Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 10:04

                                     Salâm, l'affranchi d'Abû Hudayfa

 

 

Salâm l'affranchit de hudayfa était un ancien esclave converti très tôt à l'Islam. Il appartenait à un noble qurashite, Abû Hudayfa Ibn 'Uthba, lui aussi converti, qui l'avait affranchi. On n'appela plus Salâm que sous le nom de "l'affranchi d'Abû Hudayfa".

Avant, Salâm était considéré comme fils adoptif de Hudayfa Ibn Uthba. Une fois le verset révélé abrogeant et interdisant l'adoption, il reprit son nom. Or, comme on ne connaissait pas le nom de son père, on ne le désigna plus que par le nom de Salâm, l'affranchi d'Abû Hudayfa. Quoi qu'il en soit, les deux hommes devenus musulmans devinrent inséparables autant par les liens affectifs qui les unissaient à la suite d'une enfance passée ensemble que par la foi et la piété qui étaient des traits communs aux deux compagnons.

 

C'était là, l’admirable esprit égalitaire de l'Islam qui avait pu réunir deux hommes que tous séparait : l'origine sociale aussi bien que l'esprit de caste. Mais le Coran ne dit-il pas que le plus noble d'entre vous auprès d'Allah est le plus pieux ? C'est ainsi que Salâm devînt une partie intégrante de la famille de 'Uthba qui le compta parmi ses membres. On lui accorda même la main d'un membre de la famille, nommée Fâtima Bint Al-Walîd Ibn 'Utba. C'est dire l'estime et le respect que cet homme admirable suscitait autour de lui.

 

C'est un savant confirmé dans la parole divine et son interprétation. Le Prophète (saw) à dit de lui : " Prenez les sciences du Coran de ces quatre personnes :Abdallah Ibn Mas'ûd, Salâm, l'affranchi d'Abû Hudayfa, Ubay Ibn  Ka'b et Mu'âdh Ibn Jabal."

Après l'établissement des musulmans à Médine, Salâm fut chargé de mener la prière à la mosquée de Qubâ. Il devint ainsi le premier imâm des musulmans après l'émigration. C'est un privilège qui prouve d'une façon incontestable le mérite qu'avait ce compagnon en matière de piété et de savoir.

 

"Un jour, rapporte 'Aïcha, je me suis attardée plus que de coutume à la mosquée. En revenant à la maison, le Messager de Dieu (saw) m'a dit : 'où étais-tu ?' J'ai répondu : 'Nous étions en train d'écouter un de tes compagnons nous réciter le Coran à la mosquée.'Ô Messager de Dieu, je n'ai jamais entendu pareille lecture, ni pareille voix parmi tes compagnons. Il se leva et nous partîmes ensemble à la mosquée. L'Envoyer de Dieu (saw) se mit à écouter puis se tourna vers moi et me dit : 'C'est Salâm l'affranchi d'Abû Hudayfa ! Louange à Dieu qui a mis au sein de ma communauté un homme comme lui.' L'Envoyé de Dieu (saw) savait juger les hommes.

 

Abû Hudayfa ne supportait jamais les injustices, dussent-elles être des plus illustres des musulmans. Sa fameuse querelle verbale avec Khâlid Ibn Walîd en constitue un parfait exemple à ce sujet. On rapporte que lors d'une expédition de musulman dirigée par Khâlid Ibn Walîd, qui fut envoyé par le Messager pour prêcher l'Islam dans les tribus arabes de la péninsule arabique, à la suite d'un regrettable malentendu, Khâlid fut amené à combattre et à tuer des hommes bien que ceux-ci aient annoncé leur conversion à l'Islam. Dès qu'il fut informé de cet événement, le Messager de Dieu (saw) demanda pardon à Dieu en disant : "Mon dieu, je désapprouve ce qu'a fait Khâlid." Parmi les nombreux compagnons qui prirent cette position, il y avait notre illustre Salâm qui, fort de ses connaissances des sources (Coran et sounna), engagea la polémique avec Khâlid en lui reprochant son acte contraire aux principes de l'Islam. Khâlid venait de commettre une grave erreur et Salâm n'était pas homme à laisser faire une injustice sans réagir. D'ailleurs, la première chose que demanda le Messager après ce triste événement, c'est de savoir si quelqu'un avait polémiqué avec le chef de l'expédition en désapprouvant son acte. A Cette réponse, la colère du Prophète (saw) s'apaisa car il savait que tant qu'il y avait des hommes justes au sein de sa communauté, et Salâm en était un, l'injustice et l'erreur ne pouvaient être cautionnées ni admises.

 

 

Après la mort du Messager (saw), salâm resta fidèle au serment et fut de ceux qui luttèrent avec acharnement pour protéger et consolider l’Etat central de Médine menacé par les complots des apostats et les soulèvements des tribus menées par de faux Prophètes. Et ce fut la fameuse journée d’Al-Yamâma. Ce jour là, les musulmans affrontèrent les apostats dans une terrible bataille qui décida du destin de l’Islam. Salâm et son frère en Islam Hudayfa furent parmi les premiers combattants à porter les armes pour la défense de l’Islam. La bataille avait mal commencé pour les musulmans. Les apostats, plus nombreux, attaquèrent avec férocité obligeant les musulmans à ce replié un peu. Mais le chef des armées musulmanes, Khâlid Ibn Al-Walîd, réussit, grâce à son grand génie militaire, à regrouper ses soldats et la bataille continua de plus belle. Et c’est alors que survint, portant l’emblème, avec à ses côtés un autre pieux compagnon, Thâbit Ibn Quays. Haranguant les musulmans pour stimuler davantage, il s’écria : « Ce n’est pas cette façon que l’on combattait avec le Messager (saw). » Joignant le geste à la parole, nos deux compagnons creusèrent un fossé et y entrèrent. Ils luttèrent dans cette position avec acharnement jusqu’à ce qu’ils tombèrent martyrs au champ d’honneur. Salâm continua à haranguer les musulmans en récitant ce verset de la révélation :

« Combien de Prophètes ont combattu, en compagnie de beaucoup de disciple, ceux-ci ne fléchirent pas à cause de ce qui les atteignit dans le sentier de Dieu. Ils ne faiblirent pas et ils ne cédèrent point. Et Dieu aime les endurants. » Coran 3/146

 

Hélas, encerclé de toute part, il ne tarda pas à succomber sous les coups des apostats. Peut importe pour lui de mourir maintenant. Dans un dernier soupir, il demanda des nouvelles de son frère en islam, Hudayfa Ibn ‘Utba, qui combattait lui aussi. On lui répondit qu’il était tombé en martyr. Il demanda qu’on les mette côte à côte pour qu’ils puissent mourir unis comme ils avaient vécu unis. Aussitôt après, il rendit l’âme, le sourire aux lèvres. Ainsi mourut cet homme juste et véridique à propos duquel ‘Umar Ibn Al-Khattâb avait dit, sur le point de mourir : « Si Salâm était encore vivant, c’est à lui que j’aurais confié le commandement. » Comme hommage, on ne pouvait trouver mieux.


tirait du livre : Les conpagnons du Prophète (tome1)

Les premiers hommes de l'Islam

Messaoud Abou Oussama

Partager cet article
Repost0

commentaires