ai passé toute ma vie avec toi et tu n’es appris que 8 questions! »

Hatem : « Maître, je n’en ai pas appris d’autres et je ne veux pas vous mentir. »

Al Balkhi : « Donne-moi à écouter ces 8 questions. »

Hatem : «J'ai regardé les gens et j'ai vu que chacun a quelqu'un ou quelques chose qu'il aime et qu'il ne quitte qu'au seuil de la tombe.

J'ai fait de la bonne action ma bien aimée, Ainsi lorsque j'entrerai au tombeau, ma bien-aimée entrera avec moi» 

 

Al Balkhi : « Tu as bien dit. Quelle est la deuxième question ? »

 

Hatem : " J'ai médité la parole du Très-Haut : "Et celui qui craint la Majesté de son Seigneur, et aura le caprice de son âme réprimé, c'est au Paradis qu'il trouvera asile" (Sourate 79 - Verset 40)  J’ai su que la parole du Très-Puissant est la vérité. J’ai poussé mon âme à réprimer ses désirs jusqu’à ce qu’elle vint à Son obéissance.

 

La 3ème question : J'ai regardé les gens et j'ai vu que quiconque possédait quelques chose de précieux et de valeur, il lui donnait de l'importance et le gardait.  J’ai observé la parole du Seigneur  : "Tout ce que vous possédez s'épuisera, et ce qui est auprès de Dieu restera à jamais" (Sourate 16 - Verset 96)  Donc à chaque fois que tombe entre mes mains un objet de valeur, je le remets à Dieu afin qu'il soit sauvegardé.

 

La 4ème question : J'ai regardé les gens et j'ai vu que chacun se finissait par les bien qu'il possédait ou par l'appartenance et la parenté. Et je me suis rappelé la parole d'Allah (Ta3ala) : "Le plus honorable d'entre vous, aux yeux de Dieu c'est le plus pieux" (Sourate 49 - Verset 13).

Je me suis donc adonné à la piété afin d’être honorable aux yeux de Dieu.

 

La 5ème question : J'ai regardé les gens et j'ai vu que chacun insultait l'autre et médisait de lui et que la cause en était la jalousie.

Je me suis rappelé la parole du Très-Haut:  « C’est nous qui avons réparti entre eux leur subsistance en cette vie. » (Sourate 43 - Verset 32).

J’ai abandonné la jalousie, j’ai évité les gens et j’ai su que tout bien, vient de Dieu J’ai ainsi éloigné de moi l’inimitié des gens.

 

La 6ème question : J'ai regarder les gens s'entre-tuer et je me suis retourner vers la parole d'Allah (Ta3ala) :" Et leur Seigneur les appela: "Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré? " (Sourate 7 - Verset 22)

C’est lui seul, satan, que je combats et dont je prends garde car Dieu a témoigné contre lui. Il est mon ennemi et je ne suis l’ennemi de personne autre que lui.

 

La 7ème question : J'ai regarler les gens s'humilier et commenttre l'illicite pour obtenir des biens et je me suis rappelé la parole d'Allah (Ta3ala)

« Il n’est pas une bête sur terre, dont la subsistance n'incombe à Allah qui connaît son gîte et son dépôt ; tout est dans un Livre explicite.» (Sourate 11 - Verset 6)  J’ai su que j’étais l’une de ces bêtes de qui sur Allah est la subsistance. J’ai obéi à mes devoirs envers Lui (Ta3ala)

 

 La 8ème question : J'ai regardé les gens et j'ai vu que chacun s'appuyait sur quelque chose de crée : l'un s'appuie sur une femme, l'autre sur un commerce, un troisième sur un artisanat et un quatrième sur la santé de son corps. Chaque créature s'appuyait sur quelques chose de crée comme elle. Je me suis retournée vers la parole d'Allah (Ta3ala) :  « [ ... ] et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. Allah atteint ce qu'Il Se propose, et Allah a assigné une mesure à chaque chose »  (Sourate 65 - Verset 3) Je me suis donc fié à Allah Ta3ala et il me suffit.

 

Al Balkhti : Hakem, Allah (Ta3ala) t'a guidé

 

*****************************

« Tout ce que vous possédez s'épuisera, tandis que ce qui est auprès d'Allah durera. Et Nous récompenserons ceux qui ont été constants en fonction du meilleur de ce qu'ils faisaient. » [ Sourate 16 - Verset 96 ]

***********************************

Partager cet article
Repost0
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 04:30

Conseils concernant l’utilisation du temps

Par Shaykh Muhammad ibn Salih Al-Uthaymin

48562829

On a demandé au Shaykh : « quelles sont vos directives concernant l'utilisation du temps et la protection contre la perte de temps ? » [1]

 

Il a répondu en disant : «  Il est nécessaire à l’étudiant en science de préserver son temps du gaspillage. La perte de temps arrive d'un certain nombre de façons :

 

En cessant d’apprendre et de réviser ce qu’on a lu.


En s’asseyant avec ses amis et en se livrant à des conversations vaines qui ne contiennent aucun avantage.

 

Le plus nuisible pour un étudiant en science est : qu'il ne se soucie que de poursuivre les déclarations des gens, [pour] "ma qila wa qala" (Ce qui a été dit et qu'il a dit) et [pour] "ma hasala wa ma yahsul" (Ce qui est arrivé et ce qui a lieu), en recherchant ce qui ne le concerne pas.


Sans nul doute cela provient d'un islam faible, comme le prophète (sallallahu ' alayhi wa sallam) a dit : «  Fait partie du bon islam de quelqu’un le fait d’éviter de se mêler de ce qui ne le regarde pas. » [2]

 

S’occuper avec le "Qila wa qala" (Ce qui a été dit et qu'il a dit) et l'interrogation excessive est une perte de temps.

 

En réalité c'est une maladie qui, lorsqu’elle apparaît chez l’homme- nous demandons à Allah qu’Il nous en préserve- cela devient son souci le plus grand. Il peut montrer de l'hostilité envers celui qui ne mérite pas d'hostilité, ou il peut s’allier avec celui qui ne mérite pas d'alliance, ceci en raison de sa préoccupation pour ces questions, qui le tiennent loin de la connaissance, avec le prétexte de "soutenir la vérité", tandis que ce n'est pas le cas.

 

Plutôt cela se rapporte au fait de s’occuper avec une question qui ne le concerne pas.

 

Si une information vous vient, sans que vous ne l’ayez poursuivi ou cherché, alors tous les gens reçoivent des nouvelles mais ils ne s’occupent pas avec cela, cela ne devient non plus leur souci le plus grand, parce que cela occupe l'étudiant en science. Il corrompt son affaire et ouvre pour la umma la porte de hizbiyyah (partis) alors la ummah se divisera. "[1] [2]

 

Notes de bas de page :


[1] Cette fatwa (jugement islamique) est tirée de "Kitabul-'Ilm" de Shaykh ' Uthaymin compilé par Shaykh Fahd ibn Nasir ibn Ibraahim As-Sulayman, imprimé par Dar ath-Tharya lin-Nashir ( première impression 1417H/1996CE), (pp. 204-205).

 

[2] Rapporté par l’imam Ahmad (1/201) et Tirmidthi (2318). An-Nawawi l’a déclaré Hasan dans 'Riyadhus-Salihin' (p. 73). Ahmad Shakir l'a déclaré 'Sahih' dans 'Al-Musnad' (1737).

Partager cet article
Repost0
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 04:30
Connaître la vérité ne même pas à la guidance



D’après ‘Alî ou Hudhayfa (radhiallâhu ‘anhumâ), il est dit :


« Les cœurs sont de quatre sortes : Un cœur dénudé éclairé par une lumière, tel est le cœur du croyant ; un cœur couvert, tel est le cœur du mécréant ; un cœur chaviré, tel est le cœur de l’hypocrite et un cœur à deux penchants, l’un le poussant à la foi et l’autre le poussant à l’hypocrisie. Tels sont les gens qui ont mêlé des œuvres bonnes et d’autres mauvaises. »



Lorsque l’on sait cela, on sait que tout adorateur tire profit de ce que rappelle Allâh sur la foi comme complément des branches de la foi et dénigrement des branches de la mécréance.


Une telle chose est comparable à ce que disent certains du verset : « Guide-nous dans le droit chemin » - ils disent : « Le croyant a été guidé dans le droit chemin, quel intérêt y a-t-il donc à demander la guidance ? » D’autres ensuite répliquent que le sens est : « Préserve-nous sur le chemin droit » et comme disent les Arabes à celui qui dort : « Dors jusqu’à ce que je vienne à toi ». D’autres disent : « Maintiens nos cœurs sur la droiture » et d’autres encore disent : « Accorde-moi d’avantage de droiture ».


En fait, ils posent cette question car ils ne conçoivent pas ce qu’est le droit chemin auquel l’adorateur demande d’être guidé. Son sens exact est d’appliquer ce qu’Allâh a imposé et délaisser ce qu’Allâh a interdit dans toute affaire. Même si la personne reconnaît que Muhammad (sallallahu ‘alayhi wa sallam) est le Messager d’Allâh et que le Qor’ân est vérité dans son ensemble, il n’en reste pas moins qu’il a besoin de savoir ce qui lui est profitable et nuisible, ce qui lui a été imposé et interdit dans le détail des choses et ses sections, choses que la personne ne connaît pas. Et quand celle-ci sait, nombreux sont ceux qui n’appliquent pas ce qu’ils savent. Quand même ils ont connaissance de toutes les obligations et interdictions mentionnées dans le Qor’ân et la Sounnah, le Qor’ân et la Sounnah rappellent les points généraux fondamentaux, et rien d’autre de cela n’est possible car n’y est pas cité ce qui concerne spécifiquement chaque adorateur. C’est pour cela que l’être humain a reçu l’ordre dans ce cas de demander la guidance vers le droit chemin.


La guidance vers le droit chemin réunit tout cela, elle réunit la connaissance de ce qu’a apporté le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) de manière détaillée, réunit la connaissance de ce qui entre dans ses ordres comme points fondamentaux et réunit l’exhortation de mettre en pratique sa connaissance. La connaissance de la vérité ne mène pas à la guidance, et cela ne se fait que si la pratique est basée sur la science [...] Aussi, les musulmans ont divergé, dans ce qu’Allâh a voulu qu’ils divergent, sur certaines informations, sur des méthodes dogmatiques et pratiques malgré le fait qu’ils soient tous unanimes sur le fait que Muhammad est vérité et que le Qor’ân est vérité. Si chacun d’eux avait été guidé à la vérité dans leurs divergences, et bien ils n’auraient pas divergé. Ensuite, ceux qui connaissent ce qu’Allâh a ordonné, la plupart d’entre eux Lui désobéissent et ne suivent pas Son chemin. S’ils avaient été guidés sur le droit chemin au niveau de ces actes, ils auraient fait ce qui leur a été ordonné et auraient délaissé ce qui leur a été interdit.


Ceux qu’Allâh a guidé parmi cette Communauté au point d’être devenus des alliés pieux d’Allâh, la plus grande cause de cela est qu’ils invoquent Allâh par cette invocation dans toutes leur prières tout en se rendant compte du besoin et de la nécessité permanente qu’Allâh les guide dans le droit chemin. En persistant à faire cette invocation et à reconnaître le besoin envers Allâh, ils devinrent les alliés pieux d’Allâh. Sahl Ibn ‘Abdullâh at-Tastarî a dit :

« Il n’y a entre l’adorateur et son Seigneur un chemin le rapprochant de Lui autre que le fait de ressentir le besoin d’Allâh. »


Quiconque a acquis la guidance dans le passé a besoin d’acquérir celle-ci dans le futur . Telle est la réalité de la parole de ce qui déclare : « Affermis-nous et guide-nous afin de rester sur le droit chemin » et de celui qui dit : « Donne-nous d’avantage de droiture » comme ce qui a été vu précédemment. Mais tout cela est une guidance de Sa part dans le droit chemin dans le futur. Aussi, la science dans le futur pourrait ne plus être conservée et disparaître du cœur. Et si elle persiste, c’est l’acte qui pourrait ne pas être fait. Ainsi, les gens sont tous assujettis à faire cette invocation, c’est pour cela qu’Allâh la leur a rendue obligatoire dans chaque prière. Ils n’ont d’invocation qui leur est plus nécessaire que celle-là. En fait, si la guidance au droit chemin est acquise, la victoire est assurément acquise, la subsistance et tout ce que convoite l’âme pour le bonheur. Wa Allahu A’Lam [Et Allâh Seul Sait]. [1]
Notes

[1] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 10/67-68

Partager cet article
Repost0