Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 04:30

Un récipient de lait suffit pour désaltérer une multitude de gens !

 

Boukhâry rapporte dans son authentique - sahih - , d'après Abou Houreyra ce qui suit : « J'étais tiraillé par la faim, dit Abou Houreyra, au point que je m'appliquais souvent une pierre sur le ventre pour la calmer. Un jour, je me postai sur le passage des Compagnons. Abou Bakr vint à passer. Je lui demandai l'explication d'un verset du Livre d'Allah, Puissant et Majestueux, espérant seulement qu'il m'invite avec lui.

Je fis de même quand 'Omar passa, mais sans résultat. Vint à passer Abou el Qasim, Dieu l'a béni et salué, qui reconnut ce qu'il y avait en mon visage et l'état de ma personne.

-  Abou Houreyra, dit-il !

-  Me voici, Envoyé d'Allah, dis-je !

- Rejoins-moi !

 Je demandai l'autorisation d'entrer chez lui. Ce qu'il fit. J'aperçus du lait dans un récipient.

-   D'où vient ce lait, demanda le Prophète - aux gens dans la maison - ?

-  C'est la famille d'untel qui nous en a fait don, lui répondirent-ils.

 - Abou Hourayra ! me dit le Prophète.

- Me voici, Envoyé d'Allah !

- Va m'appeler les gens de la « Çouffa ».

 Les gens de la Çouffa, dit Abou Houreyra, étaient des pauvres, hôtes de l'Islam - dans la Mosquée du Prophète - sans domicile ni biens. Quand un don venait à l'Envoyé d'Allah, il en prenait et leur en envoyait. Mais s'il s'agissait d'aumône, il la leur envoyait en entier, sans y toucher.

Je fus navré, car j'espérais boire de ce lait de quoi me réconforter le reste de ma journée et la nuit suivante. Je me dis : je suis envoyé à ces gens et c'est moi qui les servirai. Ne restera-t-il rien de ce lait pour moi ?

Mais il fallait bien obéir à Dieu et à Son Prophète et j'allai les appeler.

Ils vinrent, et après autorisation, ils s'introduisirent et prirent place.

 - Abou Houreyra, me dit le Prophète, prends (le récipient) et donne-leur à boire !

J'exécutai l'ordre. Chaque homme prenait le récipient et buvait à satiété. Ensuite, il le remettait au suivant et ainsi de suite, jusqu'au dernier.

Enfin, je le remis à l'Envoyé d'Allah qui le prit dans sa main. II restait encore du lait. II leva la tête, me regarda et sourit.

- Abou Houreyra ! dit-il.

- Me voici, Envoyé d'Allah !

- Il ne reste que toi et moi.

 - Tu dis vrai, Ô Envoyé de Dieu.  

- Assieds-toi et bois, me dit-il.   Je m'assis et bus.

- Bois encore, dit-il. Je bus.

-  Encore, me dit-il !

Je bus encore. II ne cessa de répéter cela, qu'à la fin je lui dis :

Je jure par Celui qui t'a chargé de la mission de vérité, que je ne peux plus !

- Passe-moi le récipient me dit-il. Il le prit et but du lait qui restait. »


 C'est un prodige évident et une confirmation de la prophétie de plus du Messager de Dieu. Jamais un récipient de lait ne peut rassasier un groupe de personnes affamées, si ce n'est par miracle !

Là, apparaissent aussi la grandeur et la noblesse d'âme du Prophète, en ne buvant que le dernier et du même récipient que les pauvres, alors qu'on voit des personnes être dégoûtées de ce geste, par orgueil et crainte de contagion. On peut mesurer l'écart énorme qui nous sépare de la perfection du Prophète. Essayons de lui ressembler !!

Partager cet article
Repost0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 04:30

 

Attention_dormir.gif Le sommeil modéré consolide les forces naturelles, apaise forces psychologiques, augmente la nature de ce qui les porte, au point que son repos empêche la décomposition des âmes.

 

Le sommeil pendant la journée est mauvais car il entraîne des maladies d'humidités et de congestions, gâte le teint, provoque des inflammations de la rate, mollesse et paresse, il affaiblit le désir, sauf en été, pendant les fortes chaleurs.

 

Le plus mauvais sommeil est celui du début de journée, et pire encore le sommeil en fin de journée, aprés la prière du 'Asr.

 

'Abd Allah Ibn Abbâs vit un de ses enfants dormir le matin et lui dit : "Lève-toi ! Dors-tu au moment où la subsistance est distribuée ?"

 

On dit que le sommeil la journée est de 3 types : une bienséance, une perte et une stupidité

 

gif_anime_puces_287.gif  La bienséance est le somme lors de la forte chaleur et c'était l'habitude du messager d'Allah -salaAllah 'alayhi wa Salam-.


gif_anime_puces_287.gif  La perte est le somme de la matinée qui détourne le dormeur des affaires de la vie présente et de l'au-delà.


gif_anime_puces_287.gif  Et la stupidité est le somme après Al 'Asr.

 

Un pieux prédécesseur a dit : "Quiconque dort après Al 'Asr et perd la raison, ne doit blâmer que lui-même."

 

Un poète a dit : "Le somme de la matinée amène au jeune abrutissement * Et celui de la fin de la journée, folie"

 

Le somme de la matinée empêche la subsistance, car c'est le moment où les gens cherchent leur subsistance, et le moment où elle est partagée. 


Ce somme est donc une privation sauf en cas d'évènement ou de nécessité. 


Il est très nuisible au corps car il le ramollit, corrompt les excédents qui doivent être décomposés par l'exercice, et ainsi provoquent abattement, peine, et faiblesse.


S'il survient avant la selle, le déplacement, l'exercice et la mise en activité de l'estomac, c'est la maladie incurable qui provoque plusieurs sortes de maladies.

 

" L'authentique de la médecine prophétique", Chapitre Intitulé "Concernant le sommeil et l'éveil", page 238

Cheikh Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 04:30

Que devons-nous faire la nuit de « Laylat al-Qadr »

[la nuit du destin] ?

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ  

 

Question :

Comment devrions-nous observer « Laylat ul-Qadr » ? Doit-on la passer en priant, ou en lisant le Qor’ân et la Sîrah [biographie] du Prophète, écouter des conférences et des cours, et célébrant cela dans la mosquée [masdjid] ?.

Réponse :

Premièrement :

Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) augmentait ses efforts dans l’adoration pendant les dix derniers jours de Ramadhân, plus qu’il ne le faisait en tout autre temps, en priant, en lisant le Qor’ân et en faisant des invocations [du’â]. Al-Bukhârî et Muslim ont rapporté de ’Âisha (radhiallâhu ’anhu) que : « Quand les dix derniers jours de Ramadhân arrivaient, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) veillait la nuit et réveillait sa famille, et il s’abstenait de toutes relations [sexuelles] ». Ahmad et Muslim ont rapporté : « Qu’il pratiquait en s’efforçant assidûment dans adoration pendant les dix derniers jours de Ramadhân comme il ne l’a jamais fait en tout autre temps. »

 

Deuxièmement :

Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a commandé de rester debout à prier « Laylat al-Qadr » avec foi [imân] et espoir de la récompense divine [ihtisabân]. Il a été rapporté de Abû Hurayrah (radhiallâhu ’anhu) que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Quiconque reste debout à prier « Laylat al-Qadr » avec foi et espoir de récompense divine, ses péchés antérieurs lui seront pardonnés. » Rapporté par tous en dehors de Ibn Mâdja. Ce hadîth indique qu’il est prescrit d’observer « Laylat al-Qadr » en passant la nuit en prière.

 

Troisièmement :

Une des meilleurs invocations [du’â] qui peut être dite durant la nuit du destin [Laylat al-Qadr] est ce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a appris à ’Âisha (radhiallâhu ’anha) quand elle dit dans un hadîth rapporté par At-Tirmidhî et classé comme sahîh : « J’ai dit : Ô Messager d’Allâh, si je savais qu’elle était la nuit de « Laylat al-Qadr », que devrais-je dire en cette nuit ? - Et le Prophète de répondre : Dis :

اللهم انك عفو تحب العفو فاعفو عنى

« Allâhumma Innaka ’afou-oun tuhibou al-’afwa fâ’fou ’ana »

« Ô Allâh, Tu es celui qui pardonne, et Tu aimes le pardon, aussi pardonne-moi »

Rapporté par at-Tirmidhî, Ahmad, Ibn Mâdja et al-Hâkim

 

Quatrièmement :

Quant à spécifier laquelle des nuits de Ramadhân est « Laylat al-Qadr » , cela nécessite plus de preuves spécifiques , car les dix dernières nuits sont plus susceptibles [d’être celle-là] que les autres, et la vingt- septième nuit [de Ramadhân] est plus probable d’être « Laylat al-Qadr », parce que cela a été mentionné dans les ahâdîth.

 

Cinquièmement :

Quant aux innovations [al-bida’], elles ne sont pas permises pendant et en dehors du Ramadhân. Il a été authentifié que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Celui qui apporte dans notre religion-ci une innovation qui est étrangère, on doit rejeter tout ce qu’il dit. ». D’après une autre version il est dit : « Celui qui apporte dans notre religion-ci une innovation qui est étrangère, on doit rejeter tout ce qu’il dit. »

Pour ce qui est des célébrations tenues pendant les quelques nuits de Ramadhân, nous n’en connaissons aucun fondement. La meilleur des voies est la voie de Muhammad (sallallahu ’alayhi wa sallam), et les plus mauvaises choses, sont celles inventées [mouhdathât].

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, vol-10 p.413

Partager cet article
Repost0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 04:30

48049931

 

Les pieux prédécesseurs avaient l'habitude de dire : arbre.jpg

"Certes Allah, le Très-Haut, a fait du mois de Ramadan une compétition pour Ses créatures, dans lequel ils peuvent se concurrencer vers Son agrément, en Lui obéissant.

Ainsi, un groupe vient en premier et ils prospèrent et un autre groupe vient en dernier et ils échouent ."

Lata'if-ul-Ma'ari d'Ibn rajab

 

Ainsi, l'individu ne sait pas si c'est peut-être le dernier Ramadan qu'il verra dans sa vie, s'il l'achève.

Combien d'hommes, de femmes et d'enfants ont jeûné avec nous l'année passée et sont maintenant couchés et enterrés dans les profondeurs de la terre.

Et ils espéraient jeûner beaucoup plus de Ramadan.

De même, nous allons tous suivre leur chemin.

Donc, le musulman doit se réjouir de cette occasion magnifique pour l'obéissance.

Et il ne doit pas y renoncer, mais au lieu de cela s'occuper avec ce qui lui profitera et ce dont les effets resteront.

Qu'est-ce que Ramadan, sinon un nombre de jours comptés, jeûnés à la suite et qui finissent rapidement.

 

Source : Ahadith As-siyam : ahkam wa adab (pg 13-15) 

Cheikh 'Abdullah Ibn Salah Al-Fawzan

Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 04:30

 

FATIGUE DE LA FEMME PENDANT RAMADAN ET

 OBÉISSANCE AU MARI

 

 

http://al-muslimah.actifforum.com/users/2813/78/63/76/smiles/351680.png

 

Question :

Un homme demande souvent à sa femme pendant les nuits de Ramadan de préparer à manger pour ses invités et lorsqu'elle le fait, elle se sent vraiment épuisée et ne peut pas faire le Qiyâm (veillée nocturne) cette nuit-là. Est-elle obligée de lui obéir dans ce cas, si cela se répète dans la plupart des nuits de Ramadan ?

 

Réponse :

Il est obligatoire à la femme de se comporter convenablement avec son mari, et il incombe à l'homme de se comporter convenablement avec sa femme, Allah Le très haut a dit :

 

« Et comportez-vous convenablement envers elles » (An-Nisâ : 19).

 

Et il n'est pas convenable d'éreinter sa femme pour le servir dans un tel moment et dans cet état, mais s'il fait la sourde oreille, alors elle doit lui obéir. Et si elle est trop fatiguée pour le Qiyâm et que c'est difficile pour elle, alors Allah lui comptera ce qu'elle avait l'intention de faire et sa volonté, car elle est excusée pour avoir délaissé le Qiyâm afin qu'elle s'acquitte de ce qui lui est obligatoire : obéir à son mari lorsque cela est requis.

Source : « Ensemble de questions sur la famille musulmane » de Shaikh ul-‘Uthaymîn rahimahullah

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 04:30

 

Quelle est la sagesse derrière l’obligation du jeûne ? 

Si nous lisons la Parole d’Allah « Ô vous les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, pour que vous atteigniez la piété » (Al-Baqarah : 123), nous voyons quelle est la sagesse dans l’obligation du jeûne, et c’est d’atteindre la piété (taqwâ) et d’adorer Allah. At-Taqwâ consiste à délaisser ce qui est interdit, et plus généralement elle englobe le fait d’accomplir ce qui est ordonné et de laisser ce qui est interdit. Le Prophète  a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge, sa mise en pratique et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. » (Al-Bukhârî). Cela confirme l’ordre pour le jeûneur d’accomplir les obligations et de s’éloigner des choses interdites, paroles et d’actes. Il ne doit pas calomnier les gens, mentir, chercher à causer des différents entre eux, réaliser de ventes illicites, et s’éloigner de tous les interdits. S’il fait cela durant tout le mois, son âme se rectifiera pour le restant de l’année.

Mais il est regrettable de voir que la plupart des jeûneurs ne font pas la différence entre leurs jours de jeûne et leurs jours de rupture. Ils restent sur leurs habitudes de délaissement des obligations, d’accomplissement des interdits. On ne voit même pas qu’ils jeûnent, et bien que ces choses n’annulent pas le jeûne, elles en diminuent la récompense, et il se peut même (que leur poids) dépasse celui de la récompense du jeûne, et ainsi ils en perdront la récompense.

 

Extrait de 'sachons accueillir Ramadân' (cheikh al 'uthaymin).

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 04:30

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 04:30

Ramadan, un cahier d'activités pour les enfants

 

 

 



As salamou aleykoum


Cette lettre est pour toi petit frere et petite soeur fillah. J'espère que tu n'auras pas trop de mal à la déchiffrer. Eh oui, le Ramadan a commencé ! J'espère que tu sauras profiter de ce mois béni. N'oublie surtout pas d'augmenter tes bonnes actions. Ne passe pas ta journée à penser à la rupture de jeûne et au bon repas qui t'attend. Plutôt, tire bénéfice de ces journées en lisant le Coran. Tu sais, ce mois est le mois ou le Coran a été révelé. Alors consacre ce mois à sa lecture. C'est la course aux bonnes actions ! Visite les malades et donne l'aumône si tu le peux. Essaie aussi d'améliorer ton comportement envers tes parents. Passe tes nuits en prière, si possible. Ne laisse pas la paresse d'envahir dans les derniers jours du Ramadan. Plutot, au cours des dix dernières nuits essaie de faire encore plus d'effort. Sais-tu pourquoi ? Parceque durant ces dix derniers jours passera la nuit de Laylatul Qadr. Cette nuit est meilleure que mille mois. Tu te rends compte. Ne sois donc pas des ceux qui ratent cette nuit  !

 

 

 

Voici un lien qui contient un cahier d'activités pour les enfants, pour le Ramadan (coloriage, jeux). Qu'Allah récompense la personne qui l'a fait, amine.



Le cahier d'activités: http://www.box.net/public/5zmbdqcrl5

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 04:30

Le mois du ramadan :

une opportunité pour le changement

et la réforme 



Voici la traduction d’une Khotba (sermon du vendredi) de Sheikh Salih Ibn Houmayd (qu’Allah le préserve) par le frère Abou Adam Abdelmalik Al-Firansi  (Arabe/français).

 

- Ramadan ou la réforme  (1ère partie)ramadan1

-

   

- Ramadan ou la réforme  (2ème partie)

-

Partager cet article
Repost0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 04:30

Ramadan, un rappel d’unité

Shaykh  Muhammad Nasirud-Din Al-Albani

 

 

 

Abû Hurayra (radiallahu 'anhu) a rapporté que le prophète (sallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « Jeûnez quand ils jeûnent, rompez le jeûne quand ils rompent le leur et sacrifiez le jour où ils sacrifient. »

 

Sahih : rapporté par At-Tirmidhi (2/37). Shaykh Al-Albani l’authentifié dans As-Sahiha (n°224).

 

 

Al-Bayhaqi rapporte d'après Abû Hanifa, qui a dit : « ‘Ali ibn Al-Aqmar m’a rapporté, de Masruq, qui a dit : je suis entré chez 'Aisha le jour de 'Arafat, et elle a dit : « Servez à Masruq du gruau et faites-le plus doux. » Masruq a dit : « Rien ne m'a empêché de jeûner ce jour si ce n’est que j'ai craint que cela puisse être le jour du Sacrifice. Ainsi, 'Aisha m'a dit : « Le jour du Sacrifice vient lorsque les gens sacrifient et le jour de la rupture quand les gens finissent leur jeûne. »

 

Cette chaîne de narration est jayid (bonne) en raison de ce qui a précédé.

 

 

 

COMPRÉHENSION DU HADITH

 

 

L’imam At-Tirmidhi dit après avoir cité ce hadith : « Quelqu’un parmi les gens de science a expliqué ce hadith en disant : Son sens est de jeûner et de rompre le jeûne avec la Jama'a et la majorité des gens. »

 

 

As-San'ani dit dans Subulus-Salam (2/72) : « Dans ce hadith est une preuve qu’être en accord avec les gens est accepté dans l'établissement du jour du 'Id et que la personne seule qui croit que c'est le jour du 'Id – par la vision de la lune - alors il lui est obligatoire d’être en accord avec les gens et que la décision des gens - concernant la prière, la rupture du jeûne et le sacrifice - est obligatoire sur la personne. »

 

 

Ibn Al-Qayim - a mentionné cette signification dans Tahdhibus-Sunan (3/214) et a dit : « Il est dit : Il y a en cela une réfutation de ceux qui disent que quiconque connaît les positions de la lune par les calculs astronomiques, alors il lui est permis de jeûner et de rompre le jeûne, même si d'autres ne le savent pas. Il est aussi dit : que le témoin seul qui voit la lune, mais dont le qadi (le juge) n'a pas accepté le témoignage, alors il n’y a pas de jeûne pour lui, de même qu'il n'y a aucun jeûne pour les gens. »

 

 

Abul-Hasan As-Sindi dit dans Hashiya 'ala Ibn Majah, après la mention du hadith d'Abû Hurayra qui a été rapporté par At-Tirmidhi : « Et son sens apparent est : qu'il n'y a pas de place pour l’opinion individuelle dans ces questions, ni pour agir seul en cela. Plutôt cette affaire revient à l'imam (le gouverneur des musulmans) et la Jama'a (le groupe des musulmans sous l’imam). Il obligatoire aux gens de suivre l'imam et la Jama'a. C’est pourquoi, si un homme seul voit la lune, mais que le qadi rejette son témoignage, alors l'individu n'a aucun droit en ces questions, mais il doit suivre la Jama'a en cela. »

 

 

Et ceci est le sens évident du hadith et qui est souligné par le fait que 'Aisha (radiallahu 'anha) l'a employé avec Masruq quand il s'est retenu de jeûner le jour de 'Arafat, craignant que cela puisse être le jour du Sacrifice. Donc elle lui a expliqué qu'il n'y a aucun poids pour son avis personnel en cela et qu'il doit suivre la Jama'a. Donc elle lui a dit : « Le jour du Sacrifice vient quand les gens sacrifient et le jour de la rupture quand les gens rompent leur jeûne. »

 

 

 

Et c'est ce qui convient à la Shari'a facile et tolérante, dont l’un des buts est d’unir les gens, unifier leurs rangs et tenir loin d'eux tout ce qui fendrait leur unité complète – parmi les avis isolés. Donc la Shari'a ne donne pas de poids à l'avis isolé dans des questions concernant les actes collectifs d'adoration ('ibada jama'iya), comme le jeûne, le  'Id et la prière en congrégation - même si l'avis est correct, d’un point de vue. Ne voyez-vous pas que les compagnons  (radiallahu 'anhum)  priaient l'un derrière l'autre. Ainsi, parmi eux, certains ont tenu l’avis que le toucher d'une femme, ou l’écoulement de sang annulait les ablutions, et d’autres n’ont pas tenu cet avis. Parmi eux, certains complétaient la prière pendant le voyage, alors que d'autres raccourcissaient. Ceci et d'autres différences, ne les ont pas empêchés de prier ensemble derrière un même imam et de considérer cela acceptable. Et ceci, parce qu'ils savaient que tafaruq (division) dans la religion est plus mauvaise que l'ikhtilaf (divergence) sur quelques avis. En effet, la question avec l’un d'entre eux a atteint le point qu'il ne considérait pas même acceptable la divergence d'avis avec le grand imam dans les grandes réunions; comme la réunion à Mina (pendant le Hajj), au point qu'il abandonnait totalement la pratique de son avis dans cette réunion - fuyant ce qui pourrait résulter de ce mal, s’il agissait selon son propre avis.

 

 

 

Ainsi, Abû Dawud rapporte (1/307) que 'Uthman (radiallahu 'anhu) a prié quatre rak'a à Mina, 'Abdullah ibn Mas'ud l’a critiqué en disant : « J'ai prié deux rak'a avec le prophète (sallahu 'alayhi wa sallam)et deux rak'a avec Abû Bakr et deux rak'a avec 'Umar et deux rak'a avec 'Uthman au début de son commandement, puis il l'a complétée (c'est-à-dire en priant quatre rak'a). Après cela les voies se sont divisées avec vous tous. Donc j'espère de ces quatre rak'a, que deux d'entre elles seront acceptées. » Puis, Ibn Mas'ud a prié quatre rak'a. Donc on lui a dit : « Tu critiques 'Uthman, et tu pries quatre ? » Donc il a dit : « La divergence est mauvaise. »

 

Sa chaîne de narration est sahih (authentique) et quelque chose de semblable a été rapporté dans le Musnad (5/155) de l'imam Ahmad, d'après Abû Dharr (radiallahu 'anhum ajma'in).

 

 

Donc ceux qui continuent à se diviser en ce qui concerne la prière et refusent de suivre les imams dans les mosquées - particulièrement dans la prière du witr pendant Ramadan – donnant comme preuve que c’est contre leur madhab, doivent réfléchir sur le hadith mentionné ci-dessus et les athar. De même, ceux qui revendiquent la connaissance de l'astronomie et qui, en raison de leur avis, jeûnent et rompent leur jeûne seuls – en précédant ou retardant de la majorité des musulmans, et ne voient aucun problème en cela – doivent aussi réfléchir sur les preuves précédemment citées. Tous doivent considérer et réfléchir sur la science qui a été mentionnée. Peut-être trouveront-ils un remède à leur ignorance et aveuglement, pour qu'ils soient un rang unifié avec leurs frères musulmans - en effet la Main d'Allah est avec la Jama'a.

 

Source : Silsilatul-Ahadith Sahiha (1/442-445)
Traduit par les salafis de l’Est

Partager cet article
Repost0